Territories, Narrative architecture photography, Philippe Sarfati, Arvinius + Orfeus Publishing

Rédigé par Tarik ABD EL GABER
Publié le 14/12/2023

Article paru dans d'A n°313

Territories, Narrative architecture photography, Philippe Sarfati, Arvinius + Orfeus Publishing

21 x 21 cm, 528 p., 62,50 euros.

Le livre de Philippe Sarfati s’ouvre sur une photo de la célèbre piscine des Marées de Porto, d’Alvaro Siza. La photo en noir et blanc est assez sombre, la roche rose de Matosinhos et les murets de béton tirent vers l’anthracite. À gauche, allongée et la tête masquée par un rocher au premier plan, une femme prend le soleil. Son maillot deux-pièces immaculé tranche avec le reste de la composition. Comment ? Une personne vivante sur une photographie d’architecture ? Philippe Sarfati est architecte de formation. Après ses études à l’école de Paris-Val de Seine, il travaille pour MVRDV à Rotterdam et Clément Blanchet à Paris. Dès 2017, il se lance dans la photographie en couvrant des évènements politiques puis en réalisant des reportages sur la vie pendant le confinement. On retrouve déjà dans ses premiers travaux le côté revendicatif et l’appropriation de l’espace en tant que sujet principal. Cela fait maintenant sept ans que Philippe Sarfati voyage aux quatre coins du monde. Dans un style revendiqué de photographe de rue, il immortalise pour chaque destination les bâtiments les plus célèbres qu’il visite dans leur plus simple appareil : celui de l’usage quotidien. Dans ce recueil de voyages, on trouve évidemment de l’architecture mais aussi la harangue d’un maraîcher territorial à Rotterdam, l’émerveillement d’une petite fille et de sa sœur sur le vieux port de Marseille, un arroseur photographié à Kanazawa, des mariés blasés à Anvers et des étudiants fatigués à Zurich. Philippe Sarfati dresse le portrait des architectures qu’il a croisées au travers de l’usage qu’en font les gens. Chaque page révèle un bâtiment, l’œuvre d’un architecte, souvent un grand nom. Sur l’image, des anonymes en font un lieu vivant.
Le photographe a coorganisé cet automne avec la conceptrice en communication Miruna Duru une exposition à l’Institut néerlandais de Paris. La scénographie, minimale, jurait presque avec le faste des moulures de l’hôtel particulier. Une sélection de photos était simplement placardée sur des panneaux de polycarbonate crochetés à une dizaine d’étais de chantier. Malin, ce système presque bricolé permettait à l’espace d’exposition de se transformer en espace de conférence en accrochant les cimaises plus haut sur l’étai. L’exposition a d’ailleurs donné lieu à trois tables rondes lors desquelles photographes et architectes ont été invités à discuter de leurs positions sur la représentation de l’architecture. Pourquoi l’image phare d’un bâtiment est-elle généralement vide de ses usagers ? De quoi les architectes ont-ils peur lorsqu’ils commandent un shooting inerte, sans vie, à l’instant de la livraison, avant que les usagers aient pu s’emparer du lieu ? L’architecture n’est-elle pas destinée à être habitée, vivante ?
L’image rendue est parfois imparfaite, floue. En noir et blanc, elle témoigne des moments qui naissent dans ces lieux, un retour d’expérience anonyme sur ces grands projets emblématiques et sur la façon dont les gens s’approprient l’œuvre des architectes. Des images vivantes à rebours de l’hyperréalité lisse et froide qui est devenue la norme des shootings commandés dès la livraison des bâtiments. Territories est l’aboutissement touchant d’une étape du parcours de ce jeune photographe prometteur.

Les articles récents dans Livres

Dum Dum, Lukasz Wojciechowski, éditions çà & là Publié le 14/12/2023

Dum Dum, Lukasz Wojciechowski, éditions çà & là21 x 15 cm, 272 p., 25 euros [...]

La couleur des choses, Martin Panchaud, Éditions çà et là Publié le 14/12/2023

La couleur des choses, Martin Panchaud, Éditions çà et là, 17 x 23 cm, 236 p., 24 euros [...]

Que notre joie demeure, Kevin Lambert, éditions Le Nouvel Attila Publié le 14/12/2023

Que notre joie demeure, Kevin Lambert, éditions Le Nouvel Attila20 x 14 cm, 368 p., 19,50 euros. [...]

Tentatives périlleuses, Treize tragédies architecturales, Charlotte van den Broeck, Héloïse d’Ormesson Publié le 14/12/2023

Tentatives périlleuses, Treize tragédies architecturales, Charlotte van den Broeck, Héloïse d’… [...]

La Grande révolution domestique, Dolores Hayden, Éditions B42 Publié le 14/12/2023

La Grande révolution domestique, Dolores Hayden, Éditions B4214 x 22 cm, 376 p., 29 euros. [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…

L’architecture au prisme des contraintes environnementales : le regard singulier de Gilles Perraud…

Si les questions environnementales sont de plus en plus prégnantes, les labels et les normes propres à l’univers de la construction garantissent…