Mais à quel usage ce bâtiment est-il destiné ? - D'A n°250

Mais à quel usage ce bâtiment est-il destiné ?
  1. Centre de congrès de la secte du Temple solaire
  2. Harrypotterland : le Stade de Quidditch enfin livré
  3. Le musée Batman à Gotham City
  4. EPR de Flamanville : La SPPEF (Société pour la Protection des paysages et de l'esthétique de la France) a enfin obtenu que le réacteur soit recouvert d'une toiture normande.

Réponse : Aucune, Stade football Pancho Arena, Felcsút, Hongrie. Architectes : Tamás Dobrosi + Doparum. 2014

Viktor Orbán se fiche complètement de savoir s'il a l'identité heureuse ou malheureuse. Il sait qui il est, d'où il vient, et il a fermement l'intention d'y retourner. Pour cette Académie Ferenc Puskás (célèbre buteur hongrois, pourtant naturalisé espagnol) destinée aux futurs champions de football magyars, l'autoritaire Président hongrois avait très fermement formulé sa commande: le stade devrait être conçu selon les canons de l'architecture organique hongroise. Imre Makovecz (1935-2011), héraut de ce mouvement ayant récemment rejoint le Walhalla des architectes, Viktor Orbán a fait appelle à l'un de ses élèves, Tamás Dobrosi, qui ne manque jamais une occasion de citer son maître : « J'espère que les gens seront capables de voir les lents mouvements de mes ancêtres dans mon architecture (…) et de voir la place que Dieu y a laissé. »(1)

Si en France, certain n'hésitent pas à déceler dans l'architecture rectiligne en béton la preuve du fascisme inhérent aux architectes modernes(2), en Hongrie c'est au communisme que renvoie cette esthétique qu'il convient alors d'éradiquer sans tarder. Déjà en 2004, Viktor Orbán a fait construire sur la rive droite du Danube à Budapest un indigeste Théâtre National, sorte de pâté néo François-Joseph revu par Kaufman & Broad. Le Pancho Arena est quant à lui situé à 40 kilomètres à l'ouest de la capitale hongroise. Il fait partie d'un étrange complexe immobilier constitué d'une suite de pagodes à coupoles pointues, un peu comme si le dessinateur François Schuitten avait voulu redessiner le village des Schtroumpfs. Quant au stade de football, les architectes ont manifestement davantage préféré lui donner la silhouette d'une hutte forestière de tribu magyare que celle du stade Charlety. Tout en bois recouvert d'ardoises et de rives façon cuivre, l'étrange arène sportive évoque plutôt l’univers d'Asterix aux jeux Olympiques : mais comme si après Athènes, c'est chez les Ostrogoths que devaient se dérouler les jeux. Le match va commencer, préparez vos gourdins !

Emmanuel Caille

1. dobrosi-epitesz.hu

2. lesechos.fr et Le Corbusier, un fascisme français de Xavier de Jarcy (Albin Michel, 2015)

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…