Domestiquer l’exposition

Rédigé par Léo FIGUET
Publié le 01/06/2021

Bathroom par Jerszy Seymour

Article paru dans le d'A n°290

À Cognac, une fondation d’art contemporain d’un nouveau genre réinvente l’exposition de design. Depuis 2016, la Fondation d’entreprise Martell s’est installée dans une ancienne usine d’embouteillage que l’agence bordelaise Brochet Lajus Pueyo réhabilite par étapes successives. Comme la Fondation Luma à Arles, elle fait partie de ces structures privées qui choisissent de s’éloigner des métropoles. Celles-ci proposent de s’ancrer durablement dans un territoire et de s’offrir comme de nouveaux espaces de vie locale. Imaginée peu avant le premier confinement, « Places to be » est la première exposition collective de Martell. 

Depuis le début des travaux, chaque exposition de la très jeune Fondation Martell permet de dévoiler une partie de ses nouveaux aménagements. En 2016, celle de Vincent Lamouroux avait permis de faire découvrir les entrailles de l’ancienne usine, qui ont toujours été inaccessibles. Deux ans plus tard, la structure protéiforme et polyvalente de Selgascano proposait de découvrir un nouveau jardin, réaménagé et désencombré. Ces événements sont surtout l’occasion de mettre en place le concept des expositions proposées par la Fondation et portées par Nathalie Viot, sa directrice : transversales, transdisciplinaires, immersives et locales. « Places to be », la deuxième exposition depuis l’ouverture de la galerie immersive, au rez-de-chaussée, ne déroge pas à la règle. Après l’espace public de Selgascano, c’est l’espace domestique qui est au centre de ce nouvel événement. 


À travers cette exposition, Nathalie Viot veut d’abord mettre en avant le savoir-faire charentais. Lors d’une visite dans l’usine de matériel viticole Chalvignac, elle découvre les immenses cuves en inox qui servent à la fabrication du cognac, qu’elle décide de mettre en scène. Avec Laurent Geoffroy, le designer de l’entreprise, elle dessine et monte ces cuves qui deviennent les pièces d’une grande maison. (...)

Les articles récents dans Actus brèves

Prix d’architectures : les lauréats 2021 Publié le 16/09/2021

Les Prix d’architectures 10+1 ont été remis hier soir, jeudi 16 septembre, au Centre Pompidou.… [...]

Glenn Murcutt lauréat du Praemium Imperiale Publié le 14/09/2021

Initialement prévue en 2020, cette édition du « Nobel des Arts », créé en 1988 par… [...]

En Wallonie, construire le futur du logement social Publié le 07/09/2021

En septembre, l’Institut Culturel d’Architecture Wallonie-Bruxelles s’interroge sur… [...]

« Le noir en façade » : une conférence animée par D’A au Carreau du Temple Publié le 06/09/2021

Pour sa 7e édition, Materials & Light se tiendra les 13 et 14 septembre au Carreau du Temple à… [...]

Le Havre re-reconstruit au MuMa Publié le 03/09/2021

À l’invitation du MuMa - Musée d'art moderne André Malraux, le photographe et modéliste… [...]

Palacio Capanema : un chef-d’œuvre vendu à l’encan Publié le 01/09/2021

L’un des bâtiments les plus emblématiques de l’architecture du 20ème siècle est… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
35  01 02 03 04 05
3606 07 08 09 10 11 12
3713 14 15 16 17 18 19
3820 21 22 23 24 25 26
3927 28 29 30    

> Questions pro

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…