N° 188 - Février 2010

d’agricultures !

Maîtriser l’espace, de l’échelle du corps à celle du paysage, imaginer ses transformations dans le temps et prévoir ses aléas. Concevoir avec la pluie, le vent, le gel et le soleil. Mettre en place une logistique, interpeller les savoir-faire. Savoir construire pour abriter les hommes, les animaux et les biens nécessaires à leur bien-être. S’appuyer sur les expériences du passé, les coutumes et les usages, mais se déprendre des habitudes. Utiliser la technologie pour s’adapter à ce qu’exige le monde d’aujourd’hui. N’est-il pas étonnant que ces qualités définissent tout autant les compétences de l’agriculteur que celles de l’architecte ?

Quelle place réserve-t-on au peuple paysan après un siècle d’exploitation, la force de travail de ses émigrants ayant alimenté la révolution industrielle et sa richesse ayant nourri les investissements d’une société en quête de haute technologie ? Durant des siècles, ils ont été les modestes architectes de remarquables écosystèmes. Symbiose entre nature et culture, ces paysages nous sont familiers mais nous les vénérons béatement comme s’il s’agissait d’un don du ciel. Quand va-t-on comprendre que pour une tonne de lait ou un quintal de blé vendus à bas prix, c’est tout un territoire et un patrimoine immobilier qu’il faut entretenir ? Que si le producteur n’est pas décemment rémunéré pour cette tâche, il sera acculé aux politiques de rendements intensifs ou à des comportements fatals aux nouvelles exigences environnementales ? Mais la condescendance à l’égard du monde agricole masque souvent notre ignorance des véritables enjeux de son évolution. Alors que l’on ne cesse d’annoncer l’obsolescence des distinctions entre villes et campagnes, ne serait-il pas temps également de s’interroger sur le rôle de chacun ? Agriculteurs, paysagistes et architectes devront apprendre à mieux travailler ensemble, les citadins devront se détacher de leur nostalgie gavée d’images bucoliques pour inventer un nouvel imaginaire où paysages rural et urbain ne s’opposeront plus.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Photographes

» Leo Fabrizio, voyage dans l’esthétique de l’absurde

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Atelier Novembre L’art de l’horloger. Texte d'Olivier Namias
» Leo Fabrizio, voyage dans l’esthétique de l’absurde par Olivier Namias
» L’agriculteur, l’architecte et le paysage par Françoise Moiroux
» Rodrigo Cerviño Lopez Galerie d’art au Brésil Centre d’art contemporain Inhotim par Maria Beatriz de Castro
» Patrick Germe & JAM Loi de la pesanteur Cité des 4000, La Cour. Texte de Richard Scoffier
» Nathalie Franck & Yves Ballot Logements dans le vieux quartier de la Bastide, Bordeaux. Texte d'Emmanuel Caille
» Dusapin-Leclercq Caisse claire ! Extension de l’Insep, Paris XIIe. Texte de Soline Nivet
» Beaubourg, mobile. Texte de Christophe Catsaros

> L'Agenda

Janvier 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
52     01 02
0103 04 05 06 07 08 09
0210 11 12 13 14 15 16
0317 18 19 20 21 22 23
0424 25 26 27 28 29 30
0531       

> Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…