Tour européenne de 57 logments

Architecte : Gaëtan Le Penhuel
Rédigé par les architectes
Publié le 28/01/2016

UNE INSERTION URBAINE SENSIBLE, EMPREINTE D’AMÉNITÉ

Emblématique du renouveau du quartier Emile Dubois à Aubervilliers, ce projet découle d’un travail approfondi sur les enjeux et les objectifs définis dans le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale de Plaine Commune). Cette modification fondamentale du secteur valorise l’une des entrées majeures de la ville. La présence actuelle de la station de métro « Fort d’Aubervilliers » à l’angle de l’avenue Jean-Jaurès et de la rue Casanova permet, aujourd’hui déjà, de desservir tout le quartier, la ville de Pantin et le Fort d’Aubervilliers.

En harmonie avec la position des urbanistes de l’atelier O’ZONE, les architectes de l’agence Gaëtan Le Penhuel adhérent à l’idée d’intensification urbaine autour d’un pôle de transport en commun, ainsi qu’à l’initiative de créer un bâtiment repère, en échos au quartier des Courtilières - dessiné par Émile Aillaud et classé au Patrimoine architectural du XXe siècle. Une nouvelle centralité est ainsi créée par une place commerçante à l’échelle du quartier et des flux potentiels générés par le grand projet de transport de l’Arc Express. Cette polarité urbaine est établie sous une forme continue élancée, composée de deux registres verticaux qui viennent s’ancrer solidement au sol du parvis sous l’inflexion d’un mouvement circulaire. Ce mouvement d’accroche au sol et au contexte bas à proximité, géométrise spatialement l’intention architecturale empreinte d’aménité envers le quartier.

Cette implantation propose ainsi une autre façon d’habiter le quartier, exploitant positivement sa situation exceptionnelle en termes de panoramas urbains avec ses vues profondes sur le Fort d’Aubervilliers et sur la capitale. Ce signal métropolitain s’adresse aussi bien à Aubervilliers qu’au Grand Paris en nouant un dialogue avec le site proche – et également plus lointain – par une écriture contemporaine sobre et domestique grâce à une appropriation de la double peau vitrée par les habitants. Le projet occupe la totalité de l’îlot et installe un socle de commerces bas surmonté de deux niveaux de logements au R+1 et R+2, qui donnent naissance à une tour atteignant R+13, articulée en deux volumes distincts.


Cette opération s’adresse, au nord, à l’échelle basse du quartier, périmètre de la ville historique, par son socle de commerces ouvert et transparent surmonté de deux niveaux de logements traversants, entre ville et cour/jardin à R+1. La partie supérieure de la tour s’adresse, quant à elle, à la ville nouvelle des tours des Courtillières, en les revalorisant de sa présence. Le volume du projet s’élance ainsi vers le ciel en deux prismes verticaux, l’un sombre mat, l’autre clair scintillant, articulés autour d’un volume de circulations en creux. Cette émergence à R+13 s’inscrit dans l’objectif annoncé de pôle d’excellence urbaine et « d’Ecoville » en montrant ostensiblement des logements de qualité, précédés de larges loggias vitrées, conviviales et habitables. Tous les logements sont desservis par des circulations éclairées naturellement. Ils sont, soit traversants, soit à double voire à triple orientation. Les différentes typologies (du T1 au T5) sont réparties sur l’ensemble des étages et respectent le programme demandé par le maître d’ouvrage, et notamment les 80 % de grands appartements.


LA MATÉRIALITÉ DE LA TOUR
La tour est articulée autour de deux volumes verticaux distincts, isolés par l’extérieur. Ils dialoguent grâce à leurs jeux de matières : le premier en stratifié composite noir mat, contrastant avec le deuxième en métal blanc laqué brillant, jouant des reflets irisés du ciel. Des volets coulissants, eux aussi en stratifié composite sombre, occultent les chambres. Le socle est décomposé quant à lui par une résille en métal déployé qui vient souligner la direction oblique générale de la figure partant de la rue jusqu’au R+13. Ce matériau, laissé brut, participe à la mise en vibration des volumes par ces jeux de transparences subtiles.


DES LOGGIAS SUR LA VILLE
Le projet de l’agence Gaëtan Le Penhuel architectes se propose également d’être exemplaire en termes de développement durable, de confort de vie et de qualités paysagères. À ce titre, il intègre la Certification Habitat & Environnement BBC Effinergie Profil A. Un dispositif novateur est ainsi mis en place sur les façades, par l’installation des loggias-jardins d’hiver récupérateurs d’énergie solaire. Ces espaces participent activement à la création d’un manteau à la fois thermique et acoustique vis-à-vis de la voie nationale proche. Ces façades déclinent une élégance contemporaine nécessaire à ce bâtiment signal tout en rendant possible une appropriation domestique des usages qui apparaissent en ombre chinoise derrière ces jardins d’hiver. De subtiles vibrations dues aux légers décalages du dispositif structurel installent une façade vivante à fort potentiel durable dont les éléments s’entrouvrent et se referment au gré des saisons et des usages.


