Détruire ou non ?

Rédigé par Christine DESMOULINS
Publié le 28/03/2022

Article paru dans d'A n°297

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands ensembles. Des interventions fines dans différents quartiers à divers moments – celle de Christian de Portzamparc rue Nationale à Paris (1991), celle de Vincen Cornu à Montfermeil (de 2007 à 2014) et aujourd’hui celle François Brugel dans le 13arrondissement – ont au contraire saisi cette opportunité pour vivifier le tissu urbain et remodeler des immeubles en site occupé, en travaillant l’espace public, les façades, les halls et l’intérieur des logements. Tout en ayant chacune leurs spécificités, ces trois opérations ont pour point commun de montrer qu’intervenir sur ces sujets demande de repartir de leurs qualités propres pour ne pas reproduire la tabula rasa qui les a souvent fait naître. Mais pour dynamiser l’existant, encore faut-il savoir détruire quand conserver tend à devenir une injonction. 

Confronter les options retenues par l’architecte d’une opération de réhabilitation réalisée pour Élogie-Siemp dans le périmètre de la ZAC Bédier-Oudiné avec celles d’un responsable de la Semapa, aménageur d’un projet urbain plus global, permet de comprendre pourquoi rue du Chevaleret, dans le 13arrondissement à Paris, une barre a été transformée et l’autre détruite.

Garder et transformer 

Nous avons voulu confronter le point de vue de l’architecte François Brugel, qui a conservé une barre (l’opération réalisée avec Élogie-Siemp maître d’ouvrage a été présentée dans notre numéro de décembre 2021-février 2022), avec celui de Ludovic Vion, l’aménageur de la ZAC qui détruit une barre voisine quasiment identique. Les deux approches répondent à des objectifs différents. (...)

Les articles récents dans Questions pro

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA Publié le 25/02/2022

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans… [...]

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot. Publié le 09/12/2021

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la… [...]

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ? Publié le 18/10/2021

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en… [...]

Les ABF, de la censure au dialogue constructif Publié le 02/09/2021

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des… [...]

Les effets pervers des marchés globaux 3/3 Publié le 05/07/2021

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux,… [...]

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2 Publié le 04/05/2021

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes.… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
17      01
1802 03 04 05 06 07 08
1909 10 11 12 13 14 15
2016 17 18 19 20 21 22
2123 24 25 26 27 28 29
2230 31      

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …