Équipements de service public, Neuvecelle

Rédigé par Maryse QUINTON
Publié le 18/10/2021

Que peut l’architecture à l’échelle d’un petit village qui connaît une croissance impromptue ? Beaucoup si l’on en croit png, Atelier Julien Boidot et Émilien Robin, qui livrent à Neuvecelle une opération riche d’un point de vue spatial, dont les vertus essaiment sur l’ensemble de cette commune de Haute-Savoie. Sur le site de l’école, qu’il s’agissait d’agrandir, viennent se greffer nouveaux bâtiments et extensions, créant un centre-bourg augmenté à la faveur d’une subtile intégration dans le tissu existant.

 

Sur le papier, le projet est modeste en termes de surface : 3 220 m2. Mais son impact sur la physionomie est important et les usages de ce village de 3 000 habitants s’en trouvent chamboulés. À proximité immédiate d’Évian-les-Bains, perché à 770 mètres d’altitude au-dessus du lac Léman, Neuvecelle appartient à ces petites communes dont la population a explosé en raison de sa situation frontalière. La Suisse ne connaît pas la crise et alentour la démographie scolaire se fait galopante. Conséquence directe, à Neuvecelle comme ailleurs, il faut pousser les murs de l’école pour répondre à la demande. Au cœur de la bourgade, le site où se trouve le groupe scolaire Robert-Magnin jouxte les commerces et les maisons individuelles et bénéficie de vues saisissantes, en balcon sur le lac Léman.

La nécessité d’agrandir l’école fut l’occasion pour Neuvecelle de s’interroger sur ses nouveaux besoins et de s’engager sur un projet plus ambitieux en termes de programme. En 2015, la municipalité organise un concours afin d’imaginer un centre-bourg augmenté de nouveaux services : un gymnase, une bibliothèque, un restaurant scolaire, une école maternelle de six classes, une école élémentaire de neuf classes, des locaux périscolaires et un parking public. Voilà pour la tranche ferme. Dans un esprit intergénérationnel, une tranche conditionnelle, non réalisée à ce jour, prévoit une maison de soins et un relais d’assistantes maternelles (RAM). Cette mixité d’usages invite à la réflexion. Comment articuler tous ces équipements, les différents publics et flux qu’ils brassent, les croisements possibles, ceux qui ne le sont pas, et autres multiples questions inhérentes à cette mixité quand celle-ci est une réalité concrète et non un argument commercial brandi par un promoteur ?

 

Une « famille » de bâtiments

Pour la municipalité, la solution de facilité eut été de déplacer l’école en périphérie et de construire un nouveau bâtiment correctement dimensionné sur un terrain vierge moins contraint. Mais l’opportunité était trop belle de renforcer la centralité élémentaire que représente depuis toujours « l’école du village ». Pour autant, l’idée première du concours est celle d’un équipement unique regroupant les différentes fonctions sous un même toit, ce qui aurait impliqué une tout autre échelle, une intégration plus complexe. Le choix du lauréat se porte sur une association d’AJAP 14 : png (Antoine Petit, Nicolas Debicki, Grichka Martinetti), Atelier Julien Boidot et Émilien Robin, associés à l’Atelier des Cairns, paysagiste local installé à Chambéry. La fragmentation du programme, répondant à la nécessité impérieuse pour cette équipe de se fondre dans le tissu du village, va faire la différence, convainquant le jury à l’unanimité. Nadine Wendling, adjointe au maire de Neuvecelle, raconte que la proposition lauréate était en effet la seule à préserver l’identité du village. Le plan de situation au 1/5 000 suffirait presque à mesurer la délicatesse de l’inscription dans le site. Pas de bâtiment signal donc, qui, avec vraisemblablement trop de grandiloquence, aurait raconté qu’il se passait quelque chose ; place à l’architecture qui suture, qui agit avec humilité, multipliant les adressages et les entrées dans une approche fine du territoire.

Lové dans la boucle d’une rue, le projet s’organise dans la pente existante, de part et d’autre d’une rue intérieure qui articule et dessert les différents programmes d’est en ouest. Il y a les bâtiments, mais aussi les circulations, protégées ou à l’air libre, les espaces extérieurs, les cours de récréation, les accès intérieurs ou extérieurs, l’ensemble formant un petit ballet urbain rondement mené et d’une grande lisibilité. Les interactions sont favorisées entre les différents programmes, entre le dedans et le dehors, toujours avec intention. Au point haut, à proximité du parking et des commerces, le gymnase et la bibliothèque se font face autour d’un parvis faisant office de place publique face au lac Léman. En contrebas s’installent les salles de classe des écoles maternelle et élémentaire, le restaurant scolaire. Décloisonnée et réhabilitée, l’école originelle accueille désormais les locaux destinés aux activités périscolaires.

