Mais à quel usage ce bâtiment est-il destiné ? - D'A n°240

Mais à quel usage ce bâtiment est-il destiné ?
  1. Après Goudurix, Faengschuix : le nouveau train fantôme du parc Obelix, sur le thème de la menuiserie hasardeuse.
  2. Le nouveau flagship Chamallows sur les Champs-Élysées, fière de son bardage en épicéa résolument écologique.
  3. Le nouveau siège social d’Obao, une vague de fraicheur venue du fond des bardages bois

La piscine Aquazena, Issy-les-Moulineaux, Mikou Design Studio architectes.

Vue de l’extérieur, la piscine Aquazena arbore un bardage ondulé évoquant les Razzle-Dazzle, ces camouflages peints pendant la Première Guerre mondiale par les Anglais sur les navires qu’ils voulaient protéger des torpilles des U-Boot allemands. La peinture de guerre est obsolète dans une caserne devenue écoquartier et dont le plan-masse tient plus de l’assemblée de haricots que de l’Invincible Armada en partance pour la conquête de l’Angleterre. La référence navale, par contre, n’est pas si idiote dans cette ambiance de marina que le réchauffement climatique aurait asséchée, ne laissant aux habitants rêvant de rivages lointains qu’une flaque profonde de 2 centimètres pudiquement appelée « miroir d’eau ». D’autant que le lien de la commune à l’élément liquide est ancestral et omniprésent, via la Seine, et se lit dans son toponyme, « Ici, les moules », étymologie attestant de la présence rare de fruits de mer dans la région parisienne dès l’Ancien Régime.
L’eau s’imposait, donc, et si la piscine double ses allures de destroyer furtif d’un intérieur en béton brut de ceux que l’on admire dans le magazine $Cosy Bunker,$ le journal de l’intérieur militaire, on aurait tort de croire que l’équipement implanté dans un ancien fort de l’armée française cherche à faire vibrer la corde martiale. Plus pacifique qu’Aquazena, il n’y a pas. André Santini, maire de la ville, a voulu que soient appliqués ici les principes de la géomancie chinoise, dont il est piqué. Laurence Dujardin, coach feng shui et auteur de $Créez ou aménager votre maison Feng Shui$, a supervisé les travaux, exigeant un projet fluide, parti dont on ne peut nier la pertinence lorsque l’on traite d’une piscine. La coach décrit le bâtiment comme si elle tenait la souris : sa « structure complète (...) a été pensée par rapport au feng shui et notamment l’organisation des espaces détente, des bureaux, des vestiaires, etc. Cela tient compte en grande partie du fameux “bagua”, genre de carré sudoku qui détermine des zones d’énergie. C’est ainsi que les espaces de détente ont été proposés au centre pour faire le lien avec tout le reste du bâtiment ». Et elle décrit ensuite un code couleurs et le concept de bulles colorées, qui « a été soufflé pour permettre la création d’un espace “Feng Shui” cohérent, esthétique et fluide. D’où les rondeurs et les grands puits de lumière naturelle ». Enfin, la coach a préconisé des matériaux et a surtout spécifié « l’importance de ces matériaux pour apporter de l’ancrage à tout le bâtiment à cause de l’eau très présente. Le feng shui permettant le lien avec tous les éléments : feu, eau, terre et air... », Earth Wind and Fire, les pompiers et les amateurs de disco apprécieront. Et le public du feng shui est bien parti pour s’élargir, André Santini, le maire, voulant le diffuser dans tous les bâtiments municipaux, « je Feng Shui partout » semblant être son nouveau cri de maître d’ouvrage.

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…