UN REZ-DE-CHAUSSÉE PRINCIPALEMENT DÉDIÉ AU COMMERCE
La plus grande surface commerciale s’adresse à l’ensemble du carrefour et permet l’installation valorisante de deux commerces de proximité. En accès direct depuis l’allée Charles-Grosperrin, les logements sont desservis par un hall compact largement vitré, comprenant deux ascenseurs. L’accès aux local-vélos, locaux techniques et parking s’effectue également de plain-pied en façade nord.


UN SOCLE DE LOGEMENTS (R+1 AU R+2)
Sur les deux premiers niveaux du bâtiment, des logements traversants s’enroulent autour d’une cour/jardin sur le toit des commerces. Ce patio planté et dynamisé par un rouge profond, confère à l’ensemble immobilier une dimension domestique, protégée de la ville et de ses nuisances en constituant un coeur abrité agréable à vivre. Ces logements proposent une autre façon d’habiter et sont desservis par une coursive donnant sur le patio arboré. Ils possèdent des loggias confortables jouissant de vues profondes sur le quartier.


LES LOGEMENTS DU R+3 AU R+10
La configuration découpée et généreuse du plan d’étage courant donne deux « trois pièces » et deux « quatre pièces » de dimensions confortables. Ils installent des vues dégagées sur la région parisienne. Tous les logements jouissent d’orientations solaires favorables.


L’ÉMERGENCE HABITÉE (R+11 AU R+13)
Sur les trois derniers niveaux, le volume blanc se plie pour former des typologies différentes et des appartements aux vues exceptionnelles sur la région parisienne. La géométrie oblique du volume laqué blanc affine le haut de la tour et participe ainsi à la nouvelle skyline animée du quartier.



MAÎTRE D'OUVRAGE
OPH d'Aubervilliers

MAITRE D'OEUVRE

Gaëtan Le Penhuel

URBANISTE
O’ZONE, Nathalie Quiot
CO-TRAITANTS
ICTEC, économiste
BETHAC, BET fluides
KEPHREN, BET structure
VS-A, façades vitrées
ELEMENTS INGÉNIÉRIES, BET HQE
PROGRAMME
Tour R+13 de 57 logements sociaux,
2 commerces à RDC et parkings
SHON
5 075 m2 de logements et 695 m2 de commerces
BUDGET HT
10.4 M€ HT
LIVRAISON
Décembre 2015
CERTIFICATION
HQE : Certification Habitat & Environnement
BBC Effinergie - Profil A
MATÉRIAUX
Structure béton, isolation par l’extérieur, vêture
aluminium prélaqué et stratifié composite, double
peau vitrée mobile
ETUDES, CHANTIER
João Saleiro

 <br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé  <br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé  <br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé  <br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé  <br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé  <br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé  <br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé  <br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé  <br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé  <br/> Crédit photo : GRAZIA Sergio  <br/> Crédit photo : GRAZIA Sergio  <br/> Crédit photo : GRAZIA Sergio  <br/> Crédit photo : GRAZIA Sergio  <br/> Crédit photo : GRAZIA Sergio  <br/> Crédit photo : GRAZIA Sergio  <br/> Crédit photo : GRAZIA Sergio  <br/> Crédit photo : GRAZIA Sergio  R+1 R+4 Coupe

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

Centre culturel Clément David, Roquevaire (13) Publié le 05/07/2023

Maîtres d'ouvrages : Commune de RoquevaireMaîtres d'oeuvres : Huitetdemi (mandataires… [...]

Parcours couvert du forum antique de Bavay (59) Publié le 28/06/2023

Maîtres d'ouvrages : Département du NordMaîtres d'œuvres : Explorations ArchitectureEn… [...]

CO’Met - Arena, centre de congrès et parc des expositions Publié le 06/06/2023

Maîtres d'ouvrages : Orléans MétropoleMaîtres d'oeuvres : Ferrier Marchetti StudioEntr… [...]

Extension et rénovation partielle d'une maison familiale à Mantes-la-Jolie Publié le 16/12/2022

Maîtres d'ouvrages : privéeMaîtres d'oeuvres : Bérénice Curt Architecture, co-traitants : … [...]

Le Majestic - Scène de Montereau Publié le 23/11/2022

Maîtres d'ouvrages : Ville de Montereau-Fault-YonneMaîtres d'oeuvres : Atelier Novembre … [...]

CasArts - Grand Théâtre de Casablanca Publié le 23/06/2022

Maîtres d'ouvrages : Casablanca Aménagement S.A. / Egis Bâtiments InternationalMaîtres d'oeuvres… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
35    01 02 03
3604 05 06 07 08 09 10
3711 12 13 14 15 16 17
3818 19 20 21 22 23 24
3925 26 27 28 29 30  

> Questions pro

« In solidum » : jusqu’à quel point l’architecte doit-il être solidaire ?

Michel Klein, directeur général adjoint de la MAF, revient sur des condamnations in solidum disproportionnées à l’encontre des architectes mie…

25 ans d’expérience sur les grands projets universitaires qui montrent les limites des PPP et le …

Qu'il s'agisse de la récente construction de l'ENS Paris-Saclay, de la complexe restructuration du campus de Jussieu ou plus récemment du Campus Con…

MOP ou conception-réalisation, comment faire le bon choix ?

Pour les maîtres d’ouvrage occasionnels, puiser dans la palette des procédures de marchés publics tient souvent du casse-tête au moment de lance…