Deux en un, une ruche d’entreprises à Tourcoing

Architecte : Tank architectes
Rédigé par Sophie TRELCAT
Publié le 03/04/2016

Réunissant dans un même bâtiment un programme de ruche d’entreprises et de parkings – l’un et l’autre permutable –, la dernière livraison de Tank architectes à Tourcoing répond à une politique de la ville visant à réduire la place de l’automobile dans l’espace public. L’édifice joue avec les mêmes accords que les bâtisses voisines réhabilitées, héritage patrimonial de cette vaste zone industrielle caractéristique du Nord de la France.

Ce projet de ruche d’entreprises innovantes et de parkings se situe dans la ZAC de l’Union à Tourcoing, le plus grand chantier français de réhabilitation de friche industrielle, 80 hectares dont le plan d’urbanisme a été conçu par les architectes parisiens Reichen et Robert. La parcelle qui lui a été attribuée se situe sur l’emprise de l’ancien peignage du quartier de la Tossée, dont les activités liées au textile ont cessé en 2004. Ce territoire socialement sinistré, au passé industriel riche, conservera néanmoins quelques traces de son patrimoine bâti : des magasins, une chaufferie et une passerelle, tous réhabilités. Sur l’ensemble du territoire, un grand parc paysager réduira les nuisances d’une voie rapide qui le longe, l’idée étant de réduire la place de la voiture. À terme, le projet sera l’écoquartier pilote de la métropole lilloise et la proposition d’Olivier Camus et de Lydéric Veauvy de l’agence Tank s’inscrit dans cette ambition en rassemblant dans un unique bâtiment les bureaux et les stationnements.

Il aura fallu la force de persuasion de l’agence Tank – ici bien nommée – pour que cette fusion programmatique ait lieu : en effet, le concours stipulait l’édification de deux bâtiments pour chacune des fonctions. S’appuyant sur la perspective de réduction du nombre de voitures en ville, les architectes avaient proposé une seule construction pour deux programmes. Sa conception rendrait possible la permutation des parkings en superficie supplémentaire pour le secteur tertiaire.


Alvéoles hexagonales

La structure, rationalisée au maximum et mise au point spécialement pour le projet, est faite d’un exosquelette de béton. Celui-ci est visuellement mis en scène en périphérie extérieure du bâtiment, et il rappelle avec sa trame d’alvéoles hexagonales la forme d’un nid d’abeilles. Les plissements en façade servent de contreventement pour consolider l’ossature de l’ensemble de manière à libérer des espaces de travail de 16 mètres de profondeur, exempts de tout point porteur. Il est donc possible de recloisonner de manière totalement différente les plateaux de bureaux. Concrètement, si on voulait les transformer en parkings, il faudrait juste ôter une couche d’étanchéité au sol, poser un isolant dans les vides et combler avec un béton maigre ménagé à cet effet. À l’inverse, il suffirait de cloisonner et de poser des façades pour changer les places de stationnement en espace de travail. Flexibilité et mutabilité sont ici une réalité tangible, la transformation étant d’ailleurs envisagée en trois phases successives.

La structure de béton laissée brute libère de larges parties vitrées. Les cloisons vers les couloirs de circulation intérieurs sont aussi transparentes. La matière brute des murs et plafonds des bureaux est ainsi mise en valeur. On retrouve ici le credo d’Olivier Camus et de Lydéric Veauvy : celui de limiter le second œuvre et de laisser apparaître la vérité structurelle. Les architectes épurent au maximum le second œuvre des bâtiments qu’ils conçoivent, en évitant les faux plafonds et les habillages de toutes natures. Aussi un travail tout particulier a-t-il été effectué en ce qui concerne la qualité des bétons, objet de nombreux essais sur site, sachant que celui-ci resterait tel quel. Les poteaux ont été coulés sur place dans des moules métalliques et les éléments horizontaux préfabriqués leur ont été liaisonnés lors du coffrage.

Le fonctionnement de l’ensemble se donne à lire d’emblée par la volumétrie du bâtiment : en rez-de-chaussée, les ateliers sur double hauteur agrémentés d’une mezzanine s’organisent autour de la cour intérieure dans laquelle les camions peuvent pénétrer. Les bureaux occupent les trois étages supérieurs, tandis qu’une émergence à l’angle sud-est marque la présence des circulations verticales et l’entrée dans l’édifice en rez-de-chaussée.


