Les maisons oui, mais groupées : Relire les Trente Glorieuses

Rédigé par Raphaëlle SAINT-PIERRE
Publié le 29/06/2016

Croquis d'André Lefèvre-Devaux et Jean Aubert

Dossier réalisé par Raphaëlle SAINT-PIERRE
Dossier publié dans le d'A n°246

Plusieurs opérations de résidences principales ou secondaires groupées, menées intelligemment par des architectes entre la fin des années 1950 et celle des années 1970, ont offert des alternatives cohérentes à l’étalement urbain tout en respectant le désir d’individualisme de chaque propriétaire. Parmi leurs points communs : un rejet des clôtures strictes. Modestes ou luxueuses, elles n’ont pourtant pas fait école.

Après les premiers lotissements de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle, destinés à la nouvelle bourgeoisie et souvent réalisés à la (...)


Lisez la suite de cet article dans : N° 246 - Juillet 2016

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
52     01 02
0103 04 05 06 07 08 09
0210 11 12 13 14 15 16
0317 18 19 20 21 22 23
0424 25 26 27 28 29 30
0531       

> Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…