Entretien avec Paul Robbrecht : Un sol pour la sculpture, un mur pour la peinture

Rédigé par Richard SCOFFIER
Publié le 02/11/2018

Article paru dans le d'A n°267

Paul Robbrecht nous reçoit dans un ancien dépôt de bois de la périphérie de Gand, où l’agence Robbrecht en Daem s’est installée depuis une dizaine d’années. Nous passons devant sa maison et nous nous enfonçons sous la vaste structure en lamellé-collé qui occupe la presque totalité du terrain. Faisant à la fois office d’arborétum, de garage à vélos et d’espace d’expérimentation, cette canopée s’éclaircit au-dessus d’un jardin et d’un bassin où les quarante collaborateurs se retrouvent rituellement en fin de semaine autour d’un verre. Nous sommes invités à entrer dans le long immeuble en bois qui se glisse sous la structure et longe le mur mitoyen nord-est pour abriter leurs locaux : salles de réunion en rez-de-chaussée et plateau de travail à l’étage. 

Le sol des circulations est souvent occupé par de lourdes sculptures tandis qu’aux murs sont accrochées des peintures. Nous nous asseyons autour d’une table et Paul prend immédiatement la parole. Hilde Daem et Johannes Robbrecht, leur fils, viendront nous rejoindre à la fin de l’entretien.


D’a : Nous vous connaissons surtout en france pour Le marché couvert De gand et Les archives De bordeaux. Sur quels projets travaillez-vous aujourd’hui ?


Nous travaillons depuis plus de dix ans sur la bibliothèque de l’université de Gand qui est un bâtiment moderniste des années 1930, c’est le dernier grand projet d’Henry Van de Velde et sans doute son chef-d’œuvre. C’est un bâtiment très simple, constitué d’une tour de livres et d’une grande halle qui correspond à la salle de lecture. Notre intervention est très délicate. Nous devons notamment ôter des murs la couche superficielle de béton détériorée pour la remplacer. Nous venons aussi de rendre le dossier d’appel d’offres pour le siège de la radio et de la télévision flamande à Bruxelles, un concours que nous avons gagné en 2015. (...)

Les articles récents dans Le Grand Entretien

Entretien avec Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal : Le vrai confort, c'est la liberté Publié le 30/12/2020

Présentiel ou distanciel ? Je choisis de m’enfoncer dans la rue d’Avron, toujours animée… [...]

"L'architecte est avant tout un prestataire de services", Entretien avec Eduardo Souto De Moura Publié le 04/11/2020

J’avais demandé à rencontrer Eduardo Souto de Moura lors de l’inauguration de la Comédie… [...]

Entretien avec Bernard Tschumi : Transgressions Publié le 12/10/2020

Non, cette fois-ci je ne retrouverais pas Bernard Tschumi au Rouquet, boulevard Saint-Germain,… [...]

Entretien avec Patrick Bouchain : Transferts Publié le 25/08/2020

Le lundi 18 mai, une semaine après le déconfinement, je rejoins Patrick Bouchain,… [...]

Entretien avec Tadao Ando : L’architecture de l’existence Publié le 30/06/2020

À peine après avoir franchi le seuil de l’agence, je le reconnais, dans cet espace … [...]

Entretien avec Marc Barani (2/2) : « C’est dans la tension entre l’instant et le temps que les choses se jouent » Publié le 04/05/2020

Quelque temps avant la conception de l’École nationale supérieure de photographie d’Arles,… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
53    01 02 03
0104 05 06 07 08 09 10
0211 12 13 14 15 16 17
0318 19 20 21 22 23 24
0425 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…