Julius Shulman, soixante-dix ans de photographie d’architecture

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 01/05/2008

Portrait de Julius Shulman

Article paru dans d'A n°173

Légende vivante de la photographie, Julius Shulman a côtoyé depuis les années trente les plus grands architectes américains. L'édition d'une partie de ses (immenses) archives nous replonge dans les époques les plus fécondes de l'histoire de l'architecture moderne, soulignant au passage l'importance des liens qui unissent les bâtiments à leurs représentations photographiques.

Dans un intérieur photographié par Julius Shulman, la table est toujours mise. Non pas que le photographe attende le retour des trois ours de Boucle d'or, mais plutôt par respect pour l'œuvre architecturale, une marque de considération qui le pousse à régler la composition de la vue dans ses moindres détails. Durant plus de soixante-dix ans, ce photographe américain a suivi les développements de l'architecture au point de devenir une sorte d'archive vivante de sa grande et petite histoire. Le travail soutenu d'un éditeur – Benedikt Taschen, son voisin à Los Angeles – a remis en lumière celui dont les clichés méticuleusement classés, représentant parfois les seules traces de l'état d'origine des bâtiments, servent à l'occasion de guide à des restaurations architectoniques. Le long compagnonnage de Julius Shulman avec l'architecture aurait pu ne pas exister : jeune étudiant désœuvré, il pratique la photographie en amateur averti, puis suit des cours de photographie sans avoir de direction précise. Sa rencontre avec Richard Neutra sera décisive : visitant le chantier de la maison Kun avec le chef de projet, son colocataire, il en prend six clichés qu'il envoie à l'architecte. De fil en aiguille, il devient le photographe attitré du cercle des Autrichiens exilés et des modernistes de la Côte ouest : Neutra, Schindler, puis Gregory Ain ; et le témoin d'une première période héroïque de l'histoire de l'architecture californienne. Après la guerre, où il fut engagé comme photographe d'opérations chirurgicales, il retourne à la photographie d'architecture pour vivre une seconde période féconde : celle du programme des Case Study Houses (CSH) lancé par le journal Art&Architecture, dont il est depuis longtemps le collaborateur régulier. Devenu photographe à succès, son champ d'action s'élargit aux états-Unis tout entiers. Pour rationaliser ses déplacements, Julius Shulman prospecte, suscite les commandes, sollicite les magazines, augmentant à chaque nouveau voyage sa documentation monumentale. Son regard sur l'architecture s'aiguise et devient également plus critique : sa collaboration avec Entenza, initiateur des CSH, ne l'empêche pas d'émettre des réserves sur les aspects les plus rigides du programme, la sélection de maisons uniquement à toitures plates lui semblant trop restrictive. Il exprime ses préférences ou ses enthousiasmes par des petits détails qu'on peut décrypter sur les images : grand supporter de Killingsworth, il pose au premier plan d'un intérieur conçu par celui-ci une revue annonçant un prix d'architecture qu'il souhaite lui voir attribuer. Selon la légende, ou selon Shulman, Killingsworth remporta effectivement le prix. Un photographe d'architecture entre au Panthéon Julius Shulman est un peu l'archétype du photographe d'architecture. Loin de souffrir des conventions propres à ce genre d'images – parallélisme des verticales, temps clair –, elles lui apparaissent une nécessité absolue : « l'architecture doit être photographiée dans les meilleures conditions possibles, l'architecte s'étant investi des mois, voire des années, dans son projet », justifiant ainsi le fait de ne jamais prendre de photos par temps gris. Il est pleinement conscient de son rôle fondamental dans les rouages de la diffusion des architectures, comme le montre ce constat qui reste vrai aujourd'hui : « Quand on présente au public les résultats d'un travail architectural, il arrive trop souvent que la qualité médiocre de photos irréfléchies et immatures ne rende pas la qualité graphique de ce travail. Ce qui va entraîner le rejet du projet par l'éditeur ou le directeur artistique, même si ces photos révèlent des détails architecturaux valables*. » Il sait également que si l'architecte fait le bâtiment, le photographe a le pouvoir de le transformer en icône : les vues nocturnes des maisons Kaufmann de Neutra et de la CSH n° 22 dessinée par Peter Koenig ont ainsi connu ce mécanisme que le photographe appelle la transcendance, caractéristique de certaines photos qui magnifient les qualités visuelles de l'édifice photographié. Suspendue dans la nuit au-dessus de Los Angeles, la maison de Koenig photographiée par Shulman idéalisait les rêves des jeunes gens, alors que cette vie n'avait jamais été réelle : les personnages sur la photo sont des figurants figés durant les quatre minutes de pose nécessaires à l'impression sur la pellicule des lointaines lumières angelines. C'est par ces petites manipulations sur la réalité que Shulman passait du stade de la reproduction au reflet de son sujet. Ses images reflètent également leur époque, son optimiste innovateur et c'est sans doute pour cela que, le temps aidant, elles quittent progressivement le champ de la photographie d'architecture pour entrer dans l'histoire de la photographie tout court. (ON)

Les articles récents dans Photographes

Julien Guinand. Two Moutains : Ashio, Kumano Publié le 20/06/2022

Au Japon, deux montagnes, deux régions éloignées l’une de l’autre, toutes deux victimes de… [...]

Carleton Watkins : Le regard du mammouth Publié le 05/05/2022

Le « mammouth » désignait l’énorme chambre photo­ graphique que Carleton Watkins emportait … [...]

Julien Gracq : L’œil géographique Publié le 29/03/2022

Le grand écrivain était géographe. Dans les années 1950, il entreprit plusieurs voyages en E… [...]

Thomas Henriot : Frontières invisibles Publié le 25/02/2022

Issu d’une grande maison de champagne, Thomas Henriot a entrepris d’explorer le fuseau septentri… [...]

Eric Tabuchi et Nelly Monnier / Atlas des régions naturelles, Vol. 1 Publié le 09/12/2021

Une exposition au Centre d’art GwinZegal de Guingamp, dans le Trégor, rend compt… [...]

Eugène Atget, Voir Paris Publié le 16/11/2021

La Fondation Henri Cartier-Bresson a consacré cet été une expos… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
35   01 02 03 04
3605 06 07 08 09 10 11
3712 13 14 15 16 17 18
3819 20 21 22 23 24 25
3926 27 28 29 30   

> Questions pro

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…