Paris quand même

Rédigé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Publié le 02/12/2022

Paris quand même

Article paru dans d'A n°303

Paris quand même, Jean-Christophe Bailly, La Fabrique, 11 x 17 cm, 240 p., 13 euros.

Quand même, malgré tout, quoi qu’il en soit, toujours, encore : Paris. Tout comme Léon-Paul Fargue ou Jacques Roubaud, Bailly est un grand piéton de Paris. Son regard est aussi plus critique, politique, ce qui l’amène à observer et à pourfendre l’emprise du capital sur la capitale, ses anciens quartiers populaires, mais aussi ses avenues, ses passages chers aux surréalistes, ses monuments, et jusqu’aux comptoirs et terrasses de ses cafés. Le duo assonant formé par messieurs Arnault et Pinault en prend pour son grade, avec la « confiscation » par le premier de la Samaritaine de Jourdain puis Sauvage par l’hôtel 5 étoiles du Cheval Blanc – où l’on ne trouve plus rien –, et la « métamorphose » par le second de la halle aux blés de Le Camus de Mézières, devenue Bourse du commerce, puis « bradée au profit d’un éclectisme chic indexé à une stratégie du placement », celui de la fondation d’art contemporain aménagée par Ando. Deux présidents de la République – Pompidou le moderne destructeur, Macron le bradeur libéral – ne sont pas en reste. Car les malheurs de Paris ont désormais changé de méthode, avec « le remplacement des pratiques de destruction brutale par des techniques sophistiquées de dévitalisation » perpétuées par « tout ce qu’un journalisme aux ordres appelle les élites, qui sont en fait toujours autoproclamées » : en clair, par les lois du marché.

Depuis le pied de la statue de Montaigne face à la Sorbonne aux « 3 ou 4 000 personnes dormant dehors chaque nuit à Paris », Bailly donne, en 37 tableaux de longueur très variable (de 3 à 20 pages), le portrait de multiples visages de la capitale, de ses constructions, ses espaces publics, mais aussi de ses habitants, de ses pratiques. Son art de la flânerie se remémore celui d’une foule d’auteurs littéraires – Balzac, Baudelaire, Benjamin, Breton, pour s’en tenir à une seule initiale –, puisque l’auteur n’est pas seulement un grand marcheur, mais aussi un lecteur d’une immense érudition. Le tout dans un style éblouissant dénué de toute afféterie, à la fois direct et précieux. GMJ

Les articles récents dans Livres

Anna Heringer: Essential Beauty Publié le 02/12/2022

[...]

Le choix de la librairie Mollat Publié le 02/12/2022

Implantée sur 2 700 m2 au cœur de Bordeaux, la librairie Mollat consacre depuis de nombreuses ann… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
52      01
0102 03 04 05 06 07 08
0209 10 11 12 13 14 15
0316 17 18 19 20 21 22
0423 24 25 26 27 28 29
0530 31      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…