Harry Gruyaert, la couleur des sentiments

Rédigé par Anne FREMY
Publié le 04/09/2023

Belgique, Bruxelles, Gare de Bruxelles-Midi

Article paru dans d'A n°310



Harry Gruyaert expose tout l’été au BAL, haut lieu parisien de la photographie, créé en 2010 par Raymond Depardon et Diane Dufour. On peut y voir (ou revoir) une série de 80 tirages Cibachrome originaux, réalisés entre 1974 et 1996, réunis pour la première fois à partir de collections institutionnelles et privées, ainsi qu’un diaporama mis en musique par Tuur Florizoone. L’œuvre de Harry Gruyaert, dominée par la couleur, est sublimée par la scénographie polychrome conçue par Cyril Delhomme.

Harry Gruyaert est né en 1941 à Anvers. Après des études de photographie et de cinéma, il quitte sa Belgique natale qu’il trouve triste et peu stimulante visuellement et intellectuellement. Dès lors, il multiplie les voyages et les expériences photographiques, de la mode à l’industrie, en passant par la publicité et le cinéma, tout en mûrissant son œuvre personnelle.

À New York dans les années 1970, il découvre le chromatisme exubérant de la culture pop et de l’imagerie publicitaire. Il se lie d’amitié avec des artistes comme Richard Nonas ou Gordon Matta-Clark, dont il photographie plusieurs œuvres in situ en cours de réalisation. À Londres, il réalise une série intitulée TV Shots, en effectuant des prises de vue de l’écran d’un téléviseur couleur dont il dérègle l’antenne, obtenant des images criardes et distordues, à la limite du lisible. Dans la même décennie, il revient en Belgique, qu’il commence par photographier en noir et blanc, à l’image d’un pays perçu comme une grisaille. Mais la couleur finit par s’imposer comme le meilleur moyen de rendre compte de l’univers populaire et poétique d’une Belgique réinventée par son regard. Dès lors, Harry Gruyaert réservera le noir et blanc aux portraits, ceux de ses enfants en particulier. Quasi simultanément, à l’occasion d’une mission pour les Croisières Paquet, il découvre avec émerveillement le Maroc et ses lumières hivernales, intenses et contrastées. Il y fera plusieurs voyages et les photographies marocaines constituent une part importante de son œuvre.

En 1982, Harry Gruyaert intègre l’Agence Magnum. Quand on lui demande quelles sont ses références, il cite régulièrement l’influence décisive qu’eut sur son œuvre l’usage de la couleur fait par Michelangelo Antonioni dans le film Le Désert rouge, ainsi que celle des peintres flamands du XVIe siècle (les Brueghel en particulier), pour la composition de leurs scènes villageoises, festives ou religieuses.

 

Le miracle instantané

Le monde éclatant de couleurs et  (...)

Les articles récents dans Photographes

Sandrine Marc : la ville, le livre, le laboratoire Publié le 29/04/2024

Délicate et profonde, l’œuvre de Sandrine Marc couvre tout le processus photographique, de l… [...]

Abelardo Morell - Écrire avec la lumière Publié le 01/04/2024

En 2001, le peintre anglais David Hockney publiait un ouvrage consacré à l’usage des appareils … [...]

Bertrand Stofleth, Géraldine Millo : le port de Gennevilliers, deux points de vue Publié le 11/03/2024

Le CAUE 92 de Nanterre accueille jusqu’au 16 mars 2024 une exposition intitulée «&nbs… [...]

Yves Marchand et Romain Meffre Les ruines de l’utopie Publié le 14/12/2023

L’école d’architecture de Nanterre, conçue en 1970 par Jacques Kalisz et Roger Salem, abandonn… [...]

Aglaia Konrad, des images agissantes Publié le 20/11/2023

Aglaia Konrad, née en 1960 à Salzbourg, est une photographe qui se consacre entièrement à l’ar… [...]

Maxime Delvaux, une posture rafraichissante Publié le 11/10/2023

Maxime Delvaux est un jeune photographe belge, adoubé par des architectes tels que Christian Kerez,… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
18  01 02 03 04 05
1906 07 08 09 10 11 12
2013 14 15 16 17 18 19
2120 21 22 23 24 25 26
2227 28 29 30 31   

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…