Stéphane Couturier, photographe archéologue du temps présent

Rédigé par Yasmine YOUSSI
Publié le 14/06/2004

Stéphane Couturier

Article paru dans d'A n°138

Il a été l'un des plus grands photographes d'architecture des années 1980, avant de bifurquer, au début de la décennie suivante, vers une photographie d'auteur. Stéphane Couturier, prix Niepce 2003, expose aujourd'hui à la Bibliothèque nationale. L'occasion d'évoquer ensemble son parcours.

d'A : Qu'est-ce qui vous a poussé à abandonner la photo d'architecture ?

Stéphane Couturier : À l'exception de Jean Nouvel, qui cherche dans le regard des photographes quelque chose qui lui permette d'en apprendre plus sur son propre travail, la plupart des architectes traitent les photographes comme des prestataires de service destinés à magnifier leur bâtiment au moment où il se termine, avant appropriation des lieux. Le photographe, finalement, leur importe peu puisque ces images sont toujours faites au même moment, sous une belle lumière, à partir du meilleur angle, en évitant les plantes vertes. Ces photos se sont standardisées au fil du temps. À tel point qu'il est désormais difficile de faire des choses intéressantes. En 1994, j'ai commencé à montrer mon travail personnel en galerie. Ce travail prenait le contre-pied de ce que j'avais réalisé jusqu'alors, même si j'y appliquais le même vocabulaire. Il s'attachait à des lieux contextuels, en mutation, mettant en avant le côté organique et vivant de la ville. La bonne réception de ces photos m'a inscité à abandonner ma collaboration avec les architectes. Ça a été pour moi une manière de m'affranchir de leur censure. Certains refusaient, par exemple, de passer des photos que je jugeais intéressantes. J'avais pourtant essayé de changer les choses à travers Archipress. L'idée de cette agence était de trouver des regards photographiques sur l'architecture et l'urbanisme avec des gens comme Gabriele Basilico ou Jacqueline Salmon. Malheureusement, on s'est retrouvé devant un mur d'incompréhension, les architectes considérant les revues spécialisées comme une plaquette de pub.


d'A : Qu'est-ce qui caractérise votre vocabulaire photographique ?

S.C. : Je dirais qu'il tourne autour de la frontalité et du fragment. Je remplis totalement le cadre de mes photos. L'œil ne s'y fixe pas sur un point, il circule au sein de l'image qui l'enferme. Et c'est l'expérience vécue par le spectateur qui l'accroche. Plus que le sujet, c'est sa composition qui m'intéresse. J'aime montrer quelque chose de mouvant, constamment en évolution. J'utilise aussi le grand format parce qu'il engendre la proximité, permet de détailler les éléments, de révéler les indices et donc de dévoiler le réel mieux que le réel ne permet de le voir. Une manière de dire qu'il s'agit encore d'un document. Je suis là pour constater et non pas pour dénoncer. C'est pour cela que je tiens à rester neutre, tout en préservant l'ambiguïté de ce qui est montré


d'A : Comment vous définissez-vous aujourd'hui ?

S.C. : Difficile à dire. Ça m'embête de me cantonner au seul documentaire. Certes, mes images sont le document photographique de quelque chose qui a existé à un moment donné. Elles portent aussi en elles une réflexion sur l'image que l'on souhaite donner du monde actuel. Mais ce qui m'intéresse avant tout, c'est d'arriver à synthétiser document et art. Je trouve important d'avoir une image conceptuellement forte qui soit au carrefour de la photo, des arts plastiques, de l'architecture, de l'urbanisme, de la sociologie, de la politique, et que le spectateur puisse s'approprier la photo telle qu'il en a envie.


d'A : Comment travaillez-vous ?

S.C. : Mon idée n'est pas de montrer ce qu'on n'a pas l'habitude de voir mais plutôt de révéler la ville telle qu'elle est, sans tricher. La série des Monuments a commencé à Séoul. Tout le monde m'avait dit que c'était l'une des villes les plus laides du monde, ce qui avait immédiatement suscité ma curiosité. Je me suis immergé dans cette mégalopole en la sillonnant pendant quinze jours en voiture. Au début, je voulais montrer le côté « archéologie urbaine » de toutes ces constructions qui se font et se défont dans le centre. Sauf qu'en périphérie, j'ai buté sur d'énormes tours de 25 à 30 étages, destinées aux classes supérieures et qui sont l'emblème du capitalisme triomphant. J'ai alors compris que mon sujet était là. Parce que Séoul, c'est avant tout cette organisation à la périphérie, avec une densification unique au monde. Aucune de ces tours n'est identique. On est pourtant dans l'uniformité parce que la variation est infime. Nous jugeons peut-être cette architecture abominable. Il n'empêche que les Coréens en sont très fiers. Pour eux, c'est un modèle pour dépasser la petite maison individuelle sans hygiène ni eau courante.


d'A : Quelle vision avez-vous de l'architecture aujourd'hui ?

S.C. : Mon opinion est étrangère aux photos que je fais. Encore une fois, je souhaite avant tout poser des questions. Ce qui ne m'empêche pas d'être effrayé par la muséification de centres-villes du midi de la France, par exemple. Ces lieux sont habités par des notables et le plus gros de la population réside en périphérie. Les centres sont touristiques, mais, à 19 heures, il n'y a plus personne. La vraie ville se retrouve en périphérie. Comme si les architectes n'avaient pas réfléchi à la mixité des espaces. Les zones sont soit résidentielles, soit commerciales, soit industrielles, mais on n'a pas encore trouvé de lieu qui vive vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Je suis aussi frappé par la privatisation des espaces publics. Après les États-Unis, la France y arrive. Une manière de rester entre soi, de se « protéger » de gens jugés indésirables. C'est comme ça que les ghettos se créent. Depuis le 11 septembre, ça s'est amplifié. Il devient d'ailleurs très difficile de faire des prises de vue dans ces conditions.


À lire : Stéphane Couturier, éditions Adam Biro, 144 pages, 45 euros.

Les articles récents dans Photographes

Julien Guinand. Two Moutains : Ashio, Kumano Publié le 20/06/2022

Au Japon, deux montagnes, deux régions éloignées l’une de l’autre, toutes deux victimes de… [...]

Carleton Watkins : Le regard du mammouth Publié le 05/05/2022

Le « mammouth » désignait l’énorme chambre photo­ graphique que Carleton Watkins emportait … [...]

Julien Gracq : L’œil géographique Publié le 29/03/2022

Le grand écrivain était géographe. Dans les années 1950, il entreprit plusieurs voyages en E… [...]

Thomas Henriot : Frontières invisibles Publié le 25/02/2022

Issu d’une grande maison de champagne, Thomas Henriot a entrepris d’explorer le fuseau septentri… [...]

Eric Tabuchi et Nelly Monnier / Atlas des régions naturelles, Vol. 1 Publié le 09/12/2021

Une exposition au Centre d’art GwinZegal de Guingamp, dans le Trégor, rend compt… [...]

Eugène Atget, Voir Paris Publié le 16/11/2021

La Fondation Henri Cartier-Bresson a consacré cet été une expos… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…