Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rédigé par Christine DESMOULINS
Publié le 05/09/2022

Article paru dans d'A n°301

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des bâtiments sans recours à l’expertise des architectes, potentiel contre-productif de certaines mesures environnementales... quel rôle peuvent jouer les ABF face à ces menaces ? Nous avons demandé à Jean-Lucien Guenoun, secrétaire général du Syndicat national de l’environnement, de l’architecture et de l’urbanisme (SNATEAU), de nous éclairer.

D’A : Qu’il s’agisse de quartiers anciens ou d’architecture contemporaine, quelle est la spécificité du métier d’ABF ?

Notre métier étant à l’articulation du cadre de vie, de la protection architecturale et de la promotion de l’architecture contemporaine, nous sommes les seuls acteurs de la profession à faire le lien entre aménagement du territoire, urbanisme, patrimoine et architecture. Les UDAP (Unités départementales de l’architecture et du patrimoine) sont l’unique service à aborder les documents d’urbanisme avec des critères qualitatifs. Le ministère de l’Écologie s’en tient à une approche juridique. En 1995, l’architecture a été transférée du ministère de l’Urbanisme à celui de la Culture et, depuis, la dissociation entre l’architecture et l’urbanisme se creuse. Le corps des ABF, qui travaille avec ces deux ministères, s’efforce de faire le lien de par sa responsabilité sur les quartiers anciens ou d’intérêt patrimonial contemporain mais aussi les sites classés et les grands sites appelant une vigilance. Depuis le pamphlet fondateur de Victor Hugo « Guerre aux démolisseurs », le patrimoine a toujours été à la pointe du cadre de vie et de la mémoire et l’attention qui lui est portée s’accroît. Aujourd’hui, qui oserait songer à démolir la gare d’Orsay ? Le goût du vintage présent dans la décoration n’ayant pas encore touché l’architecture, c’est à nous sur le terrain de faire apprécier ce qui n’est pas reconnu. 


(...)

Les articles récents dans Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ? Publié le 19/10/2022

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marq… [...]

Détruire ou non ? Publié le 28/03/2022

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent ré… [...]

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA Publié le 25/02/2022

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obére… [...]

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot. Publié le 09/12/2021

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spéci… [...]

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ? Publié le 18/10/2021

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en auto… [...]

Les ABF, de la censure au dialogue constructif Publié le 02/09/2021

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des arc… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…