Le cru et le cuit : Groupe scolaire Thomas-Pesquet, Villepreux (78)

Architecte : Joly & Loiret
Rédigé par Stéphane BERTHIER
Publié le 30/11/2022

L’école que vient de livrer l’agence Joly & Loiret concrétise en partie leurs réflexions sur l’emploi des matériaux naturels, notamment la terre crue, pour diminuer l’impact environnemental des constructions. Mais ces architectes savent mieux que d’autres que les bonnes intentions ne suffisent pas à faire une architecture de qualité. Leur approche transcalaire – du territoire au détail constructif en passant par la définition d’espaces pédagogiques originaux – dépasse heureusement les questions des processus vertueux.

À quelques kilomètres au nord-ouest de Versailles, la commune de Villepreux est située dans la plaine agricole des Yvelines, que l’urbanisation du Grand Paris grignote peu à peu. L’école en question est d’ailleurs bâtie sur une extension récente de la ville gagnée sur des terres céréalières, faite de médiocres petits collectifs et de pavillons pires encore. Comme souvent, nous sommes confronté au paradoxe de devoir parler de constructions écologiques immergées dans des opérations de croissance urbaine qui font disparaître la campagne à un rythme infernal. N’acceptant plus d’être celui qu’on invite à planter l’arbre qui cachera la disparition de la forêt, Paul-Emmanuel Loiret nous explique qu’il a renoncé à l’exercice de la maîtrise d’œuvre pour se concentrer sur l’enseignement et la recherche. Ce projet est donc le dernier d’un tandem qui a marqué le paysage architectural français des dix dernières années avec plusieurs édifices de bonne facture, régulièrement publiés et exposés. Désormais, Serge Joly continuera seul dans cette voie (...)



Maîtres d'ouvrages : Ville de Villepreux
Maîtres d'oeuvres : Serge Joly et Paul-Emmanuel Loiret ; chefs de projet : Charlotte Siwiorek (concours), Grégory Lalau-Keraly (études et chantier)

Entreprises : EVP, structure ; BET Choulet, fluides et HQE ; BMF, économie ; Arwytec, cuisiniste ; LASA, acoustique

Surface SHON : 3 606 m2
Cout : 7,3 millions d’euros HT
Date de livraison : 2021

La cour de récréation<br/> Crédit photo : RENOU Schnepp Hall d'entrée<br/> Crédit photo : RENOU Schnepp Coupe transversale<br/> Crédit photo : RENOU Schnepp

VOIR ÉGALEMENT

>> Choix de d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Publiés par d'a

Une sobriété monumentale : Crèche de 24 berceaux au sein du Palais de l'Alma Publié le 12/12/2022

Maîtres d'ouvrages : Présidence de la RépubliqueMaîtres d'oeuvres : Atelier Régis Roudil A… [...]

Le temps retrouvé : 18 logements sociaux au Raincy, Seine-Saint-Denis Publié le 01/12/2022

Maîtres d'ouvrages : Immobilière 3GMaîtres d'oeuvres : Barrault PressaccoEntreprises :… [...]

A l'ombre des livres : Médiathèque Charles-Nègre, Grasse Publié le 01/12/2022

Maîtres d'ouvrages : Ville de GrasseMaîtres d'oeuvres : Ivry Serres (avec Benjamin Vassi… [...]

Bunker muséologie Publié le 21/10/2022

Maîtres d'ouvrages : Bayeux Intercom (maîtrise d’ouvrage déléguée pour Bayeux Intercom, … [...]

Unpacking my library Publié le 20/10/2022

Maîtres d'ouvrages : ministère de la Culture et de la Communication, ministère de l’Éduc… [...]

A la recherche de l'aménité ; mais pour qui ? Publié le 18/10/2022

Maîtres d'ouvrages : Kaufman & Broad (lots A et C) ; Pitch Promotion (lot B… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…