Constructions itinérantes en bois pour urgence sanitaire

Rédigé par Aurélie REUTHER
Publié le 06/05/2020

La sévérité de la crise sanitaire que traverse le monde, le temps qui nous est imparti en raison du confinement aussi, font naître beaucoup de réflexions et de propositions innovantes. Avec la pandémie du Covid-19 le désir de tirer les leçons des manques actuels s’est fait jour, comme en témoigne le système de constructions modulaires en bois itinérantes COMBI, porté par un groupement réunissant promoteur, les architectes Djuric Tardio, et entreprises et invitant à réfléchir à ce que pourrait être un autre modèle de construction au service de besoins immédiats, tels que des hôpitaux de campagne, des centres de dépistage ou du logement d’urgence.

Ce dispositif déjà utilisé a démontré sa pertinence et son efficacité dans le cadre d’un projet de crèche publique modulaire et itinérante montée dans le jardin du Luxembourg en août 2019 (https://bit.ly/2L3clRR). En 2021, la crèche réalisée par Djuric Tardio Architectes sera démontée pour être déplacée dans le 13e arrondissement de Paris, afin d’accueillir des enfants parisiens privés de leur établissement coutumier alors en travaux.


Ces constructions éphémères, conçues pour être construites et installées dans un temps très court, doivent pouvoir investir l’espace de la ville qui en est dépourvu, d’une manière fixe ou provisoire, pour répondre à un contexte d’urgence. Alternative urbaine réconciliant l’éphémère et le pérenne, COMBI est un système d’assemblage de modules constructifs en bois permettant de réaliser des bâtiments reconfigurables et réversibles, pensés avec des matériaux légers principalement biosourcés et bas carbone. Ce projet est inspiré à la fois des schémas constructifs définis par Jean Prouvé – qui proposa en 1958 un projet de chapelles nomades dont trois furent réalisées selon ce principe par l’Evêché de Metz[1] - et de détails puisés dans l’architecture traditionnelle japonaise.


La réflexion menée autour du montage des constructions COMBI a permis d’aboutir à la conception d’assemblages permettant un démontage et remontage illimités des modules. Ce principe qu’avait développé Jean-Prouvé pour les églises itinérantes fut rapidement mis à mal par les architectes qui substituèrent aux murs constitués de panneaux préfabriqués des murs en grès rouge local. Les architectes disposèrent ensuite les chapelles mobiles sur des arcs-boutants en béton[2], si bien que les églises nomades désormais ancrées dans le sol ne purent jamais être déplacées.


La crise sanitaire que nous vivons aujourd’hui est l’occasion d’introduire ce dispositif de bâtiments reconfigurables à l’infini, pour faire face d’une part à l’urgence de se loger et d’autre part à l’inégale répartition des infrastructures de santé sur le territoire. C’est dans cet esprit que ce prototype, qui concilie gestion de la crise sanitaire et préparation de la relance économique, fut présenté dans le cadre de l’appel à projets du ministère des Armées pour des solutions innovantes pour lutter contre le Covid-19. En sollicitant acteurs locaux de la filière bois et en privilégiant circuits courts et essences locales, ce système de constructions modulaires en bois permettrait de garantir une suffisance nationale essentielle tout en assurant un bilan carbone favorable. Ces structures construites au service de besoins immédiats pourraient ensuite être transformées en équipements publics pérennes pour accueillir des fonctions différentes.  

 



[1] « La solution de Jean Prouvé », L’Art Sacré, no 9-10,1958, p.17-19

[2] Quelques années après la construction de ces églises nomades, Jean-Prouvé déplora que « certaines ont été construites, mais tellement scellées qu’elles ne sont plus mobiles ». 

Les articles récents dans Actus brèves

La restructuration de l’École du Louvre confiée à Hart Berteloot Publié le 03/07/2020

À l’aune des grandes réflexions autour de l’enseignement supérieur et des mutations… [...]

« Pour la recherche en architecture et paysage » : les 12 lauréats Publié le 29/06/2020

Le mécénat de la Caisse des Dépôts divulgue le nom des 12 lauréats de l’appel à… [...]

L'extension de la mairie de Biot sauvée de la destruction Publié le 24/06/2020

Alors que le chantier de l’extension de la mairie de Biot touche à sa fin, le nouveau maire… [...]

Le monde d’après selon les architectes Publié le 24/06/2020

La Cité de l’architecture et du patrimoine lance une série de débats consacrés aux défis… [...]

Exposition du mobilier iconique de la Villa Malaparte à Londres Publié le 17/06/2020

L’exposition Casa Malaparte Furniture, qui se tiendra à Londres du 15 juin au 19 septembre 2020… [...]

Photographies de Stefan Tuchila : "Paris vide" Publié le 09/06/2020

La série des photos “Paris vide” a commencé par une envie d’exploration et de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
27  01 02 03 04 05
2806 07 08 09 10 11 12
2913 14 15 16 17 18 19
3020 21 22 23 24 25 26
3127 28 29 30 31   

> Questions pro

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…

Retraite, les questions en jeu

Face à l’opposition suscitée par la réforme des retraites, que ce soit dans la rue ou à l’Assemblée nationale où le projet de loi a…