(6/6) Vous reprendrez bien un peu de femmes ?

Rédigé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Publié le 04/12/2021

crédit photo : Ismaïl TOUIRSSA

Dossier réalisé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Dossier publié dans le d'A n°295 On le sait, les étudiants des écoles d’architecture sont majoritairement des étudiantes – des femmes, donc. La faute au type de sélection en première année qui retient en majorité les bons élèves – qui, on le sait aussi, sont principalement de bonnes élèves. Il se dit même que certaines écoles pratiquent une discrimination pour ainsi dire « négative » afin de corriger les résultats bruts des examens d’entrée, sans quoi elles atteindraient des proportions allant jusqu’à 75 % de filles.


Alors, une razzia féminine sur le métier ? Des hordes d’amazones dans les agences et sur les chantiers ? Que nenni. Rassurez-vous, le patriarcat, ou plutôt les bons vieux schémas de genre et autre plafond de verre veillent : à la sortie de l’école, elles sont déjà moins nombreuses. À monter leur propre agence, moins de 30 %. Et pour les revenus, restons calmes : en moyenne, ceux des femmes architectes plafonnent à 60 % de ceux de leurs confrères1 !

Dans les écoles d’architecture, il n’y a pas que des étudiantes (et un peu moins d’étudiants). Il y a aussi des personnels administratifs, enseignants et chercheurs. On aurait pu croire que, corrélativement à la féminisation des futurs architectes, la proportion de femmes dans le corps enseignant augmenterait. Là encore, que nenni ! Et la réforme de 2018 n’y a rien changé. Comme pour tout concours de recrutement des agents de la fonction publique, les décrets rappellent pourtant que les jurys locaux doivent tendre à la parité (on dit « tendre à » par pudeur, car on sait que dans les professions à dominante masculine la stricte parité est parfois impossible à atteindre, selon les disciplines et les grades). Or le bilan des recrutements effectué par le collectif Architoo2 montre, entre 2018 et 2021 (soit trois années de départs à la retraite et deux années de concours, puisque l’année de la réforme fut « blanche », sans concours), une stagnation, voire une légère régression. En somme, toutes disciplines confondues, moins d’un tiers des enseignants sont des enseignantes (29,79 %, mais elles ne représentent qu’un quart des effectifs dans le champ du projet). En trois ans, ce pourcentage a même baissé de 1 % ! Cette stagnation interroge, alors que la féminisation des jurys de recrutement est imposée. Une hypothèse serait que, en devenant locaux, ils tendent à reproduire le paysage existant, lequel est majoritairement masculin. Et les femmes-alibis parviennent-elles toujours à se faire entendre ?

GMJ

 

1. Chiffres Cipav, 2018, cités par Stéphanie Dadour, « Architecture et féminisme. De la théorie critique à l’action », Re-vue Malaquais, n° 6, 2020, p. 9.

2. Ce collectif d’enseignantes-chercheuses des ENSA compte au moins une représentante pour chacun des 20 établissements. L’étude, sortie en septembre 2021, a été effectuée à partir des données établies par le ministère de la Culture.

 

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
26    01 02 03
2704 05 06 07 08 09 10
2811 12 13 14 15 16 17
2918 19 20 21 22 23 24
3025 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée par l’Éco…