N° 297 - Avril 2022

Le bon logement est-il beau ?

Tâchons un instant d’oublier ce qui, depuis un demi-siècle, fait la médiocrité de la production ordinaire de logements : promoteurs et décideurs incultes ou cyniques, architectes incompétents ou complices des premiers, contraintes réglementaires inadaptées... Toutes choses régulièrement déplorées dans d’a comme chez nos confrères de la presse spécialisée. Ne soyons cependant pas aveugles sur notre arrogance et reconnaissons que par cette condamnation nous nous plaçons du côté des sachants, comme si nous savions forcément – en honnête architecte – ce qu’est un bon logement : il doit être plus grand, plus haut, plus ouvert, plus lumineux, plus frugal. Certes, et de même vaut-il mieux être en bonne santé qu’en mauvaise.
L’image que les architectes se font d’un bon logement n’est-elle pas plutôt souvent celle qui correspond à leur profil socioculturel? Voyons : vous êtes sur Arte, vous regardez une série policière scandinave; un couple cool (mais qui se dispute) avec deux enfants (un petit garçon et une fille ado) habite dans un espace très contemporain dont ils sont propriétaires; il y a des grandes baies vitrées, une grande cuisine blanche à îlot central, de larges canapés, un design épuré... Ce stéréotype n’est-il pas simplement une version plus chic de celui, terriblement standardisé et conventionnel, des promoteurs et de leur « suite parentale »? Correspondra-t-il encore aux besoins de la prochaine génération? L’instabilité qui règle désormais nos vies, qu’elle soit géographique, professionnelle ou affective, ne rend-elle pas dérisoire le lourd investissement d’une maison pour la vie ? Que dire de nos laptops qui ont permis de transformer n’importe quelle pièce en bureau, salle de réunion ou salon télé ? Et à quoi bon une belle vue ou une grande chambre lorsque notre premier univers visuel est notre écran ?
On raille le coliving de quelques hipsters mais ce type de partage était, avant la naissance de l’appartement bourgeois, l’un des modes d’habitat le plus répandu. Il ne faudrait cependant pas que toutes ces mutations et ces pratiques émergentes ne nous enferment dans de nouvelles normes, comme l’écrit Julia Tournaire en introduction de notre dossier de ce mois consacré au logement. On aimerait plutôt qu’elles nous invitent à remettre en cause nos certitudes et à refaire de la question des bons logements une question.

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Collet Muller Architectes : Une œuvre parallèle

Photographes

» Julien Gracq : L’œil géographique

Points de vue / Expos

» L'architecture ou l'art de transformer le réel. (5/9) Changement d'ère

Concours

» La résurrection de la barre Cassan. Appel d’offres pour la réhabilitation de la barre Cassan en logements pour étudiants, Paris 5e

Le dossier du mois

» HABITAT COLLECTIF : ENTRE CONTRAINTES ET PROSPECTIVES, REFAIRE DU LOGEMENT UNE QUESTION
» (1/2) Avant de s'interroger sur le bon logement, faisons du logement une question
» (2/2) Entretien avec François Brugel. Prolonger l’histoire, assumer la discrétion Mutation/rénovation, deux opérations de logements à Paris

Innovations

» Innover, c’est rester libre : l’exemple d’anatomies d’architecture

Les produits de la rédaction

» DOSSIER TECHNIQUE : Céramiques architecturales, le meilleur du Cersaie de Bologne
» D'A LAB : Savoir-faire high-tech
» PRODUITS UTILES

Questions pro

» Détruire ou non ?

Le Grand Entretien

» Entretien avec OFFICE KGDVS, Kersten Geers & David Van Severen : Les lois de la géométrie

Réalisations

Publiés par d'a

» Claveau-transition, une densité douce. 14 logements participatifs locatifs, cité Claveau, Bordeaux
» Face à face. 105 logements sociaux et 19 SOHO, Chapelle international, Paris 18e
» L’immeuble sur le pavillon. 2 crèches et 25 logements sociaux, Paris 18e
» 23 logements Pli, Paris 13e
» Assumer la discrétion. Rénovation de 106 logements, boulevard Soult, Paris 12e
» Prolonger l'histoire. Transformation d’un immeuble à vocation industrielle en 74 logements sociaux et 2 locaux commerciaux, quai de Valmy, Paris 10e

> L'Agenda

Juillet 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
26    01 02 03
2704 05 06 07 08 09 10
2811 12 13 14 15 16 17
2918 19 20 21 22 23 24
3025 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée par l’Éco…