Scandale à la Samaritaine

Rédigé par . D'ARCHITECTURES
Publié le 13/05/2014

On ne croyait plus cela possible en 2014 à Paris mais il faut bien se résoudre à admettre que les esprits les plus étroits et les plus réactionnaires parviennent encore à imposer leurs visions sclérosées de la ville. En effet, le tribunal administratif de Paris a rendu publique aujourd'hui sa décision d'annuler un des permis de construire de la rénovation de l'ancien grand magasin de la Samaritaine, amorcée en 2012.

Fermé en 2005, il est depuis au cœur de nombreuses querelles, impliquant notamment des associations de défense du Patrimoine, ce sont d'ailleurs deux d'entre elles, la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France (SPPEF) et SOS Paris, qui avaient déposé ce recours. La décision de ce mardi 13 mai concerne la partie Rue de Rivoli, alors que le recours sur le PC de la partie côté Seine a été rejeté il y a quelques semaines. Rappelons que le projet est conçu par l'agence japonaise Sanaa, unanimement reconnue dans le monde entier pour la délicatesse et l'intelligence de son architecture.

Les requérants, qui dénonçaient un projet « dénaturant le centre de Paris », entendent sauver cette dernière façade, les trois autres ayant déjà été détruites. Le tribunal leur a aujourd’hui donné raison, expliquant que « Eu égard notamment à la nature et à la destination de cet immeuble, et en dépit de ses qualités architecturales intrinsèques, les requérants sont fondés à soutenir que le projet, sur l'artère où il est implanté », ne satisfait pas aux exigences de la loi. Cette décision fait injure aux façades sauvegardées de Frantz Jourdain et Henri Sauvage qui n'auraient jamais pu être construites si elles avaient dû affronter l'ire de ces associations. Il est d'autre part étonnant qu'un juge, visiblement totalement ignorant de l'architecture, ait pu émettre un jugement esthétique.

LVMH, propriétaire du bâtiment et financeur unique des travaux (450 M€) a décidé immédiatement de faire appel de ce jugement, mais celui n’étant pas suspensif, les travaux sont de toutes les façons stoppés, entrainant des surcoûts importants. La Ville de Paris a également fait appel, en « réaffirmant son soutien au projet »


Suite à la publication de notre article, retrouvez  la réponse de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France), celle de l'Ordre des architectes en Île-de-France et celle de Jean-Paul Robert, critique et enseignant à l'école de Paris-Belleville. 

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L’ADN de Ross Lovegrove Publié le 02/06/2017

Jusqu’au 3 juillet 2017, le Centre Pompidou présente «… [...]

Un nouveau temple du design pour Londres Publié le 01/06/2017

Contraint depuis 1989 dans un ancien entrepôt trop petit,… [...]

Le Corbusier, marque plébiscitée Publié le 31/05/2017

Non seulement le nom de Le Corbusier est une figure majeure… [...]

Peau de chaises Publié le 29/05/2017

Des centaines de chaises en plastique noir usagées … [...]

Paris 2017 ou la ville offensive Publié le 29/04/2017

Le mur de verre autour de la tour Eiffel incarnera … [...]

Une brève histoire de l'isolation 7/10 Publié le 29/04/2017

Episode 7/10 : Le napalm, c’est bon, c’est chaud.   Le … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2017
 LunMarMerJeuVenSamDim
22   01 02 03 04
2305 06 07 08 09 10 11
2412 13 14 15 16 17 18
2519 20 21 22 23 24 25
2626 27 28 29 30   

> Questions pro

Les architectes menacés de phobie administrative

Comment les architectes s’organisent-ils face à la complexité croissante de la gestion des projets,…

Et si on parlait de Culture ?

À quelques jours d’une échéance présidentielle incertaine, François de Mazières, député-maire Les…

Le droit d’auteur des architectes (suite et fin)

Après notre enquête sur le coût du droit à l’image d’une œuvre architecturale (voir d’a n° 250), nous nous…