Les rendez-vous dessinés de Frédéric Chaume #10

Rédigé par Coraline BLAISE
Publié le 13/04/2017

Lorsque beaucoup attendent de contempler l’objet fini, Frédéric Chaume capture la ville en train de se faire. L’arpenteur-cycliste, dont d’a suit les déambulations depuis deux ans maintenant, nous livre de nouveaux croquis. Il y capte l’état d’avancement du long chantier de la Halle Freyssinet ou du Jardin Nelson Mandela des Halles mais s’arrête aussi sur des situations plus anonymes. Cette fois-ci, ils nous emmènent à Pantin, Aubervilliers et Montreuil.

Frédéric Chaume dessine la ville en mouvement. Allées et venues des grues, chocs réguliers des marteaux, vibrations des perceuses ou roulements mécaniques des chariots élévateurs : plus que l'édifice détruit ou achevé, c'est l'évolution incessante du chantier qui l'intéresse. Dessinateur d'ambiance urbaine et architecte d'intérieur, cet ancien élève de l'École Camondo dit « croquer la ville sur le vif, comme une urgence. »

 

Une habitude prise depuis une dizaine d'années au quartier Masséna dans le 13e arrondissement de Paris. Étonné par ce qui était un no man's land, il a souhaité capter les environs en réalisant dessins à l'encre de chine et reportage photographique. Depuis, toujours muni de son carnet A6, il ne lâche plus son feutre plume, ses aquarelles et sa pierre noire. Toujours à vélo, en quête d'espaces en vrac où tout s'entasse et s'agite. Il revient régulièrement sur un même lieu pour suivre et montrer ses évolutions. Des dessins qui lui permettent de réaliser aussi des gravures. « Un bâtiment en construction est vivant. Une fois terminé, cette effervescence disparaît, il devient inerte, presque mort. » C'est une plongée atypique dans le monde de l'architecture, loin des images emblématiques ou reluisantes : « je préfère ces choses pas forcément remarquables, mais indispensables. » Du chantier de la Philharmonie de Paris (19e), il se souvient des grues, « ces insectes fourmillant, qui ne s'arrêtent jamais. » De celui de l'Hipark Hotel (19e) de Manuelle Gautrand, il ne retient que « la boue, les amas de terre et les engins. »

 

Régulièrement, darchitectures.com publie les dessins des dernières déambulations de Frédéric Chaume.

Retrouvez les rendez-vous précédents : Frédéric Chaume #2
Frédéric Chaume #3Frédéric Chaume #4Frédéric Chaume #5Frédéric Chaume #6 ; Frédéric Chaume #7Frédéric Chaume #8 ; Frédéric Chaume #9

Les articles récents dans Actus brèves

Menace sur la Maison du Peuple de Clichy Publié le 18/06/2018

La mairie de Clichy La Garenne a annoncé il y a quelques mois le lauréat du projet de… [...]

Serpentine 2018 - from London to Beijing Publié le 12/06/2018

Le Pavillon Serpentine 2018 ouvrira ses portes vendredi prochain sur son traditionnel site… [...]

Olafur Eliasson – première architecturale Publié le 05/06/2018

L’artiste Olafur Eliasson dévoilera samedi prochain sa première réalisation… [...]

Design et décroissance ? Publié le 30/05/2018

[...]

Sortir de l'ego Publié le 30/05/2018

[...]

Design empathique Publié le 30/05/2018

[...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2018
 LunMarMerJeuVenSamDim
22    01 02 03
2304 05 06 07 08 09 10
2411 12 13 14 15 16 17
2518 19 20 21 22 23 24
2625 26 27 28 29 30  

> Questions pro

Une nouvelle boîte à outils pour reconquérir le chantier

Proie d’un arsenal administratif pléthorique, le chantier deviendrait-il pour l’architecte le lieu de tous les dangers ? En mettant en…

Le Lab CDC Architecture de la transformation

À quels besoins d’innovation et d’évolutions réglementaires répond l’appel à projets du Lab CDC « Architecture de la…

Qu'est devenu le « permis de faire »?

À la loi LCAP du 27 janvier 2017 ne manque que la promulgation d’un ultime décret qui doit entériner …