Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Rédigé par Christine DESMOULINS
Publié le 05/07/2021

Article paru dans d'A n°291

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire en cas de sinistre. Est-ce bien logique quand 86 % des sinistres sont dus à des erreurs d’exécution imputables aux entreprises ? Pour clore notre enquête sur les marchés globaux par ce troisième volet, nous avons donc choisi d’interroger Michel Klein, directeur général adjoint à la Mutuelle des Architectes Français (MAF), observatoire privilégié des modes d’exercice des métiers de la maîtrise d’œuvre. 

D’a : Quel regard portez-vous sur les marchés globaux ? 


M.K. : Il ne revient pas à la MAF de se prononcer sur le bien-fondé de telle ou telle procédure. Le propre de la MAF n’est pas de dire le bien mais de donner de bons conseils à partir de nos constats sur ce qui ne fonctionne pas. Le recours aux marchés globaux par la maîtrise d’ouvrage est souvent justifié par les écarts conséquents constatés en matière de coûts et de délais avec les procédures traditionnelles. Leur objectif était d’éviter de tels aléas. Avec le recul, force est de constater qu’il est loin d’être toujours atteint et que ces marchés globaux biaisent aussi les relations entre les intervenants. 


En réalité, la MAF elle-même peut voir un intérêt à recourir à un marché sur le modèle des marchés globaux pour de petits projets très spécifiques portant sur des opérations de rénovation énergétique où l’architecte, mandataire d’un groupement, peut proposer un marché clé en mains. Dans de tels cas, il est en effet intéressant pour le maître d’ouvrage d’avoir affaire à un interlocuteur unique plutôt qu’à des marchés séparés. Pour des opérations relevant de donneurs d’ordre public ou d’investisseurs privés, c’est différent. Des enjeux de qualité architecturale et de qualité d’exécution des opérations constituant notre paysage ne sont pas toujours intégrés devant la réalité économique des marchés globaux où prix et délai prédominent. 

D’a : Cela augmente-t-il les contentieux ? 


Sur ces marchés, les écueils (...)

Les articles récents dans Questions pro

Détruire ou non ? Publié le 28/03/2022

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent… [...]

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA Publié le 25/02/2022

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans… [...]

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot. Publié le 09/12/2021

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la… [...]

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ? Publié le 18/10/2021

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en… [...]

Les ABF, de la censure au dialogue constructif Publié le 02/09/2021

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des… [...]

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2 Publié le 04/05/2021

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes.… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
17      01
1802 03 04 05 06 07 08
1909 10 11 12 13 14 15
2016 17 18 19 20 21 22
2123 24 25 26 27 28 29
2230 31      

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …