Le pari d'une salle à l'acoustique exceptionnelle

Rédigé par Anne CHAPERON
Publié le 27/02/2014

Article paru dans le d'A n°224

Dans le cahier des charges du concours, l'importance accordée à la qualité de la nouvelle salle symphonique est sans équivoque. On y parle d'un équipement musical centré sur une grande salle de concert flexible, ouverte à toutes formes d'expression musicale, et enveloppante afin de renforcer le sentiment d'intimité entre les interprètes et leur auditoire. Le résultat promet d'être surprenant : la salle, d'une capacité de 2400 à 3000 places, a l'air petite… Le spectateur le plus éloigné est assis à 32 m du chef d'orchestre, contre 47 m à Pleyel. La scène est au centre, comme à Berlin.

« A Paris, si l'on écarte Pleyel, il n'y a que des salles classiques avec une acoustique plutôt sèche, et des temps de réverbération trop courts. Or, pour le grand répertoire symphonique, on cherche au contraire à avoir des temps de réverbération moyens », nous explique Geoffroy Vauthier, responsable technique et acoustique de la maîtrise d'ouvrage.


Pourtant, sur les 110 candidats du concours, 80 n'avaient pas de références internationales pour l'acousticien. Selon Laurent Bayle, sur les six finalistes, seules deux équipes proposaient un modèle strictement enveloppant: les AJN et Francis Soler. « Les quatre autres proposaient une salle au format boîte à chaussures or vous ne pouvez pas faire une boîte à chaussures de 2400 places, tout le monde vous le dira » dit-il. « Je savais qu'ils avaient pris le même acousticien, et qu'ils allaient tomber dans le panneau. Je me doutais que cet acousticien n'allait pas accepter le cahier des charges, et notamment celui sur la flexibilité des lieux. » C'est réduire un peu facilement les autres propositions qui suggéraient à leur manière une acoustique sans doute aussi performante. Le programme n'imposait cependant pas un format mais un résultat. L'acoustique dite « enveloppante » est celle, dit-on, qui correspondrait le mieux à la musique de Pierre Boulez...


Les AJN ont compris l'énoncé. Ils connaissent bien les deux formats : la salle de Lucerne est une variation sur la boite à chaussures avec des chambres d'écoute, Copenhague une salle en vignoble plus proche du modèle de Berlin. Jean Nouvel « enveloppe » la salle dans le mouvement initié par son bâtiment depuis le parc de la Villette jusqu’à la scène et crée, avec Brigitte Métra, l’architecte associée à la conception et à la réalisation de la salle, un nouveau type de salle de concert, conçue, dès l'origine, comme un instrument. « Pour une fois, on avait carte blanche, on pouvait inventer quelque chose », précise-t-elle aujourd'hui. « Le public est comme suspendu dans l’espace autour de la scène, et chaque surface se met au service du son ou de la vue pour une expérience musicale et architecturale unique. »


L’ensemble de la salle est réglée au millimètre avec l’aide de deux des plus grands acousticiens: le Néo-Zélandais Harold Marshall, et le Japonais Yasuhisa Toyota. Le premier, est réputé pour avoir démontré l’importance des réflexions latérales précoces dans son Christchurch Town Hall, dans les années 1970. La Philharmonie est sa première salle européenne. Le second, vient de Nagata Acoustics, et est le grand spécialiste des salles en vignoble et des tests en maquette au 1/10. Mais le Japonais fait d'abord équipe avec Gehry. Lorsque Nouvel apprend que celui-ci est éliminé de la consultation finale, il récupère son acousticien. Du workshop initial avec Harold Marshall et Yasuhisa Toyota, jusqu’à la fin des études, Brigitte Métra établira avec ses équipes la synthèse architecturale et acoustique de tous les paramètres de la salle communiqués séparément par chacun d’eux. « On a passé deux ans d’études pour trouver le bon équilibre, pour que chacune des surfaces calée en 3D soit validée par les deux acousticiens ». Chaque partie de coque (plafond, murs « rubans » à l’arrière des balcons, nez de balcons, nuages, canopée) est ainsi sculptée, puis calée, calculée, testée en informatique ou en maquette au 1/10 pour réorienter toutes les réflexions afin que le public disposé autour de la scène reçoive un cocktail de sons.


Si tout se passe comme prévu, l'exceptionnelle qualité de la salle devra faire oublier les polémiques. On sent bien que c'est le pari risqué d'une partie du jury et de Laurent Bayle qui ont vu dans Jean Nouvel, avant même le concours, l'homme de la situation.


Découvrez le reste de l'enquête de d'a : « Y-a-t-il un scandale de la Philharmonie ? »

Les articles récents dans Points de vue / Expos

La politique de l’architecture après la Covid-19 Publié le 12/10/2020

Nombreux sont ceux qui naturellement ont imaginé que l’architecture devait proposer ses… [...]

Si l’échec est un but, la transition écologique du BTP pourrait être un chef-d’œuvre Publié le 12/10/2020

Des conflits d’intérêts, Une « task force », Un rapport secret, Une… [...]

« Frémissements » : Susanna Fritscher au Centre Pompidou-Metz Publié le 25/08/2020

L’installation de Susanna Fritscher investit de ses fils blancs l’intérieur de l’un des … [...]

L’habitat collectif en zugzwang Publié le 25/08/2020

Le zugzwang est une situation du jeu d’échecs dans laquelle le joueur est contraint de jouer… [...]

Miroir grossissant Publié le 30/06/2020

Le confinement fut propice aux imaginaires du monde d’après. Avec le déconfinement, c’est… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
40   01 02 03 04
4105 06 07 08 09 10 11
4212 13 14 15 16 17 18
4319 20 21 22 23 24 25
4426 27 28 29 30 31  

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…