Règles professionnelles pisé : un long processus

Rédigé par Dominique GAÜZIN-MULLER
Publié le 05/11/2020

CEES

Dossier réalisé par Dominique GAÜZIN-MULLER
Dossier publié dans le d'A n°285

Jean-Marie Le Tiec est spécialiste de l’architecture en terre, enseignant-chercheur à l’ENSA de Grenoble et praticien. Avec ses confrères de l’agence NAMA, il a signé plusieurs bâtiments en pisé exemplaires, dont le Conservatoire européen des échantillons de sol de l’INRA à Orléans et le groupe scolaire de Miribel. Responsable du pôle « dessin-chantier » du laboratoire CRAterre, il accompagne régulièrement des équipes qui ont choisi de construire en terre crue. Il a participé avec son mentor, Patrice Doat, à la rédaction d’un ouvrage collectif sur le pisé paru cet automne.

Dominique Gauzin-Müller : Est-il toujours difficile de construire en pisé en France aujourd’hui ?
Jean-Marie Le Tiec : Le nombre croissant d’architectes qui souhaitent valoriser des matériaux décarbonés et faire appel à des savoir-faire locaux a remis en lumière la construction en terre. Mais la technique ancestrale du pisé n’est toujours pas encadrée par des règles professionnelles. (...)

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…