Dites adieu à la Grande Ouche

Rédigé par Justine VIGNERES
Publié le 23/04/2018

La démolition des quinze logements de la Grande Ouche construits par Paul Chemetov il y a 32 ans dans la commune de Saint-Benoît-du-Sault (36) a commencé le 29 mars dernier. Et ce, malgré quatre mois de protestation des élus locaux et de l’association Les ateliers Grande Ouche.

Depuis que la société publique de logements sociaux Scalis a obtenu en novembre 2017 un permis de démolir l’un des cinq bâtiments de l’ensemble (celui comportant les plus grands logements), l’association Les ateliers Grande Ouche s’est constituée pour protester contre cette décision. La pétition a compté au bout de quelques jours 500 signataires et le dialogue s’est rapidement engagé avec les élus locaux. Une visite ainsi qu’un certain nombre de photographies ont permis à l’association de leur révéler les qualités architecturales de l’ensemble. La communauté de communes a ainsi voté le 27 mars 2018 le rachat du bâtiment, décision qui laissait espérer une réhabilitation du site. Sa démolition a pourtant commencé moins de deux jours plus tard.


Datant des années 1980, cet ensemble s’apparente formellement aux corps de ferme de la région. Il est organisé autour de passages qui assurent sa continuité avec le bâti ancien et ménage de nombreux points de vue sur le paysage environnant, auquel il cherche à s’intégrer. Les bâtiments sont d’autant plus intéressants qu’ils témoignent de la pensée urbanistique de Paul Chemetov, qui a également conçu une grande partie des édifices publics de la commune.


Cette architecture remarquable a permis à Saint-Benoît-du-Sault d’être admise dans l’Association des Plus Beaux Villages de France en 1988 et d’intégrer en 2007 un Secteur Sauvegardé qui comprend aussi bien les bâtiments anciens que la Grande Ouche. Yves Dauge, président de la Commission nationale des Secteurs Sauvegardés à cette époque, affirme que la présence d’éléments d’architecture contemporaine au sein d’un ensemble urbain ancien a joué en faveur de la commune dans le choix qui a été fait. Dans le communiqué qu’il a publié à ce propos, il juge la décision de démolir au mépris de la décision de la communauté de communes et de l’intérêt que représentait le complexe particulièrement provocante.


La flexibilité du bâtiment dont les cloisons étaient facilement démontables aurait pu le conduire à accueillir selon les architectes des ateliers-logements, des associations à vocation sociale et culturelle, un service d’aide aux entreprises ou autres. De nombreux partenaires étaient prêts à y contribuer, d’organismes de formation régionaux à la Chambre des Métiers. Les 300 000 € investis dans une démolition qui représente pour la commune une perte patrimoniale de l’ordre de 2 millions d’euros auraient donc pu être employés autrement.

 

Site de l’association :

Brève évoquant le sujet :

Les articles récents dans Actus brèves

Architecture en rase Champagne Publié le 25/06/2018

Terre fertile d’échanges entre mondes académiques, professionnels et culturels, l’université… [...]

Menace sur la Maison du Peuple de Clichy Publié le 18/06/2018

La mairie de Clichy La Garenne a annoncé il y a quelques mois le lauréat du projet de… [...]

Serpentine 2018 - from London to Beijing Publié le 12/06/2018

Le Pavillon Serpentine 2018 ouvrira ses portes vendredi prochain sur son traditionnel site… [...]

Olafur Eliasson – première architecturale Publié le 05/06/2018

L’artiste Olafur Eliasson dévoilera samedi prochain sa première réalisation… [...]

Design et décroissance ? Publié le 30/05/2018

[...]

Sortir de l'ego Publié le 30/05/2018

[...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Août 2018
 LunMarMerJeuVenSamDim
31  01 02 03 04 05
3206 07 08 09 10 11 12
3313 14 15 16 17 18 19
3420 21 22 23 24 25 26
3527 28 29 30 31   

> Questions pro

Architecte de copropriété, une piste à ne pas négliger

Les architectes se tournent parfois vers des activités considérées comme marginales, soit par goût, soit par défaut de commande traditionnelle.…

Une nouvelle boîte à outils pour reconquérir le chantier

Proie d’un arsenal administratif pléthorique, le chantier deviendrait-il pour l’architecte le lieu de tous les dangers ? En mettant en…

Le Lab CDC Architecture de la transformation

À quels besoins d’innovation et d’évolutions réglementaires répond l’appel à projets du Lab CDC « Architecture de la…