Patrick Germe. 1952 - 2022

Rédigé par Emmanuel CAILLE
Publié le 04/01/2023

Patrick Germe en 2016

Figure extrêmement discrète et pourtant importante du monde de l’architecture française, Patrick Germe est mort à la veille de Noël à l’âge de 70 ans.

Seule sa légendaire réserve et son peu de goût pour la sociabilité au sein du milieu professionnel peut expliquer qu’il n’ait jamais été lauréat du Grand Prix d’urbanisme. Architecte, il était avant tout un grand enseignant passionné, d’abord à l’école d’architecture de Versailles de 1979 à 2006 puis à celle de la Villette à Paris jusqu’à l’année dernière. En 1970, jeune bachelier venu de Valenciennes, il fait le tour des écoles d’architecture parisiennes ; déçu, il s’apprête à renoncer à s’inscrire avant de tomber au détour d’un couloir sur Bernard Huet corrigeant un projet d’étudiant, une rencontre décisive qui le décide finalement à entreprendre des études d’architecture. Dans les années 80 il est très proche de ses confrères de Versailles Philippe Panerai et Jean Castex mais aussi du G.R.A.U. du romain Alessandro Anselmi (1934-2013).

En 1981, il est lauréat en collégialité avec Édith Girard, Bernard Paurd et les UP8 de l’une des premières grandes réhabilitations du parc social : les 4000 à la Courneuve, un type de mission qu’il développera pendant toute sa carrière. Dans les années 90, il se fait remarquer par quelques réalisations de logements sociaux notamment à Vitry-sur-Seine. C’est en s’associant avec certains de ses anciens étudiants de Versailles, le collectif JAM au début des années 2000, que l’agence prend une plus grande ampleur (lire leur parcours dans le d’a 216) avec de grands projets de renouvellement urbain : l’Axe sud à Rennes, le centre-ville d’Epinay-sur-Seine, différents quartiers à Nantes, le quartier d’Empelot à Toulouse, de la Savine à Marseille ou de la gare à Blois dont la place vient d’être livrée. Il y a deux ans, d’a publiait un bâtiment de logements sociaux d’un raffinement rare à Épinay-sur Seine.

Une célébration se déroulera demain jeudi 5 janvier 2022 à 10H30 au Père Lachaise.

Les travaux de l'agence germe&JAM à retrouver sur d'a :

Les articles récents dans Actus brèves

Lancement du Palmarès RESEDA Publié le 31/01/2023

C’est à l’ENSA de Paris Val-de-Seine que la ministre de la Culture Rima Abdul-Malak a annoncé … [...]

Baisse de la TVA sur le biosourcé : encore un effort ! Publié le 30/01/2023

Le collectif Frugalité Heureuse et Créative, connu pour son manifeste aux 15 000 signataires se la… [...]

Rénovation de la tour Bretagne : les 8 équipes annoncées Publié le 26/01/2023

La tour Bretagne de Nantes était fermée au public depuis juin 2020. Promise à un concours d'archi… [...]

Nunous : A new life for waste Publié le 17/01/2023

À l’occasion d’une exposition à la galerie Planète rouge, l’entreprise japonaise Sheishoku … [...]

Renée Gailhoustet. 1929 - 2023 Publié le 09/01/2023

Renée Gailhoustet est décédée mercredi 4 janvier dernier dans son logement à Ivry sur Seine. El… [...]

Christian de Portzamparc s'expose à l'Académie Publié le 06/01/2023

L’Académie des beaux-arts a décerné le Grand Prix d’Architecture (Prix Charles Abella) 2022 … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…