José Cubilla en trois projets

Rédigé par Marie-Hélène CONTAL
Publié le 30/03/2021

Maison Ara Pytu

Dossier réalisé par Marie-Hélène CONTAL
Dossier publié dans le d'A n°288

« Lorsque j’étais enfant au Paraguay, je me cachais sur les chantiers où j’aidais à faire le mortier. Étudiant, j’apprenais tout seul à construire dans mon coin. À l’université, j’en savais déjà beaucoup en matière de construction. Je ne sais pas vraiment quand j’ai commencé l’architecture. Lorsque j’ai été diplômé, je suppose ? En 1994. » Depuis cette date, José Cubilla a construit, avec les maçons guaranis, de très nombreuses maisons, qui ont été le laboratoire de ses recherches sur la qualité d’habiter. 


Diplômé de l’Université nationale d’Asunción, il a ensuite étudié l’architecture contemporaine à la Católica d’Asunción puis le projet expérimental à l’université del Nordeste en Argentine. Victor Pelli et Solano Benítez ont été ses professeurs. Il enseigne aujourd’hui à l’UNA à Asunción, au sein du Studio E, très célèbre en Amérique latine depuis qu’il a été créé en 1994 par Juanchi Giangreco et Solano Benítez, alors que le Paraguay peinait à se reconstruire après la chute de la dictature en 1989. S’y forme une nouvelle génération d’architectes. 

Parmi ses maisons, la maison Ara Pytu (2016) surprend, tant à première vue seule la nature semble présente. C’est qu’au-delà de la matière et de la démonstration constructive, la maison devait offrir la plus grande liberté possible à la nature pour qu’elle s’approprie et construise l’espace. L’architecture de José Cubilla ne cherche pas à tout prix le premier rôleelle laisse place à l’expérience de l’habiter. Pour la vivienda Takuru (2018), qui ne bénéficie pas d’une nature aussi exubérante, l’approche a été plus tectonique. Les techniques vernaculaires sont appliquées de manière contemporaine pour, à nouveau, bâtir une expérience de l’habiter. Une maison qui ne pouvait pas être construite ailleurs : elle est faite avec les matériaux que l’architecte a trouvés sur place et qu’il reconfigure : voûtes en briques, murs en pisé et colonnes en bois de quebracho. 

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…