N° 151 - Décembre 2005

Les crises sociales, c’est normal, conduisent toujours à exacerber les manichéismes, comme pour mieux nier la complexité des questions en jeu. Moins on comprend, plus il faut des boucs émissaires : flics, politiciens, immigrés, architectes. En attendant de réaliser que la récente recrudescence de l’usage du cocktail Molotov relève d’un ordre de raisons qui nous échappe encore, chacun aboie, accuse et crie vertu pour mieux se disculper d’une responsabilité qui nous incombe pourtant à tous. Les « grands ensembles » sont le décor expiatoire de ce théâtre dont se délecte chaque soir la télévision. Il est vrai que pour la mémoire de quelques barres ou tours auxquelles on reconnaît aujourd’hui des qualités que n’atteignent pas la plupart des architectures actuelles, on ne peut omettre de rappeler que beaucoup d’architectes se sont hier faits complices d’un urbanisme indigent. Leur cynisme et leur bêtise ne doivent pas être oubliés. Mais croire que les émeutes n’auraient pas lieu avec la même violence dans un environnement pavillonnaire relève de l’ignorance. D’abord parce que, comme à Los Angeles, c’est justement dans ce type d’habitat que les premières violences urbaines de ce genre se sont déclenchées, et ensuite parce que les tares dont sont chargées, souvent avec raison il est vrai, les cités sont justement atténuées par la relative densité de leur organisation. Croit-on réellement que l’étalement urbain résout les problèmes de désenclavement, de transport ou d’équipement de proximité ? L’heureux propriétaire d’une maison de nain de jardin derrière son grillage au fond d’une raquette de lotissement crée-t-il du lien social ? Non, malgré leur déficience coupable de qualité urbaine, la ségrégation des cités ne leur est pas intrinsèque et c’est, au contraire, le développement inexorable de l’habitat pavillonnaire qui contribue, par l’exclusion de l’autre, à la relégation. Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Photographes

» Éric Baudelaire : « L’architecture comme métaphore de l’État »

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» La Philharmonie Luxembourg Architecte Christian de Portzamparc texte Emmanuel Caille
» Patrick Devanthéry et Inès Lamunière Une pratique ouverte et signifiante texte de Joseph Abram
» Éric Baudelaire : « L’architecture comme métaphore de l’État » propos recueillis par Yasmine Youssi
» D.P.L.G. : vie et mort d’un diplôme (2e partie) texte de Marie-Jeanne Dumont
» La maison est une petite ville Architectes : OMA (Rem Koolhaas et Ellen van Loon) texte Françoise fromonot

> L'Agenda

Juillet 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
26    01 02 03
2704 05 06 07 08 09 10
2811 12 13 14 15 16 17
2918 19 20 21 22 23 24
3025 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée par l’Éco…