Du pisé à la terre coulée

Rédigé par Dominique GAÜZIN-MULLER
Publié le 28/02/2020

La communauté de communes Les Vals du Dauphiné

Dossier réalisé par Dominique GAÜZIN-MULLER
Dossier publié dans le d'A n°278

Les architectes de la pépinière d’entreprises Le Cap et leurs partenaires ont répondu à l’appétit d’innovation de leur maître d’ouvrage par un bâtiment-manifeste, en bois et terre coulée, qui anticipe les nouvelles pratiques constructives que la crise environnementale exige.

Pépinière d’entreprises à Saint-Clair-de-la-Tour, Isère

Reach & Scharff Architectes

Le Cap est le projet phare de l’écoquartier de La Corderie, qui mêle sur 12 ha logements, bureaux, ateliers artisanaux et activités de loisirs. Destiné en priorité aux jeunes entrepreneurs de la construction, il a été conçu comme un outil d’accompagnement à l’innovation rayonnant sur l’ensemble du territoire. La communauté de communes Les Vals du Dauphiné souhaitait qu’il combine l’utilisation du BIM, pour améliorer la communication entre les acteurs du projet, et la valorisation de ressources et savoir-faire locaux.

Faire évoluer les techniques vernaculaires

Le bâtiment est compact et homogène. Le volume des ateliers et l’aile des bureaux, salles de réunion et espaces de coworking sont reliés par une rue intérieure orientée nord-sud, ouverte sur le parc. Propice aux rencontres, elle sert aussi d’espace d’exposition aux créateurs hébergés. Dans une région où l’architecture vernaculaire en pisé est particulièrement riche, choisir un procédé de terre coulée permettait d’employer une ressource locale avec une mise en œuvre rapide, abordable et facilement reproductible, proche de celle du béton de ciment. Les murs du rez-de-chaussée, épais de 30 cm et hauts de 3 m, sont isolés par l’intérieur pour que la belle matière de la terre soit visible à l’extérieur et dans l’allée centrale. À l’étage, les panneaux préfabriqués à ossature bois sont isolés par de la laine de bois et bardés de carrelets en douglas prégrisé. La terre apporte de l’inertie, régule l’hygrométrie et améliore le confort d’été. Les systèmes de ventilation sont volontairement simples, non mécanisés et facilement appropriables par les utilisateurs. (...)

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
05   01 02 03 04
0605 06 07 08 09 10 11
0712 13 14 15 16 17 18
0819 20 21 22 23 24 25
0926 27 28 29    

> Questions pro

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…

L’architecture au prisme des contraintes environnementales : le regard singulier de Gilles Perraud…

Si les questions environnementales sont de plus en plus prégnantes, les labels et les normes propres à l’univers de la construction garantissent…