Maxence Rifflet, Nos prisons

Rédigé par Jean-Paul ROBERT
Publié le 02/03/2020

Article paru dans le d'A n°278

Issuesse d’un travail mené entre 2016 et 2018 dans plusieurs lieux de détention, les œuvres de Maxence Rifflet rendent en particulier compte de ses interrogations sur ce que la contrainte architecturale imprime sur les corps, les gestes et le quotidien des détenus. Si l’on se souvient de Surveiller et Punir, du philosophe Michel Foucault, ce qui s’y joue déborde les murs des prisons.

Les légendes des œuvres de Maxence Rifflet portent deux mentions successives : la seconde indique le lieu et la date de prise de vue, la première le titre de l’œuvre et la date de sa réalisation. Les deux dates ne coïncident pas, l’écart se compte en années. C’est mesurer à la fois la maturation dont résultent ce qu’il faut bien prendre pour des tableaux, et leur nature.

Le premier temps est donc celui réalisé sur plusieurs années dans plusieurs centres de détention. Maxence Rifflet a bénéficié de programmes montés par les ministères de la Culture et de la Justice, afin d’ouvrir des ateliers destinés aux détenus sous la conduite d’artistes invités. Il s’agissait ainsi pour lui d’entamer un travail documentaire. Encore qu’il ne se soit pas fixé de rendre compte de la vie des détenus, comme d’autres l’ont déjà fait. Pour plusieurs raisons. Une première, suffisante, est qu’il a déjà été exploré. Une autre tient à la pudeur, comme à la réserve qui lui était imposée de préserver les personnes, leur anonymat, leur intégrité. Une autre encore tient à la nature même de l’opération photographique : à la fois cadrage, et donc enfermement de l’image dans des limites circonscrites, et mise en boîte, celle-ci apparaît comme une métaphore gênante de l’incarcération. (...)

Les articles récents dans Photographes

Amélie Labourdette, Traces d’une occupation humaine Publié le 23/03/2021

Initié en 2016 à l’occasion d’une résidence d’artiste et poursuivi en 2018, ce projet a… [...]

Candida Höfer Paris : faces des espaces Publié le 23/02/2021

Considérée comme représentative des élèves de Bernd et Hilla Becher à l’École de… [...]

Zupagrafik, Béton froid Publié le 30/12/2020

Zupagrafika est le nom d’une maison d’édition établie en Pologne et constituée par David… [...]

Anne-Marie Filaire, Terres Publié le 04/11/2020

Les chantiers du métro du Grand Paris génèrent des quantités phénoménales de terres excavées.… [...]

Gerhard Richter, Paysages Publié le 12/10/2020

Célébré à juste titre comme un représentant majeur de la peinture allemande de la seconde… [...]

Albert Kahn, Enregistrer Paris Publié le 25/08/2020

Dans l’attente de l’ouverture, en 2021, à Boulogne-sur-Seine, du nouveau musée… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Avril 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
13   01 02 03 04
1405 06 07 08 09 10 11
1512 13 14 15 16 17 18
1619 20 21 22 23 24 25
1726 27 28 29 30   

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…