L’architecture est trop sérieuse pour être laissée aux architectes

Rédigé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Publié le 02/12/2022

L’architecture est trop sérieuse pour être laissée aux architectes

Article paru dans d'A n°303

L’architecture est trop sérieuse pour être laissée aux architectes, Giancarlo De Carlo, Éditions Conférence, 16 x 22 cm, 384 p., 49 ill., 29 euros.

Incarnation typique de la figure de l’architecte-intellectuel engagé, Giancarlo De Carlo (1919-2005) voit ici la première publication en français de douze textes qu’il a écrit pendant plus de trente années (1959-1995). Admirablement traduits par Christophe Carraud, ils abordent des thèmes chers au praticien, enseignant et homme de revues (il a fondé en 1978 et dirigé pendant de nombreuses années la revue Spazio e Società) : le malaise dans la modernité et dans les Ciam (dont il fut membre dès le congrès d’Hoddesdon en 1951) ; la crise de l’enseignement et mai 1968 ; la « résidence » (qu’il aurait peut-être fallu traduire par « l’habitat », question fondamentale durant les derniers Ciam, lors desquels De Carlo fut très actif) ; la participation des habitants, qui fut le combat de sa vie ; le rapport des villes et des territoires ; la coupure entre l’architecture et son public, laquelle appelle un diagnostic sévère, que tempère une injonction : « L’architecture est morte, vive l’architecture ! » Curieusement, aucun texte de cette sélection n’évoque le travail à la fois architectural, urbain, politique et pédagogique qui aura occupé De Carlo pendant presque cinquante années dans la ville d’Urbino. Une omission que pourrait réparer un nouveau volume de traductions, tant la production écrite de l’architecte est féconde.

À noter, chez le même éditeur (qui a produit en 2021 une précieuse traduction des Kindergarten Chats de Louis H. Sullivan), deux ouvrages de l’architecte et enseignant vénitien Franco Mancuso : Venise est une île (2015) et La Tâche de l’architecte (2022). On annonce également une traduction très attendue, celle de l’ouvrage de 1936 de Giuseppe Pagano et Daniel Guarniero, Architecture rurale italienne. GMJ

Les articles récents dans Livres

Anna Heringer: Essential Beauty Publié le 02/12/2022

[...]

Le choix de la librairie Mollat Publié le 02/12/2022

Implantée sur 2 700 m2 au cœur de Bordeaux, la librairie Mollat consacre depuis de nombreuses ann… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
52      01
0102 03 04 05 06 07 08
0209 10 11 12 13 14 15
0316 17 18 19 20 21 22
0423 24 25 26 27 28 29
0530 31      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…