« Le » Projet

Rédigé par Lorenzo DIEZ
Publié le 14/12/2023

Portrait d'Antonio Adamini, architecte de la colonne Alexandre à Saint-Petersbourg, 1834

Article paru dans d'A n°313

Une chronique de la série "Malentendus sur l'architecture et abus de langage de ses disciples" par Lorenzo Diez


À l’heure où, contre toute attente, hashtag et big data remettent l’accent sur les mots, cette chronique va s’attacher à regarder ceux des architectes. Ces mots inscrits dans nos habitudes et qui fabriquent, à l’instar de toute profession, un jargon, des principes et des postures qui nous rassemblent. Or ces expressions, par glissements sémantiques successifs, deviennent peu à peu les abus de langage des disciples de l’architecture, alimentant indirectement des malentendus ou des lieux communs sur l’architecture auprès du public et des partenaires. Prendre le temps de les regarder, c’est tenter d’en déjouer les pièges et de préparer des lendemains qui chantent.

Et quel meilleur mot pour commencer cette chronique que celui de « projet » ! Difficile de nier que le terme « projet » est omniprésent dans le langage des architectes. Il ne s’agit pas ici de définir le projet d’architecture, d’autres ont essayé, tentant de renouer avec les grands textes théoriques sur l’architecture des siècles passés. Constatons d’abord que, depuis quelques décennies, le terme « projet », au dehors de l’exception du projet urbain, se suffit à lui-même, comme s’il n’était plus nécessaire de dire qu’il est « d’architecture ». Ainsi des tournures et locutions qui, émaillant nos conversations, laissent percevoir le sens implicite attribué au précieux vocable. Chez les architectes, la plus habituelle est : « Alors, tu as quoi comme Projets en ce moment ? » (Évidemment, il ne faut pas répondre « De partir en vacances »). S’agissant des enseignants, il y a l’habituelle : « Qu’est-ce que tu enseignes ? – J’enseigne le Projet. »  Quant aux étudiants, il n’est pas rare d’entendre à la cafétéria : « Tu sors avec nous ce soir ? – Non, demain j’ai Projet. » Sans que l’on ne s’en soit vraiment rendu compte, « le » Projet est passé du statut de nom commun à celui de nom propre !

Tentons une courte explication de cette fortune critique du Projet chez les architectes. Jean-Pierre Boutinet dans son livre Anthropologie du projet nous indique que l’usage du terme « projet » se développe dans tous les domaines dans les années 1960. Cette décennie correspond à celle où beaucoup s’accordent sur l’obsolescence de l’enseignement de l’architecture donné par l’École des beaux-arts et dont le maître-mot était « composition ». Une fois passé Mai 68 et les quelques années de rejet du « projet », il est permis de penser que ce terme est venu remplacer celui de « composition », comme un nouveau cri de ralliement. Jean-Pierre Épron l’avait déjà pressenti.

L’une des premières conséquences de cet usage abusif de « Projet » élevé au rang de nom propre tient dans ce qu’elle a isolé les architectes dans une méta-signification du terme qui leur est réservée. Avec « le » Projet, c’est un peu comme si les architectes avaient habilement fait main basse sur un terme qui est dans la bouche de toutes les institutions et entreprises. Le problème, c’est qu’ils pensent être les seuls à en faire : « du » projet, justement.
Un autre malentendu apparaît dans la difficulté qu’ont les architectes, et pour cause, à « lâcher » leur Projet une fois qu’il est réalisé. Il n’est pas rare de les entendre parler d’une œuvre construite, parfois depuis plusieurs années, comme d’un Projet. D’ailleurs qui, sur son site internet, ne présente pas des réalisations construites ou non, rassemblées dans une même page qui porte noblement le titre « Projets » ? Or cet usage, souvent repris par nos maîtres d’ouvrage, élude cet art, bien propre à l’architecte, de conduire le difficile passage des projets qu’on lui confie, du stade de l’imaginaire vers celui d’une réalité construite, négociant quotidiennement aléas et incertitudes. On imagine bien comment cet abus de langage vient alimenter inconsciemment le lieu commun de l’architecte vu comme un artiste incapable de concrétiser ses idées. Mais le plus lourd des malentendus ne réside-t-il pas dans le fait que l’usage du terme « projet » comme cri de ralliement d’une corporation empêche sournoisement l’emploi de celui si explicite d’« architecture » que l’on a abandonné au domaine de l’informatique ?

Les articles récents dans Point de vue / Expo / Hommage

[EXPO] L’architecture olympique japonaise à l’honneur à Paris Publié le 03/06/2024

Alors que, sur l’autre rive de la Seine, la Cité de l’architecture et du patrimoine présente … [...]

[EXPO] Design & sport : une synergie signée Konstantin Grcic Publié le 03/06/2024

À l’approche des Jeux olympiques de Paris 2024, les expositions consacrées au sport sont nombre… [...]

[EXPO] Le design over the rainbow Publié le 03/06/2024

Le FRENCH DESIGN by VIA dévoile une collection d’assises exprimant les rôles de la couleur dans … [...]

[ESPACES COMMERCIAUX] Les mille et une vies du CNIT Publié le 03/06/2024

La restructuration du Centre national des industries et techniques par l’agence mandataire Cro&a… [...]

[ESPACES COMMERCIAUX] Le drapé et la colonne Pavillon Dior, Genève, par Christian de Portzamparc Publié le 03/06/2024

Le flagship d’une grande marque de haute couture dont il ne s’agissait que de concevoir l’env… [...]

[RENOVATION] La renaissance de l’hôtel La Fantaisie Publié le 03/06/2024

Au cœur du 9e arrondissement de Paris, l’agence Petitdidierprioux Architectes signe la ré… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
22     01 02
2303 04 05 06 07 08 09
2410 11 12 13 14 15 16
2517 18 19 20 21 22 23
2624 25 26 27 28 29 30

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…