Réemploi 1/8 - Un champ à investir pour l’architecte - Entretien avec Quentin Chansavang et Hugo Topalov, Bellastock

Rédigé par Cyrille VÉRAN
Publié le 06/07/2021

La base de vie et la halle-atelier, deux des installations temporaires réalisées dans le cadre du projet Actlab

Dossier réalisé par Cyrille VÉRAN
Dossier publié dans le d'A n°291

Depuis la création de leur collectif en 2006, alors qu’ils étaient étudiants à l’École d’architecture de Paris-Belleville, les membres de Bellastock se sont imposés comme des acteurs incontournables de l’économie circulaire et du réemploi en particulier. L’association s’est constituée en société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) en 2019, un format qui lui permet de consolider ses actions. Celles-ci reposent sur trois piliers : la sensibilisation et la formation pour tous les publics à travers les festivals, notamment, et le CAAPP, un nouveau lieu d’expérimentation transdisciplinaire qui s’ouvre à Évry-Courcouronnes dans l’Essonne ; la recherche entamée avec les projets REPAR 1 et 2 pour l’Ademe, qui se poursuit avec le programme européen FCRBE ; les missions AMO auprès des maîtres d’ouvrage et architectes. Le point avec Bellastock sur les avancées et freins du réemploi en France. 

D’a : À la demande de la Direction du développement économique de Plaine Commune, vous avez mené pendant trois ans une étude sur le métabolisme urbain de son territoire. Cette échelle vous semble-t-elle la plus adaptée pour gérer les flux des matériaux entrants et sortants ? 


Le point de départ de cette recherche est le renouvellement urbain massif de ce territoire qui entraîne des flux colossaux de matériaux entrants et sortants, dans un schéma linéaire de consommation des ressources non renouvelables et de mises en décharge toujours plus éloignées. L’objectif de Plaine Commune est d’assurer la soutenabilité des aménagements et constructions sur son territoire en mobilisant les ressources matérielles et humaines endogènes. Il est certain que la question de la gouvernance est un sujet essentiel pour appliquer l’économie circulaire à ces pratiques. C’est à l’échelle intercommunale ou régionale que peut s’élaborer la planification des flux et, en corollaire, se généraliser et se massifier le réemploi avec la création de filières et d’emplois locaux à la clé. L’économie circulaire rejoint l’économie sociale et solidaire. 

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Décembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
48   01 02 03 04
4905 06 07 08 09 10 11
5012 13 14 15 16 17 18
5119 20 21 22 23 24 25
5226 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…