Châteaux industriels

Largement vitré et perméable sur l’intérieur, ce hall est le cœur de la ruche. Il regroupe sur ses côtés les fonctions communes telles que l’administration, les salles de réunion, les archives et la salle de documentation. Accueillant un escalier monumental, son émergence en R + 4 aboutit à une cafétéria, à une grande salle de réunion ainsi qu’à un jardin planté.

Ce sont ces fonctions collectives qui peuvent apporter une plus-value au programme de bureaux, ce dernier ne permettant pas une marge de manœuvre énorme, selon Olivier Camus et Lydéric Veauvy. Ici, les circulations verticales sont flanquées à chaque niveau de paliers confortables fonctionnant déjà comme des lieux d’échange. De nombreux bureaux bénéficient d’un superbe panorama sur le parc, appréciable pour tous depuis le jardin et les espaces en toiture, sans conteste d’une grande convivialité.

La structure se mue en esthétique et cette logique constructive visant à reprendre les déformations horizontales renvoie à l’idée d’efficacité industrielle, en parfaite adéquation avec la fonction de ruche d’entreprises innovantes qu’accueille le bâtiment.

Malgré son inventivité, cette bâtisse de béton fait naître un sentiment de familiarité car elle rappelle les châteaux industriels de ces paysages du nord auxquels les gens sont ici particulièrement attachés, et ce n’est donc pas un hasard si, depuis 2014, cette ruche a sa place dans le parcours des Journées du patrimoine.




[ Maître d’ouvrage : Conseil Général du Nord & SEM Ville Renouvelée – Maître d’œuvre : Tank architectes – Programme du projet : parking silo et ruche d’entreprises – Entreprise générale ou de gros œuvre : Nord France Constructions – BET : PROJEX – Surface : ruche Shon : 7 170 m2, parking Shob : 9 167 m2, soit 380 places de stationnement – Coût : 13,7 millions d’euros HT (ruche : 9,16 millions d’euros HT ; parking : 4,8 millions d’euros HT) – Durée du chantier : 18 mois – Livraison : 2015 ]


Lisez la suite de cet article dans : N° 243 - Avril 2016

La ruche d’entreprises accueille un programme tertiaire et des parkings à hauteur d’un quart/trois quarts.<br/> Crédit photo : TANK Architectes <br/> Crédit photo : TANK Architectes les bureaux profonds de 16 mètres sont vitrés sur l’extérieur et ainsi que vers le couloir intérieur de distribution.<br/> Crédit photo : TANK Architectes des circulations valorisées<br/> Crédit photo : TANK Architectes la plus grande façade de bureaux actuelle et son jardin en toiture s’ouvrent sur l’horizon très dégagé d’un nouveau grand parc.<br/> Crédit photo : LANOO Julien <br/> Crédit photo : DR  <br/> Crédit photo : DR

VOIR ÉGALEMENT

>> Choix de d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Publiés par d'a

Le renouveau du pin d'Alep - Extension du tennis club et création d'une salle polyvalente, Coudoux (13) Publié le 20/11/2023

Maître d’ouvrage : mairie de CoudouxMaîtrise d’œuvre : Atelier Régis Roudil Architectes, Am… [...]

Little big architecture - Troquet, Quesnoy-sur-Deûle, Nord Publié le 20/11/2023

Maître d’ouvrage : Ville de Quesnoy-sur-DeûleMaîtres d’œuvre : Hart Berteloot Atelier Archit… [...]

Du régionalisme tempéré - Base Force 06, Levens, Alpes Maritimes Publié le 20/11/2023

Maîtrise d’ouvrage : département des Alpes-MaritimesMaîtrise d’œuvre : Atelier Combas archit… [...]

Mitoyennetés domestiques - 106 logements sociaux, commerces et parking, Pantin Publié le 20/11/2023

Maître d’ouvrage : SEMIP pour ICF La SablièreMaître d’œuvre : Jean et Aline Harari, architec… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…

L’architecture au prisme des contraintes environnementales : le regard singulier de Gilles Perraud…

Si les questions environnementales sont de plus en plus prégnantes, les labels et les normes propres à l’univers de la construction garantissent…