N° 296 - Mars 2022

Jouons

Lorsqu’à la fin du XXe siècle fut construit un chai viticole en pierre massive à Vauvert (Gard), l’évène- ment fut à peine remarqué et apparaissait presque comme une fantaisie. Car l’usage de cette technique de construction, gloire de toute architecture depuis les pharaons, avait complètement disparu en Europe. Depuis les années 1960, l’ultime impulsion qu’avait offerte l’œuvre hors normes de Fernand Pouillon était restée sans héritage. Un quart de siècle après, un architecte découvre presque par hasard les blocs mal équarris d’une carrière. La massivité et la matérialité de ces monolithes abandonnés s’imposent alors à lui comme une évidence et il décide de les utiliser pour construire son propre chai à Vauvert. C’est ainsi que Gilles Perraudin initia un mouvement dont nous commençons enfin à récolter les fruits.
La production en éléments massifs porteurs est certes encore très confidentielle si on la compare à l’ensemble de bâtiments construits chaque année, mais elle s’est accélérée depuis peu, en témoigne le nombre croissant de réalisations que nous envoient désormais les architectes.
La pierre, c’est un peu comme le pisé : tout le monde l’aime, mais au-delà de ce sympathique engoue- ment, peu de gens croient vraiment en son développement et savent la mettre en œuvre. Pour qui se sent architecte, la pierre massive a quelque chose de ludique, nous renvoyant aux jeux de notre enfance, à l’émerveillement des vieilles bâtisses, des châteaux et des belles ruines... Mais elle nous oblige aussi à un minimum de rigueur lorsqu’il faut penser comment construire avant de penser « formes ». Son usage semble paré de toutes les vertus : peu énergivore, imposant une stéréotomie qui ne « triche » pas, localement disponible et réemployable... Elle flatte aussi l’actuelle soif d’authenticité, la nostalgie du geste premier, l’utopie d’un archaïsme perdu, au risque parfois d’une déconnexion fatale avec la violente réalité du système productif quand le béton impose ses logiques de marché.
Mais les réalisations que vous découvrirez tout au long de ce numéro démontrent à ceux qui en dou- teraient encore tous les atouts économiques et techniques de la pierre massive. Des architectures qui, sans renier l’héritage moderne, savent s’affranchir sereinement de ses dogmatismes.
EC

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Parcours

» Atelier Régis Roudil : Renouer des liens avec le terroir

Le Grand Entretien

» Entretien avec Pierre Hebbelinck : Quand les relations deviennent formes

Points de vue / Expos

» Meudon : les carrières menacées
» L'architecture ou l'art de transformer le réel. (4/9) Changements de programmes

Concours

» Géométries. Concours pour un immeuble de logements, boulevard de Picpus, Paris 12e

Le dossier du mois

» LE RENOUVEAU DE L'ARCHITECTURE EN PIERRE
» (1/3) Au prisme de la pierre
» (2/3) De la carrière à l’édifice. Table ronde avec les acteurs de la filière pierre
» (3/3) Construire en pierre massive : des chantiers pas comme les autres ?

Publiés par d'a

» 10 000 blocs. Logements sociaux, Plan-les-Ouates, Suisse
» Masse et puissance. Immeuble mixte, Caluire-et-Cuire, Rhône
» Fenêtre sur ville. Neuf logements sociaux et un commerce, Paris 15e
» L’escalier, les pièces et la façade en pierre. Huit logements collectifs, Paris 6e

Livres

Innovations

» Ublo : Une ventilation 100 % naturelle pour La façade

Techniques

Les produits de la rédaction

» DOSSIER TECHNIQUE : Nouvel hygiénisme. Systèmes et dispositifs anticovid : que nous vend-on ?
» PRODUITS UTILES
» D'A LAB : Artisanat industriel

> L'Agenda

Janvier 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
52      01
0102 03 04 05 06 07 08
0209 10 11 12 13 14 15
0316 17 18 19 20 21 22
0423 24 25 26 27 28 29
0530 31      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…