N° 198 - Mars 2011

A l'horizontale

L’insatiable appétit pour des architectures spectaculaires, le rôle iconique auxquelles elles sont aujourd’hui assignées et les possibilités parfois sans limites offertes à leurs concepteurs pour répondre à cette exigence, tout concourt à saturer notre regard et à épuiser notre capacité d’analyse de ces avatars d’urbanité. La compétition pour le Cultuurforum Spui à La Haye, que vous découvrirez dans ce numéro, est d’ailleurs emblématique de cette surenchère.

Mais cet excès de virtuosité n’est-il pas une manifestation désespérée face à la remise en cause des valeurs de la spatialité devant l’emprise des valeurs relevant de la temporalité ? Alors que les liens territoriaux se dissolvent dans la globalisation, que le processus compte davantage que le résultat et que ce qui relève du flux, de l’échange, de la précarité ou de l’errance prend le pas sur la matière.

Comment échapper à cette injonction au spectaculaire, à laquelle s’ajoute, sur un tout autre plan, l’outrance du carcan spéculatif, décisionnel et réglementaire de la commande ? Si la signification d’une architecture repose autant sur les usages la constituant que sur le sens donné par son concepteur ; en d’autres termes, si la temporalité l’emporte sur la spatialité, n’est-ce pas en questionnant les processus d’élaboration que de nouvelles manières de projeter pourront émerger ?

Pour contourner l’opacité et la complexité des processus de décision, déjouer les logiques financières ou la fatalité réglementaire, des pratiques alternatives apparaissent un peu partout. De l’autoconstruction aux coopératives d’habitants, de plus en plus d’initiatives se mettent en place, avec ou sans architecte. Il y est question de concertation, de démocratie participative, des termes qui effraient beaucoup d’architectes dont l’ego est plus à l’aise dans une vision verticale du pouvoir de décision. Il est vrai qu’à l’heure où de nombreux projets d’intérêt public sont bloqués par des collectifs confondant somme des égoïsmes individuels et sens de la communauté, la frontière est ténue entre engagement citoyen et guerres picrocholines. Mais les architectes auraient tort de mépriser les aspirations des usagers à davantage de dialogue, car ils pourraient bien y trouver une nouvelle légitimité et un espace de liberté, pour peu qu’ils s’en fassent les maîtres d’oeuvre consentants.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Bow Wow, joie de vivre à Tokyo

Photographes

» Iwan Baan, le tour du monde en 80 projets

Livres

» La Géométrie des émotions. Les esthétiques scientifiques de l'architecture en France, 1860-1950 d'Estelle Thibault

Points de vue / Expos

» Les nouveaux ghettos du Gotha — 4. Twist à Saint-Tropez

Questions pro

» CDD ou CDI, comment bien choisir ?

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Joie de vivre à Tokyo texte de Christophe Catsaros
» Iwan Baan, le tour du monde en 80 projets texte d'Olivier Namias

> L'Agenda

Mars 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…