Des voix s’élèvent. Féminismes et architecture

Rédigé par Frédérique VILLEMUR
Publié le 02/12/2022

Des voix s’élèvent. Féminismes et architecture

Article paru dans d'A n°303

Des voix s’élèvent. Féminismes et architecture, sous la direction de Stéphanie Dadour, Éditions de la Villette, 16 x 23 cm, 384 p., ill., 29 euros.


Le titre de l’ouvrage laisse entendre que ce qui s’élève, si ce n’est l’architecture, ce serait bien la voix montante des femmes, à travers le féminisme, qui déciderait de ce que l’architecture a été, peut être par les femmes et pour les femmes, remettant en jeu le rapport entre les sexes quant à l’art d’habiter et de cohabiter selon son genre. Il est grand temps que la profession, que les écoles d’architecture, s’emparent des textes ici traduits depuis le domaine américain ; à cet égard, il faut relever la précision de la traduction qui, sans geler les langues, provoque de possibles appropriations et nécessaires trahisons. Il s’agit d’incorporer de nouvelles notions dans le champ lexical de l’architecture depuis un point de vue féministe, qui ne renie en rien les contextes historiques, politiques et sociaux dont elles sont issues. Cette anthologie illustrée avec pertinence aspire donc à libérer les paroles. Elle vise dans un premier temps à ouvrir le champ d’une réécriture de l’histoire de l’architecture contre l’invisibilisation des femmes et des minorités, en remettant en question les méthodes historiographiques canoniques ; dans un deuxième temps, elle incite à déconstruire les dispositifs spatiaux au prisme des genres et des sexualités résistant aux normes hétérocentrées ; enfin, dans un troisième temps, elle propose des manières de résister aux normes autour de la formation au métier et des diverses modalités de reconnaissance. Dans chacune de ces parties on trouvera des auteur·e·s majeur·e·s, ainsi Alice T. Friedman, Mark Wigley, Christopher Reed, Denise Scott Brown, Leslie Kanes Weisman. Elles et ils interrogent respectivement le changement de paradigme de l’habiter pour les femmes, dans l’espace queer, et le fait d’exister contre le sexisme du star-system de la profession, donc la nécessité de diversifier les pratiques de l’enseignement de l’architecture. FV

Les articles récents dans Livres

Anna Heringer: Essential Beauty Publié le 02/12/2022

[...]

Le choix de la librairie Mollat Publié le 02/12/2022

Implantée sur 2 700 m2 au cœur de Bordeaux, la librairie Mollat consacre depuis de nombreuses ann… [...]

Project without Form Publié le 02/12/2022

[...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
52      01
0102 03 04 05 06 07 08
0209 10 11 12 13 14 15
0316 17 18 19 20 21 22
0423 24 25 26 27 28 29
0530 31      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…