Pierre Chareau, enfin

Rédigé par Emmanuel CAILLE
Publié le 07/07/2023

Maison de verre réalisée entre 1928 et 1931 pour Jean Dalsace.

Article paru dans d'A n°308


Sous l’apparence trompeuse de ces deux coffee table books se cache une savante et inédite somme sur un architecte, designer et décorateur dont on a surtout retenu le nom parce que son œuvre majeure, alors presque oubliée, a été redécouverte dans les années 1960 par des critiques et architectes anglais. En pleine remise en question du modernisme, des acteurs de la scène d’outre-Manche comme Reyner Banham, Kenneth Frampton ou Richard Rogers voient dans la maison de verre de Pierre Chareau une œuvre ouvrant des pistes jusqu’alors négligées pour réinterroger la modernité. Le mythe de cet autodidacte mort sans ressources et presque oublié aux États-Unis en 1950 allait naître. Dans un premier temps, cette première redécouverte de la maison de verre allait laisser dans l’ombre la plus grande partie de son œuvre. On commença seulement à la redécouvrir lors de l’exposition que lui consacra le Centre Pompidou en 1993. Trente ans plus tard, ces deux somptueux volumes, œuvres de Marc Bédarida et Francis Lamond, viennent magistralement couronner une reconnaissance qui s’imposait. 


Pierre Chareau était avec Ruhlmann et Süe l’un des plus célèbres décorateurs des années 1930 et le seul vraiment adoubé par l’avant-garde des architectes qui l’invita à La Sarraz, en 1928, au premier Congrès international darchitecture moderne. Comment alors a-t-il failli disparaître de l’histoire de l’architecture ? L’un des nombreux mérites des auteurs est de proposer en même temps une approche biographique, thématique et monographique, qui par sa richesse offre les outils pour une nouvelle compréhension de son legs et de sa fortune critique. 

Le premier volume est consacré à sa biographie et au mobilier. Avec sa femme Dollie, collaboratrice et artiste – le couple était fusionnel –, Pierre Chareau fréquente et collectionne les artistes majeurs de son temps, qui lui témoignent en retour une amicale admiration. L’ouvrage commence par ses années d’apprentissage dans la succursale parisienne de la firme anglaise de décorateurs et de fabricants de meubles Waring &Gillow. Il nous conduit ensuite sur le front de l’Argonne en 1916, puis sont décrits ses succès obtenus dans les multiples salons de l’Union des artistes modernes des années 1920, jusqu’à la crise des années 1930 qui voit le couple endetté souffrir du manque de commandes. Il évoque enfin (...)  

Les articles récents dans Livres

« C’était la première fois que je lisais un écrivain qui parlait aussi bien d’architecture » Publié le 06/02/2023

Entretien avec Louis PaillardLe 2 novembre 2022, l’architecte Louis Paillard publiait son adaptati… [...]

Anna Heringer: Essential Beauty Publié le 02/12/2022
Le choix de la librairie Mollat Publié le 02/12/2022

Implantée sur 2 700 m2 au cœur de Bordeaux, la librairie Mollat consacre depuis de nombreuses ann… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Décembre 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
48    01 02 03
4904 05 06 07 08 09 10
5011 12 13 14 15 16 17
5118 19 20 21 22 23 24
5225 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…

L’architecture au prisme des contraintes environnementales : le regard singulier de Gilles Perraud…

Si les questions environnementales sont de plus en plus prégnantes, les labels et les normes propres à l’univers de la construction garantissent…