 

Intégration fine

À Neuvecelle, le grand paysage a le premier rôle et il ne s’agit pas de lui faire concurrence. Dans toute l’opération, la position de surplomb offre en continu des points de vue sur le lac Léman. De cette déférence, juste sans être surjouée, découle un sentiment étonnant que l’on pourrait formuler ainsi : « Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place. » La citation de Samuel Smiles résume le sentiment qui domine lorsqu’on arpente cette opération, ce que png dit à sa manière : « Le déjà-là est valorisé, étendu, complété, adapté, parfois démoli. » Au cas par cas pourrait-on ajouter. Chaque élément de programme est ainsi positionné avec ténuité, de manière à tisser des liens étroits avec le voisinage, tandis qu’à une échelle plus globale la parcelle s’ouvre sur la ville. Les bâtiments forment « une famille », explique png. « Plus ils sont imposants, plus ils sont transparents. Le regard circule. » Le lien de parenté est façonné par les toitures à double pente, les matériaux utilisés et les ouvertures avec une forme d’évidence. Les architectes ont misé sur une analogie avec les écritures locales et des archétypes vernaculaires de Haute-Savoie. D’un point de vue constructif, les ancrages sont en béton, recevant des charpentes en bois massif et des façades tantôt en bois (gymnase), en moellons enduits (restaurant et bibliothèque), en béton (extension de l’école maternelle). Chaque bâtiment est ainsi une déclinaison de ce principe de structure mixte qui régit l’ensemble.

La Suisse toute proche diffuse jusqu’à Neuvecelle. Les jeux dans la cour de récréation sont permissifs, le ruissellement de l’eau devient pédagogique, l’enceinte de l’école laisse celle-ci entretenir le dialogue avec la ville. On pourrait même apporter un goûter oublié en tendant le bras par-dessus la clôture plafonnée à 1,30 mètre : sommes-nous vraiment en France ? Une qualité qui s’exprime aussi par le paysage. L’intervention de Jérémy Huet (Atelier des Cairns) n’est pas secondaire : il y a autant d’espaces extérieurs qu’intérieurs. Il a mis en place un esprit de talus forestier favorisant une grande diversité d’usages et privilégiant des matériaux locaux (pierre, concassé). Sans grand geste ni prétention, et parce qu’il concerne les services du quotidien, ce projet se lit à l’aune de l’impact immédiat qu’il crée sur son territoire. Il est un bel exemple de ce qui se joue actuellement dans les territoires ruraux et de la part belle que, lentement mais sûrement, parvient à s’y faire l’architecture contemporaine.



Maîtres d'ouvrages : commune de Neuvecelle

Maîtres d'oeuvres : Atelier png, associés à Julien Boidot, Émilien Robin, assistés d’Anne Klépal (architectes) ; Atelier des Cairns, Jérémy Huet (paysagiste)


Entreprises : Corealp, gros œuvre ; Darvey, CBC ; Vergori, menuiseries intérieures et extérieures

Surfaces : 3 220 m2 SU (tranche ferme), 530 m2 SU (tranche conditionnelle), 2 680 m2 (espaces extérieurs) ; 375 m2 (parking)

Cout : 7,57 millions d’euros HT (tranche ferme), 1,05 million d’euros HT (tranche conditionnelle)

Date de livraison : 2021

Vue depuis le parvis haut<br/> Crédit photo : GUILLAUME Clément Vue latérale avec le gymnase au premier plan<br/> Crédit photo : GUILLAUME Clément vue panoramique sur le lac Léman depuis le parvis<br/> Crédit photo : GUILLAUME Clément Vue intérieure <br/> Crédit photo : ATELIER PNG Architecture Vue intérieure<br/> Crédit photo : ATELIER PNG Architecture Coupe transversale<br/> Crédit photo : ATELIER PNG Architecture Coupe transversale<br/> Crédit photo : ATELIER PNG Architecture

VOIR ÉGALEMENT

>> Choix de d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Publiés par d'a

La villa Rohan, Bordeaux Publié le 18/11/2021

Maîtrise d’œuvre : Atelier Cambium ; ID Bâtiment (structure) ; C3 … [...]

Les Cèdres, Issy-les-Moulineaux Publié le 18/11/2021

Maîtrise d’œuvre : La SodaMaîtrise d’ouvrage : ImmocadesProgramme :… [...]

Îlot Saint-Germain, Paris 7e Publié le 18/11/2021

Maîtrise d’œuvre : FBAA, François Brugel Architectes Associés ; h2o … [...]

Flat Iron, Paris 14e Publié le 18/11/2021

Maîtrise d’œuvre : BFV architectes ; Artelia (TCE) ; Plan02 (thermique et… [...]

La résidence Bertelotte, Paris 15e Publié le 18/11/2021

Maîtrise d’œuvre : NZI Architectes ; EVP (structure) ; Wor (fluides) ; … [...]

Le 58, rue de Mouzaïa, Paris 19e Publié le 17/11/2021

Maîtrise d’œuvre : Canal architecture ; Khephren (structure) ; Espace Temps … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
4401 02 03 04 05 06 07
4508 09 10 11 12 13 14
4615 16 17 18 19 20 21
4722 23 24 25 26 27 28
4829 30      

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…