Innover d’urgence. Entretien avec Marc Barani (6/7)

Rédigé par Karine DANA
Publié le 29/04/2022

Projet de logements dans le quartier Brazza à Bordeaux, à usages flexibles et réversibles. Collaboration réunissant architecte, bureaux d’études, universités et laboratoires de recherche

Dossier réalisé par Karine DANA
Dossier publié dans le d'A n°298

En revenant sur son expérience de construction innovante de « plancher capable » bois et béton, l’architecte marc Barani nous explique l’importance de s’inscrire aujourd’hui dans de nouveaux cadres d’intervention, de recherches et de procédures. Défenseur d’une approche très contextualisée de la construction béton, il explique combien les stratégies d’hybridation constituent désormais de nouvelles opportunités pour penser le projet.

D’a : Vous avez travaillé sur des procédures liées à la possibilité d’innover au sein du processus même de construction, en adaptant la réglementation au projet. Pouvez-vous nous parler de cette expérience ? 

En 2015, nous avons en effet travaillé sur la loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (loi LCAP), et nous avons mis en place avec le groupe Innover le « permis de faire », autorisant les innovations contrôlées à des fins d’intérêt public. 

Ce permis repose sur l’idée que, pour innover, il faut pouvoir adapter les réglementations. En effet, les normes sont issues de raisonnements impliquant les industriels, les institutions d’État, les assurances, etc., mais elles ne sont pas toujours adaptées à l’architecture ni à l’innovation. Aujourd’hui, le « permis de faire » existe et pourrait constituer une chance pour tester de nouveaux modes constructifs, mais les architectes ne s’en sont encore jamais saisis. Il offre pourtant l’occasion d’impliquer une procédure expérimentale au sein d’un projet, de créer autour une dynamique de recherche avec une équipe pluridisciplinaire, de tester si la proposition constructive fonctionne, d’y associer une assurance spéciale et, par la suite, d’adapter la réglementation. Il est pratiquement impossible de lancer de nouveaux systèmes constructifs sur le marché, sans un investissement lourd et coûteux. Consciente de ce problème la Caisse des dépôts et consignations a lancé, en écho à ce permis, et en partenariat avec les ministères de la Culture, du Logement et de l’Environnement, un appel à projets pour « une architecture de la transformation », porté par le Lab CDC. (...)

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
17      01
1802 03 04 05 06 07 08
1909 10 11 12 13 14 15
2016 17 18 19 20 21 22
2123 24 25 26 27 28 29
2230 31      

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …