La collection Pinault, enfin à Paris

Rédigé par Emma NGUYEN
Publié le 20/05/2021

Vue de la rotonde

Avec la transformation de la Bourse de Commerce en musée d’art contemporain, le collectionneur et homme d’affaires François Pinault poursuit le rêve de présenter sa collection en plein cœur de Paris après l’abandon du projet de l’île Seguin il y a plus de 15 ans. Ce monument emblématique de l’architecture parisienne, d’abord halle au blé au XVIe siècle après de nombreuses transformations et rénovations hasardeuses à partir des années 70, est aujourd’hui restauré et vivifié par l’architecte Tadao Ando associé à l’agence parisienne NeM, Pierre-Antoine Gatier pour les parties classées, et le BET Setec.

Au centre de la rotonde, Tadao Ando a choisi d’inscrire un cylindre de béton de neuf mètres de haut. Cette forme élémentaire dialogue avec la lumière zénithale de la coupole et le décor peint qui la surplombe dans une mise en tension presque cosmique. En occultant une partie des façades intérieures, l’architecte japonais a choisi d’envelopper le visiteur dans un espace qui invite à la contemplation et à l’introspection. Entre cette façade historique et la paroi de béton, des escaliers s’enroulent pour donner accès aux galeries latérales d’exposition et au sous-sol avec son auditorium.

 

François Pinault a également fait appel à Ronan et Erwan Bouroullec pour concevoir les aménagements mobiliers. Les deux frères ont travaillé tout en douceur et sobriété : des bancs et mats extérieurs autour du bâtiment, luminaires et assises s’habillent uniformément d’accents métalliques. À l’intérieur, ils ont créé des lustres s’élevant dans toute la hauteur du vide des escaliers, des chaises, des bancs et divers éléments de muséographie en acier laqué et cordes blancs, noirs ou gris. Dans le restaurant, dont la carte est élaborée par Michel Bras, des tapis aux couleurs de bois brûlés, des rideaux en treillis aux larges trames de tons gris, des sièges et tables à la structure en acier martelé aux teintes sombres (Officina de chez Magis), toute une atmosphère sobre et feutrée qui adoucit l’éclatante lumière des fenêtres ouvertes vers les Halles et le centre Pompidou.

 

Auparavant exposée au Palazzo Grassi et à la Punta della Dogana à Venise, la collection contemporaine révèle aujourd’hui son caractère éclectique. L’accrochage principal se compose d’une riche collection picturale et sculpturale où l’on retrouve, entre autres, Rudolf Stingel, Marlène Dumas ou Antonio Oba autour d’une proposition mixte dépeignant la figure humaine. Le premier étage présente une sélection photographique avec six artistes dont Cindy Sherman réunis autour des questions d’identité, de genre et de sexualité. On peut également re-découvrir les réalisations de Bertrand Lavier et ses ready-mades revisités dans le « Passage », espace intermédiaire à l’extérieur du cylindre. La monumentalité de la Galerie 2 consacre son espace aux oeuvres de l’incontournable figure du Black Arts Movement, David Hammons, dévoilés pour la toute première fois. Au sous-sol, le Studio immerge les visiteurs dans la pénombre et l’ambiance sonore de l’artiste français Pierre Huygues. L'oeuvre Untitled d’Urs Fischer, une réplique de l’Enlèvement des Sabines en cire subit au centre du cylindre une lente consomption évoquant l’évanouissement lent de la beauté. La collection Pinault offre ainsi au public une belle démonstration de l’infinie diversité créative contemporaine.

Les articles récents dans Actus brèves

Rénovation de la tour Bretagne : les 8 équipes annoncées Publié le 26/01/2023

La tour Bretagne de Nantes était fermée au public depuis juin 2020. Promise à un concours d'archi… [...]

Nunous : A new life for waste Publié le 17/01/2023

À l’occasion d’une exposition à la galerie Planète rouge, l’entreprise japonaise Sheishoku … [...]

« Urgence énergétique : pour la qualité de l’architecture, les marchés globaux ne sont pas la solution » Publié le 13/01/2023

Dans une tribune de 12 janvier 2022, l’Ordre des Architectes d’Île-de-France alerte sur la mon… [...]

Renée Gailhoustet. 1929 - 2023 Publié le 09/01/2023

Renée Gailhoustet est décédée mercredi 4 janvier dernier dans son logement à Ivry sur Seine. El… [...]

Christian de Portzamparc s'expose à l'Académie Publié le 06/01/2023

L’Académie des beaux-arts a décerné le Grand Prix d’Architecture (Prix Charles Abella) 2022 … [...]

Patrick Germe. 1952 - 2022 Publié le 04/01/2023

Figure extrêmement discrète et pourtant importante du monde de l’architecture française, Patric… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
52      01
0102 03 04 05 06 07 08
0209 10 11 12 13 14 15
0316 17 18 19 20 21 22
0423 24 25 26 27 28 29
0530 31      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…