N° 315 - Avril 2024

« Vivre-ensemble », mais à quel prix ?

La crise du logement est sans cesse réduite à une question quantitative : trop peu nombreux, trop chers et trop petits. Pourtant, jamais il n’y a eu autant de logements aussi grands et par habitant. C’est le rapport que chacun entretient désormais avec l’espace qu’il habite qui a changé et qui rend obsolètes les critères trop exclusivement quantitatifs. Un logement était autrefois beaucoup plus partagé : on avait plus d’enfants, différentes générations vivaient sous un même toit et on le partageait souvent avec des personnes hors du cercle familial – apprentis, confrères ou employés. On vivait surtout dehors – et pas seulement à la campagne – parfois parce qu’il y faisait plus chaud que dedans et sans doute aussi pour échapper à la promiscuité. Dans l’espace public comme chez soi, on partageait. On pourrait dire que l’on n’était pas vraiment chez soi dans sa maison et que, dehors, on se sentait un peu chez soi !
L’habitat bourgeois a depuis circonscrit l’intimité domestique, refermant le logement sur la cellule familiale, au point que le terme cellule est devenu une synecdoque : on emploie ce terme pour parler d’un appartement. Tant qu’il y a assez de place pour tous, cette évolution sociologique n’engendre pas de crise. Mais lorsque l’offre ne répond plus à la demande, faut-il faciliter la fluidité résidentielle, construire toujours davantage ? Et si l’on commençait par mutualiser certains espaces exigeant moins d’intimité – jouer, travailler, laver son linge – ou un usage exceptionnel – faire la fête, accueillir des amis. Après Godin et son familistère, Le Corbusier avait eu l’idée d’un espace privé mais partagé par tous les habitants sur le toit des Unités d’habitation. Ces lieux mutualisés sont assez répandus dans les pays scandinaves, en Suisse ou en Espagne, mais pourquoi y en a-t-il si peu en France ? La majorité d’entre eux n’auraient pas fonctionné et ont fini par être abandonnés ou privatisés. Les Français, ces champions de la clôture de jardin infranchissable, incorrigibles individualistes, seraient-ils incapables de vivre sereinement ensemble ?
Pourtant, des architectes persistent à proposer des lieux partagés dans les habitations collectives qu’ils conçoivent, une tendance que les promoteurs privés reprennent maintenant dans leur argument de vente. Les aspirations et les comportements des habitants auraient-ils changé ? Est-ce uniquement par nécessité face à l’exiguïté de leurs logements ou parce que les usages de ces espaces sont mieux encadrés ? Nous avons interrogé bailleurs et architectes sur la réussite ou l’échec de leurs expériences. Leur première leçon est qu’il ne suffit pas de créer un local commun et de penser qu’il fonctionnera tout seul. Sa conception, sa planification et son mode de fonctionnement doivent faire l’objet d’une étude préalable approfondie. Et sans gestion rigoureuse par les habitants ou un tiers, faire advenir ce « vivre-ensemble » – mantra auquel tout le monde aspire sans vouloir en payer le prix – restera un rêve d’architecte.
Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Parcours

» MARS architectes - En même temps

Photographes

» Abelardo Morell - Écrire avec la lumière

Le Grand Entretien

» Patrimoine émotionnel - Entretien avec Eva Prats et Ricardo Flores, Flores i Prats arquitectes

Razzle Dazzle by Mehdi Zannad

» Megalopolis, rêve de ville

Questions pro

» Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Livres

Point de vue / Expo / Hommage

» Corbu, Gromort et l’Art et essai

Concours

» Quatre écrins pour une relique - Concours pour la rénovation et l’extension du musée de la Tapisserie de Bayeux

Le dossier du mois

» Logements collectifs - Espaces partagés, espaces fragiles
» La difficile mise en œuvre des espaces partagés
» Une recontextualisation des espaces partagés - entretien avec Christian Moley
» « La définition de ces espaces partagés n’est pas figée, ils vont nécessairement évoluer avec le temps » - entretien avec Plan Común
» « Le commun ne peut pas se faire sans le sens social et sans être porté par ceux qui vont le faire vivre » - entretien avec Rabia Enckell, agence Courtoisie Urbaine
» « J’essaye de faire en sorte que l’architecture construise l’idée du partage » - entretien avec Sophie Delhay
» La mutualisation comme palliatif à la ville dense dans la ZAC Clichy-Batignolles à Paris (17e )
» Une salle partagée sur le toit à Nantes
» Une terrasse collective meublée à Paris (14e )
» Des espaces partagés à tous les étages au Bled à Lausanne (Suisse)
» Stratégie de soustraction à Sant Boi de Llobregat (Espagne)

Réalisations

D’A Lab - Design

» Une quête d’essentiel - Guillaume Bloget à la Cité du design de Saint-Étienne

Techniques

» Quoi de neuf en menuiserie intérieure ? Portes, plinthes, stores, claustras, panneaux sculptés, boîtes aux lettres…
» Les nouveautés techniques et poétiques de Light & Building 2024

Innovations

Produits utiles

> L'Agenda

Avril 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
1401 02 03 04 05 06 07
1508 09 10 11 12 13 14
1615 16 17 18 19 20 21
1722 23 24 25 26 27 28
1829 30      

> Questions pro

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…