Architecture rurale italienne, Giuseppe Pagano et Guarniero Daniel, Éditions Conférence

Rédigé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Publié le 14/12/2023

Article paru dans d'A n°313

Architecture rurale italienne, Giuseppe Pagano et Guarniero Daniel, Éditions Conférence

22 x 24 cm, 232 p., nombreuses illustrations dont 140 planches, 29 euros.

Il y a des livres qui, avec les ans, deviennent des sortes d’incunables, dont on ne cesse de déplorer l’absence de réédition ou de traduction. Ce catalogue, qui accompagnait une mythique exposition présentée à la Triennale de Milan en 1936 par Giuseppe Pagano, en fait partie, on ne peut donc que se réjouir de son apparition sur les rayons des libraires et sur les tables des amoureux d’« architecture sans architecte » – avant que Bernard Rudofsky ne forge cette expression trente ans après. Pagano est une figure passionnante et complexe de l’architecture italienne : architecte, critique, théoricien, photographe, rédacteur en chef de la revue Casabella dès 1931, ardent patriote proche du fascisme puis engagé dans la résistance, ce qui lui valut la mort à Mauthausen en avril 1945, à moins de 50 ans. Cet intérêt n’est pas étrange dans la mesure où, quels que soient leurs pays d’origine, les « modernes » de l’entre-deux-guerres partageaient un même intérêt pour les architectures vernaculaires telles qu’elles semblent émaner naturellement des paysages naturels.
Le fac-similé Architecture rurale italienne qui vient de sortir comporte deux parties : d’une part, un propos général justifiant la pertinence du sujet, et illustré par la reproduction (trop souvent médiocre) des élégants panneaux photographiques à six cases qui constituaient le corps de l’exposition ; d’autre part, les magnifiques planches des constructions rigoureusement photographiées par Pagano. Le texte d’introduction, élégamment traduit, adopte une approche à la fois historique, géographique, esthétique, fonctionnelle et constructive. Il semble animé d’une forme d’aspiration au partage avec le paysage – une sobriété environnementale dont on sait désormais l’actualité. C’est que l’architecture italienne que célèbre Pagano défie toutes les modes et a pour seules lois son environnement et son utilité : « Pleine d’une beauté modeste et anonyme, elle enseigne à triompher du temps et à dépasser la caducité des variations décoratives et stylistiques, en renonçant à tout ce qui est inutile et pléonastique » (p. 76).
Le volume est complété de plusieurs annexes précieuses mais très difficiles à repérer et à utiliser, puisqu’elles sont graphiquement traitées comme la partie en fac-similé. Se suivent ainsi : une ambitieuse note du traducteur, des lignes de Pagano sur son rapport à la photographie (1938), des biographies de ce dernier par Gabriella Musto et par Alessandro Mauro, un texte d’Antonino Saggio sur l’engagement politique de Pagano, une lettre de Giulio Carlo Argan et, enfin, des indications bibliographiques. La présence de ces documents rend encore plus étonnant le fait que l’éditeur publie, au même moment, un volume plus modeste et surtout plus confus : la biographie controversée, rédigée en 1975 par Riccardo Mariani, Giuseppe Pagano, architecte fasciste, antifasciste, martyr (256 p., 21 euros), elle-même complétée de propos de personnes proches, dont Ernesto Nathan Rogers. Le catalogue de la Triennale de 1936 suffit bien amplement à la leçon toute moderne de l’architecture rurale.

Les articles récents dans Livres

Dum Dum, Lukasz Wojciechowski, éditions çà & là Publié le 14/12/2023

Dum Dum, Lukasz Wojciechowski, éditions çà & là21 x 15 cm, 272 p., 25 euros [...]

La couleur des choses, Martin Panchaud, Éditions çà et là Publié le 14/12/2023

La couleur des choses, Martin Panchaud, Éditions çà et là, 17 x 23 cm, 236 p., 24 euros [...]

Que notre joie demeure, Kevin Lambert, éditions Le Nouvel Attila Publié le 14/12/2023

Que notre joie demeure, Kevin Lambert, éditions Le Nouvel Attila20 x 14 cm, 368 p., 19,50 euros. [...]

Tentatives périlleuses, Treize tragédies architecturales, Charlotte van den Broeck, Héloïse d’Ormesson Publié le 14/12/2023

Tentatives périlleuses, Treize tragédies architecturales, Charlotte van den Broeck, Héloïse d’… [...]

La Grande révolution domestique, Dolores Hayden, Éditions B42 Publié le 14/12/2023

La Grande révolution domestique, Dolores Hayden, Éditions B4214 x 22 cm, 376 p., 29 euros. [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…

L’architecture au prisme des contraintes environnementales : le regard singulier de Gilles Perraud…

Si les questions environnementales sont de plus en plus prégnantes, les labels et les normes propres à l’univers de la construction garantissent…