Transformation de l’îlot Rivoli, et des bâtiments Sauvage et Jourdain, Paris 1er

Rédigé par Karine DANA
Publié le 28/09/2018

Dossier réalisé par Karine DANA
Dossier publié dans le d'A n°267

Fruits de la réunification méticuleuse de nombreuses petites parcelles par le couple Cognacq-Jay au XIXe siècle, les magasins de la Samaritaine alors porteurs d’une histoire de la fluidité parisienne connaissent aujourd’hui une transformation lourde menée par le groupe LVMH. Cependant, la reprogrammation des bâtiments, leur percement dû à la création de grands patios chapotés de verrières et leur fractionnement conduiront à une perte dommageable d’accessibilité au public et de perméabilité horizontale.

Déclencheur principal de cette mutation, la nécessaire redéfinition du commerce en ville. Le mauvais fonctionnement du site principal fermé en 2005 est en cause avec sa monofonctionnalité et sa difficulté d’exploitation des étages supérieurs en surface de vente. Seuls 20 000 m2 d’espaces dédiés à l’étalage seront maintenus sur les 90 000 m2 initiaux(...)

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
44      01
4502 03 04 05 06 07 08
4609 10 11 12 13 14 15
4716 17 18 19 20 21 22
4823 24 25 26 27 28 29
4930       

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…