Patrimoine émotionnel - Entretien avec Eva Prats et Ricardo Flores, Flores i Prats arquitectes

Rédigé par Natalia PETKOVA
Publié le 01/04/2024

© Judith Casas

Article paru dans d'A n°315

Une panoplie impressionnante de dessins, de maquettes et d’objets collectionnés au fil des années peuple l’atelier – un ancien appartement donnant sur le noyau gothique de Barcelone – de Flores i Prats. En conversation avec Natalia Petkova, les associés (Ricardo Flores et Eva Prats) retracent les origines de leur intérêt précurseur pour la réhabilitation des édifices et des sites délaissés, les conditions de recherche au sein de leur pratique et la manière dont ils les ont présentés à l’occasion de la dernière Biennale d’architecture de Venise.

 

D’a : Vous avez été tous les deux diplômés en 1992, vous Eva de l’ETSAB – l’école d’architecture de Barcelone – et vous Ricardo de la faculté d’architecture de Buenos Aires. Comment les questions de patrimoine et de mémoire étaient-elles abordées dans ces écoles ?

EP : À Buenos Aires et à Barcelone, aucun de nous n’a suivi de cours sur la transformation des bâtiments existants.

RF : En fait, ces cours ne figuraient pas dans nos programmes. Travailler avec des bâtiments existants sous-entendait à l’époque une approche classique de la restauration. Mais cela ne nous intéressait pas et ce n’est pas ce que nous faisions dans notre pratique.

EP : Nous avons été initiés à la réutilisation adaptative des bâtiments par le biais de nos premières commandes et par les concours auxquels nous avons participé. Parfois, nous avons pensé que c’était un handicap de ne pas avoir suivi de formation en matière de conservation, mais en fin de compte nous avons appris en faisant. Nos clients ont également aiguisé notre sensibilité en partageant ce qu’il était selon eux important de conserver dans les bâtiments existants sur lesquels nous travaillions.

 

D’a : Aujourd’hui, de nombreux architectes et étudiants en architecture associent votre travail à ces thèmes de patrimoine et de mémoire, en grande partie grâce à la manière dont vous les avez présentés dans des publications, des conférences et des expositions. Lorsque vous avez créé votre agence, en 1998, quelle importance avaient ces thèmes pour vous ?

RF : Comme vient de le dire Eva, nos premiers projets portaient sur l’adaptation programmatique de bâtiments, en commençant par une commande à Palma de Majorque pour transformer une ancienne minoterie en un petit musée. Puis il y a eu le Casal Balaguer à Palma et les jardins Fabra & Coats à Barcelone sur un ancien site industriel. Ces projets nous mettaient au défi d’examiner ce que nous pouvions conserver de l’existant pour l’adapter aux nouveaux usages. Notre approche consiste à faire fonctionner l’ancien pour les nouvelles générations. C’est quelque chose de plus facile à formuler aujourd’hui et c’est ainsi que nous l’avons présenté à la Biennale mais, à l’époque, nous travaillions de manière empirique. Nous avons alors commencé à (...)

Les articles récents dans Le Grand Entretien

Nous avons tout à apprendre de la campagne ! - Rencontre avec Simon Teyssou, Arthur Bel et Jean-Philippe Vassal Publié le 03/07/2024

À l’occasion de la diffusion du film Architectes de campagne* réalisé par Karine Dana, la Gal… [...]

Dans l’épaisseur du temps - Entretien avec Laurent Beaudouin (Beaudouin Architectes) Publié le 29/04/2024

L’immeuble des Tiercelins, la première réalisation de cette agence créée à Nancy dès la fin… [...]

Le droit du sol, Entretien avec Jean-Patrice Calori, Bita Azimi et Marc Botineau (agence CAB) Publié le 03/01/2024

Je sors du métro Place-des-Fêtes, là où les hauts immeubles de la banlieue ont réussi à franc… [...]

La traversée des apparences, entretien avec Carme Pigem, de l'agence RCR Publié le 14/12/2023

Après la visite de plusieurs interventions de RCR à Olot – une ville de plus de 30 000 habitant… [...]

Invariants - Entretien avec Bernard Quirot, BQ+A Publié le 20/11/2023

Bernard Quirot m’attend à la gare de Besançon pour une virée à travers une partie de son œuvr… [...]

Que la lumière soit ! - Entretien avec Alberto Campo Baeza Publié le 11/10/2023

À Madrid, en cette fin d’après-midi d’août, la ville est par endroits complètement déserte,… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
2701 02 03 04 05 06 07
2808 09 10 11 12 13 14
2915 16 17 18 19 20 21
3022 23 24 25 26 27 28
3129 30 31     

> Questions pro

Quel avenir pour les concours d’architecture publique ? 1/5

Structure des procédures, profil des équipes à monter, références à afficher, éléments de rendus…, les concours publics connaissent depuis…

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …