Soutenir, une exposition qui soigne

Rédigé par Laure MANISSADJIAN
Publié le 22/04/2022

Exposition Soutenir au Pavillon de l'Arsenal

L’histoire du soin dans la ville est hétéroclite. Se croisent les disciplines médicales, urbaines, philosophiques et artistiques. Cynthia Fleury et Eric de Thoisy (agence SCAU) tracent une cartographie au corpus hybride, où santé et architecture – deux thèmes parfois distants parfois confondus selon la période de l’histoire – se rassemblent sous le prisme du « care ». L’exposition collaborative est présentée au pavillon de l’Arsenal du 6 avril au 28 août 2022.

On aurait pu penser que l’évolution des sciences médicales, de ses techniques et de la technologie au XIXe siècle serait suivie d’une amélioration durable de la qualité de vie des citadins et citadines. À cette époque, l’habitabilité de la ville est une politique centrale et les instituts de soins prennent une place prépondérante dans la commande. Si les sanatoriums préconisent un accès aux espaces dit « naturels » en opposition à la pollution urbaine, les établissements de santé en ville se transforment pour répondre aux enjeux d’aération et d’apport solaire (le dossier technique du d’a 296 évoque cet hygiénisme, revu à l’époque contemporaine). Pourtant, à l’aube du XXIe siècle, les questions architecturales disparaissent au profit d’une gestion plus pragmatique des flux et des usages. Les services médicaux deviennent ainsi de véritables usines à soigner. Un dossier complet leur est d’ailleurs consacré dans le d’a n°287 de mars 2021 « L'hôpital, un objet architectural presque comme les autres ».

En octobre 2019, les soignants et soignantes descendent dans la rue pour protester contre la baisse de qualité du soin, mettant en lumière la marginalisation des enjeux de santé publique. Peu après, la crise du Covid remet ces enjeux au cœur du débat politique – sans effet majeur à ce jour sur les conditions de travail des personnels de santé – et permet aux architectes de se ressaisir des questions d’habitabilité de nos villes. Lors du premier confinement, la population urbaine n’a d’autre choix que de se confronter au manque d’espace vert, à la pollution, au bruit, à l’anxiété et à bien d’autres maux qui se révèlent omniprésents. Plus d’un million de Franciliens aurait quitté la métropole en quelques jours, selon les données collectées par les opérateurs de téléphonie. Cet exode urbain massif rappelle à quel point la notion de bien-être en ville est fragile et l'hospitalité de celle-ci peu vraisemblable.

Offrant un prisme de vision qui répond à ces problématiques écologiques et sociales séculaires, la philosophie du « care » – développée par Joan Tronto et Bérénice Fischer dès les années 1990 – sort enfin de l’ombre, 50 ans après le rapport Meadows et quelques mois après le nouveau rapport du GIEC. Le care est défini par les autrices de Towards a Feminist Theory of Caring comme « une activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre “monde”, en sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible ». Appliquée à l’architecture, cette philosophie peut se traduire par l’étude attentive et bienveillante d’un site. Ce qui consiste parfois à ne (presque) pas intervenir, comme l’ont brillamment démontré Lacaton & Vassal en 1996 à Bordeaux. La place Léon-Aucoc est un modèle de pratique composite d’architecte-chirurgien qui soigne, point par point, un territoire.

 

 

À travers plans, maquettes, photo, vidéo, dessins originaux, œuvres et installations, « Soutenir » propose de revenir sur cette histoire en 7 thèmes : Distances, Éléments, Formes, Frontières, Nécropoles, Hétérotopies et Inhabitables. Pour prolonger l’exposition, l’excellent catalogue offre enfin une synthèse des relations entre soin, ville et architecture.

 

 

Catalogue

https://www.pavillon-arsenal.com/fr/edition-e-boutique/collections/hors-collection/12409-soutenir.html

Éditions du Pavillon de l’Arsenal avril 2022

Sous la direction de Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste & Éric de Thoisy avec le collectif d'architectes SCAU.
Avec les contributions de Judith Butler, Meriem Chabani, Beatriz Colomina, John Edom, Marie Fruiquière, Ségolène Guinard, Michel Lussault ,Long Pham Quang, Frédéric Pierru, Ludger Schwarte, Lucie Taïeb, Serge Tisseron, Joan C. Tronto, Arnaud Vallet, Georges Vigarello 

Conception graphique : deValence

25 x 30 cm / 304 pages / 560 illustrations

42,00 €

 

Infos pratiques :

Entrée libre du mardi au dimanche de 11h à 19h

- samedis 23 avril et 14 mai à 17h

Rencontre avec Cynthia Fleury et l'agence SCAU

- samedis et dimanches à 17h

Visite guidée avec des médiateurs

Les articles récents dans Actus brèves

Appel à projets : Grand prix Architendance Publié le 18/05/2022

Les inscriptions au 6ème Grand prix la Tuile Terre Cuite Architendance sont ouvertesLa… [...]

BAP ! 2022 : 6 débats ce week-end ! Publié le 13/05/2022

Ce weekend à Versailles, c’est grand retour de la biennale d’Architecture et de Paysage !… [...]

Paris : 90 concours lancés ! Publié le 10/05/2022

« Paris s’équipe » est la présentation du programme municipal sur les enjeux… [...]

L'Académie d'Architecture renoue avec ses prises de positions publiques Publié le 28/04/2022

Le 8 mars dernier, l’Académie d’Architecture a rendu un rapport sur le Logement. Fruit du… [...]

Grafton Architects, lauréates du prix Mies 2022 Publié le 26/04/2022

L’agence allemande cofondée en 1978 par les Irlandaises Yvonne Farrell et Shelley McNamara a… [...]

Quartier Bercy-Charenton : la Mairie revoit ses ambitions Publié le 25/04/2022

Le 12e arrondissement de Paris a finalement abandonné ses tours de béton. Les 6 orientations… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
17      01
1802 03 04 05 06 07 08
1909 10 11 12 13 14 15
2016 17 18 19 20 21 22
2123 24 25 26 27 28 29
2230 31      

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …