N° 287 - Mars 2021

Produit de consommation

Au risque d’en faire une lamentation trop récurrente, déplorerons une fois de plus l’absence de la question architecturale dans les grands débats de société : logement, régulation thermique et sanitaire des bâtiments ou aménagement du territoire. Tout y est réduit en termes quantitatifs : combien de mètres carrés produits ? Combien de ceux-ci sont conformes aux nouvelles normes ? Des néolibéraux aux écologistes ou des sociaux-démocrates aux populistes, l’ignorance ou le mépris envers la capacité des architectes à agir concrètement pour une société durable fait l’unanimité. On peut sans pessimisme excessif prédire que la campagne présidentielle qui se prépare – comme toutes ses précédentes – résonnera en la matière d’un silence assourdissant. Obsédés par l’impératif, a priori compréhensible, de tenir leurs promesses en termes de chiffres, les gouvernements ne se préoccupent que de résultats quantifiables, stratégie que légitiment – jouant en cela un jeu finalement plus pervers – les oppositions de tout bord lorsqu’elles n’argumentent qu’en termes d’objectifs comptabilisables, atteints ou non.

Avec la grande pandémie de la Covid, l’hôpital semble être revenu au centre des préoccupations. Mais là aussi, c’est toujours avec un boulier dans la tête que s’acharnent les esprits râleurs, réduisant généralement la question hospitalière au problème simpliste du nombre de lits. Or s’il fallait, de nos manières de concevoir l’espace habitable, absolument tirer un enseignement de cette crise, c’est qu’en surdéterminant les programmes selon des critères commerciaux et financiers, on se prive de pouvoir répondre efficacement aux évolutions des besoins – sans même parler des situations hors normes comme l’actuelle pandémie. Que ce soient les hôpitaux ou les logements produits en masse selon le système délétère des VEFA, la monofonctionalité et le calibrage au plus juste des usages condamnent à une rapide obsolescence. Par définition, un produit ciblé cherche à n’atteindre que sa cible. Et c’est bien là le problème : satisfaire une exigence de rentabilité à très court terme au lieu de s’inscrire dans la durée. Construire ne devrait jamais, en opération publique ou privée, se conformer à une pulsion consommatrice ; habiter sa chambre d’hôpital, sa cuisine ou un hall d’accueil ne relève-t-il pas d’une relation autrement plus longue et complexe à l’environnement, à la ville et aux autres ?

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Guillaume Ramillien : le dessin, la structure et l’objet

Photographes

» Candida Höfer Paris : faces des espaces

Points de vue / Expos

» Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en produit de consommation
» Faire le plein de super

Concours

» Cinq manières de repenser la dalle de La Défense

Le dossier du mois

» NOUVEAUX TERRITOIRES HOSPITALIERS
» Debout, l’hôpital !
» Monument ou instrument ? À la recherche de l’hôpital idéal !
» De l’hôpital-environnement à l’environnement hospitalier : l’architecture de la santé face aux questions écologiques
» Phylogénie hospitalière : quelles mutations pour l’architecture de l’hôpital ? Discussion avec Jérôme Brunet, 24 janvier 2021

Innovations

» Réemploi in situ : Une façade en granite transformée en terrazzos

Les produits de la rédaction

» D'A LAB : ECHAPPEE DIGITALE 1/2
» DOSSIER TECHNIQUE Terrazzo, résines et béton : comprendre les sols coulés

Questions pro

» Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en produit de consommation

Le Grand Entretien

» Entretien avec Patrick Berger : dessiner, construire, penser

Réalisations

Publiés par d'a

» Éternel retour : 70 logements pour personnes âgées, Maisons-Alfort
» Douce contamination : réhabilitation et restructuration d’un groupe scolaire, Guécélard, Sarthe

> L'Agenda

Janvier 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
52     01 02
0103 04 05 06 07 08 09
0210 11 12 13 14 15 16
0317 18 19 20 21 22 23
0424 25 26 27 28 29 30
0531       

> Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…