L’art poétique de Junya Ishigami à la Fondation Cartier

Rédigé par Claire DE BOISGELIN
Publié le 29/03/2018

Jusqu’au 10 juin 2018 se tient à la Fondation Cartier pour l’art contemporain Freeing Architecture, exposition de l’architecte japonais Junya Ishigami. Une vingtaine de ses projets actuels y sont présentés ainsi qu’une réflexion sur l’architecture et son environnement. Architecte reconnu pour ses constructions à la fois singulières et délicates, il avait déjà fait l'objet d'une retrospective au centre d'architecture arc en rêve à Bordeaux en 2014. Il s'agit aujourd'hui de la première grande exposition personnelle de l’artiste, âgé de seulement quarante-quatre ans. Il y expose sa vision d’une « architecture libre ».

Junya Ishigami appartient à la jeune génération d’architectes japonais ayant connu un engouement mondial depuis les années 2000. Diplômé des Beaux-Arts de Tokyo, il a fondé à 30 ans sa propre agence d’architecture, JUNYA.ISHIGAMI+ASSOCIATES. Il a reçu en 2010 le Lion d’or à la Biennale de Venise et s’est rapidement démarqué avec des projets à l’étonnante délicatesse, semblant défier les règles de l’apesanteur. C’est le cas de la House of Peace à Copenhague, bâtiment symbole de paix commandité par l’ONG HOPE. Conçu comme un gigantesque nuage flottant sur l’eau, il sert d’espace de réflexion et de médiation.

 

Intitulée Freeing Architecture, l’exposition regroupe une vingtaine de projets pour la majeure partie en cours. Le visiteur découvre ainsi des jardins d’enfants remplis d’animaux à la taille colossale, une université polyvalente, une chapelle œcuménique, une maison-restaurant coulée en béton, des jardins irrigués, etc. Le bâtiment de Jean Nouvel dialogue ainsi avec les maquettes, dessins, toiles, collages, moulages et films d’Ishigami, donnant un aperçu de l’univers poétique de l’architecte. Il s’agit cependant moins de revenir sur la conception des projets que de transmettre sa vision de son art - une architecture souple et libre. « J’aime penser l’architecture librement, avoir une vision la plus souple, la plus ouverte, la plus subtile possible, pour dépasser les idées reçues sur l’architecture. » confie-t-il. C’est alors un véritable art poétique qui se dessine derrière ces maquettes oniriques qui, loin d’être des outils de travail, ont été réalisées spécialement pour l’occasion et sont les véritables œuvres d'art de l'exposition.

 

Tout au long de la visite, plusieurs courts films permettent de prendre conscience de la phase de réalisation des projets et de constater l’effort extraordinaire mis en place pour la construction. Le visiteur découvre notamment la réalisation du projet Habitation et restaurant, un bâtiment en béton qui a littéralement été coulé dans le sol et qui a abouti à la formation d’une « grotte ensoleillée » évoquant une cave à vin. En montrant la charge considérable de travail nécessaire à l’aboutissement de ces projets, ces vidéos pointent également du doigt l’aspect parfois utopique des créations d’Ishigami.

 

Esprit créatif incontestable, Ishigami demeure toutefois une source d’inspiration réelle que la Fondation Cartier honore en organisant des événements - soirées nomades et nuits de l’incertitude - pendant toute la durée de l’exposition : masterclass de Junya Ishigami, nuit du Nuage avec Cédric Villani, concert du collectif Penguin Cafe, etc.





Les articles récents dans Actus brèves

La Biennale de Venise à nouveau reportée en 2021 Publié le 18/05/2020

La Biennale de Venise annonce que la 17e exposition internationale d’architecture –… [...]

Ce qui va changer avec la RE 2020 Publié le 17/05/2020

En raison du contexte d'épidémie du Covid-19, le calendrier d'élaboration et de mise en… [...]

L’agence KOZ remporte le concours d’une nouvelle résidence étudiante à Saclay Publié le 13/05/2020

Dans le cadre d’une Opération d’intérêt national, les résidences étudiantes se… [...]

Constructions itinérantes en bois pour urgence sanitaire Publié le 06/05/2020

La sévérité de la crise sanitaire que traverse le monde, le temps qui nous est imparti en… [...]

Coopératives d’habitants : une autre façon d’habiter à l’heure du confinement Publié le 24/04/2020

Alors que le dossier du d’a 279 de ce mois-ci s’interroge sur la production du logement pour… [...]

Les territoires habités de Chine, la nouvelle exposition de Sabine Delcour Publié le 23/04/2020

De la ville fantôme d’Ordos, à la ville portuaire de Qingdao en passant… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
18    01 02 03
1904 05 06 07 08 09 10
2011 12 13 14 15 16 17
2118 19 20 21 22 23 24
2225 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…

Retraite, les questions en jeu

Face à l’opposition suscitée par la réforme des retraites, que ce soit dans la rue ou à l’Assemblée nationale où le projet de loi a…

Deux opportunités d’aide à la recherche

Face aux difficultés du métier d’architecte, une aide à la recherche est toujours une opportunité idéale pour orienter, confirmer ou même…