Yona Friedman au Quadrilatère de Beauvais

Rédigé par Laure MANISSADJIAN
Publié le 21/03/2022

Le musée sans bâtiment, Yona Friedman

Jusqu’au 3 juillet 2022, le Quadrilatère accueille sa dernière exposition avant d’entamer une restructuration en profondeur. Les artistes ont eu carte blanche pour prolonger les propos du travail de Yona Friedman, dans des salles vouées à faire peau neuve. C’est l’agence Chatillon Architectes, qui hérite de la restructuration. Cette ancienne Galerie nationale de la Tapisserie date de 1976. Aujourd’hui, le musée s’efface aux pieds d’un vertigineux édifice : la cathédrale Saint-Pierre. Il rouvrira ses portes au printemps 2024, avec une identité davantage affirmée.

C’est sous un soleil radieux que l’arrivée se fait au Quadrilatère. Le regard est tout de suite happé par la cathédrale Saint-Pierre : plus haut cœur gothique au monde. À ses côtés, le musée se fait tout petit. Or, les plateaux s’étendent sur plus de 2000 m2. Afin de ne pas mettre l’accent sur le bâtiment mais plutôt ses alentours, l’architecte André Hermant s’est servi de la topographie du site pour enterrer celui-ci. Pour autant, la lumière pénètre chaque recoin. L’agence Chatillon Architectes compte respecter ces principes. Tout en redéfinissant l’inscription du musée dans son site, ils travailleront sur l’accessibilité et la mise aux normes du bâtiment.

L’exposition commence dans l’entrée. Cécile Le Talec est l’artiste invitée par le Quadrilatère pour l’année 2022. Sa première œuvre invite le visiteur à s’allonger et contempler le plafond voûté en béton. Le parcours sensoriel évoque le langage et les territoires à travers le son. L’artiste met l’accent sur la pluridisciplinarité de l’art en collaborant avec des tisseuses berbères, des scientifiques, des musiciens… Première conversation avec des concepts de Yona Friedman.

Arrive ensuite la découverte de la pièce maîtresse. L’exposition mobile, toute droit venue du FRAC Dunkerque, est présentée par la directrice du musée, Lucy Hofbauer. Découverte d’espaces généreux dans lesquels sont activés les concepts de Yona Friedman. De grandes baies vitrées offrent des connexions privilégiées entre les œuvres, modernes, et la cathédrale, gothique. Les œuvres de l’artiste-architecte hongrois viennent du fond du Centre national des arts plastiques (CNAP). Beaucoup n’ont jamais été exposées auparavant. Sylvie Boulanger, qui a entretenu une relation privilégiée avec Yona, a aidé à la sélection des éléments présentés. Déambulation à travers différentes pièces, entre modules aménagés, maquettes sous cloches, croquis sans cadres et cartoons sans filtres. Socles, parois et nuages de carton mettent en scène différents travaux, dans des pièces bien plus ordonnées que l’ancien appartement de l’artiste. Le commun, l’adaptabilité, la flexibilité, le réemploi… Les concepts évoqués paraissent contemporains à la pensée de l’architecture d’aujourd’hui. Yona Friedman est un avant-gardiste. Il travaille notamment avec des architectes précurseurs comme Jean Prouvé. À travers son travail, il essaye de rapprocher l’habitant de son habitat. En rendant ceux-ci responsables et actifs au sein du processus de conception, Friedman critique la figure autoritaire de l’architecte.

La Ville-Spatiale prend tout son sens lorsque le visiteur plonge dans les froides entrailles du musée. Celui-ci a été bâti sur les vestiges de la crypte archéologique de la cathédrale. Le lieu incarne ainsi une superposition d’époques. Actuellement visible derrière d’épaisses vitres, la mise en valeur de la crypte est un des enjeux de la restructuration. C’est à cet emplacement que le studio expérimental Minimaforms continue le dialogue entamé au premier étage. Inspiré du Flatwriter de Friedman (une machine à écrire l’architecture), l’Ordre du temps joue avec la notion d’expansion infinie. « What you see is yours » énonce Theodore Spyropoulos. Ici, l’essentiel n’est pas invisible pour les yeux.

La visite se termine avec le musée sans bâtiment. Le concept de musée sans murs ni portes offert gratuitement aux regards des passants a déjà été croisé dans l’espace public londonien et genevois. Ici, la structure donne à voir l’architecture intérieure du Quadrilatère. Dans cette salle en double hauteur, les rayons de soleil démultiplient les cerceaux métalliques en projetant leurs ombres sur les murs. Les visiteurs sont invités à s’approprier spontanément l’espace. La manipulation de divers matériaux les mène à expérimenter des structures irrégulières, croisées dans l’exposition. Ils participent ainsi à l’auto-planification du lieu, principe si cher au travail de Yona Friedman.

L’exposition mobile s’inscrit sous le signe de la participation et de la démocratie.

 

Entrée libre, jusqu’au 3 juillet, du mardi au vendredi de 13h à 18h et le week-end de 10h à 18h.

Le Quadrilatère

1 rue Philippe de Dreux, 60000 Beauvais 

 

https://santiagoborja.quadrilatere.beauvais.fr

Les articles récents dans Actus brèves

Festival de l’habitat, les architectes à la rencontre des particuliers Publié le 23/05/2024

Promouvant le secteur de la commande des particuliers, l’association Architectes & Particulie… [...]

L’avenir toujours incertain de la Butte-Rouge Publié le 17/05/2024

En 2021, l’architecte et historien Jean-Louis Cohen (1949-2023) défendait encore sa préservatio… [...]

Festival Echelle Un : c’est demain Publié le 15/05/2024

La première édition du Festival Échelle Un se tiendra du 16 au 17 mai 2024 au POUSH à Aubervilli… [...]

Les architectes du pavillon français pour la biennale de Venise 2025 révélés Publié le 06/05/2024

Jakob+Macfarlane, Martin Duplantier et Eric Daniel-Lacombe Architectes représenteront la France à… [...]

7e édition des rencontres européennes de l’architecture à Metz Publié le 30/04/2024

Après une édition consacrée à la Pologne en 2023 à Strasbourg, les trois Maisons de l’archit… [...]

Réparer le paysage chinois, les vides de pierre de Xu Tiantian Publié le 29/04/2024

Au centre d’architecture arc en rêve de Bordeaux, l’architecte Xu Tiantian, fondatrice du stud… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
18  01 02 03 04 05
1906 07 08 09 10 11 12
2013 14 15 16 17 18 19
2120 21 22 23 24 25 26
2227 28 29 30 31   

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…