Une arche de Noé

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 21/01/2013

Article paru dans le d'A n°214

Magie au musée de l'Albertinum de Dresde : suspendues au-dessus de la cour principale, les réserves disparaissent à la vue du visiteur. Un tour de passe-passe réalisé grâce à un système de plafond tendu translucide monté sur des armatures et des cadres.

Inauguré au XIXe siècle, le musée de l'Albertinum a connu un destin tourmenté. Installé dans les murs d'un arsenal militaire tricentenaire, le bâtiment fut remis au goût du jour par l'architecte Carl Adolf Canzler, qui redessina les façades dans un style néo- Renaissance alors en vogue. Partiellement endommagées lors des bombardements qui détruisirent la ville en février 1945, elles furent reconstruites par les Soviétiques dans les années cinquante. La chute du mur de Berlin ne sonna pas la fin des tourments. En août 2002, le musée fut frappé par les crues centennales qui inondèrent l'Europe centrale. L'Elbe déborda de son lit, noyant les réserves installées dans les caves voûtées de l'édifice. La préservation des oeuvres imposait la recherche d'une solution de stockage sûre, insensible aux risques d'inondation. Les architectes furent invités par concours à proposer des solutions à ce problème. L'agence berlinoise Staab remporta la consultation avec une idée flirtant avec l'absurde : placer les réserves dans un grand volume suspendu au-dessus de la cour principale de l'Albertinum ! Après la crue, les oeuvres avaient été entreposées dans la cour. Il aurait été possible de transformer ce principe de stockage provisoire en stockage pérenne. Cependant, cette disposition ne permettait pas de résoudre les nombreux dysfonctionnements du musée, révélés par Staab lors de la conception du projet. De nombreuses salles ne communiquaient pas entre elles, les accès aux différentes zones d'exposition et les parcours étaient complexes, l'administration était disséminée sans logique dans plusieurs parties du bâtiment. Assurant la mise en sécurité des oeuvres, l'intervention de Staab créait un espace central majeur clarifiant les parcours au sein du musée.


DALLES ET PLAFONDS TENDUS

Le volume des réserves est porté par une série de poutres treillis hautes de deux étages franchissant le vide de la cour. Elles mêmes reposent sur des gaines de monte-charge existantes. Pour que le projet soit viable, il fallait que l'«arche de Noé pour l'art»  imaginée par l'agence Staab reste imperceptible. Quel visiteur aimerait sentir le poids d'un entrepôt suspendu audessus de sa tête? L'insertion d'un vide laissant passer la lumière zénithale sur toute la périphérie de la boîte contribue à alléger l'ensemble. Mais c'est grâce à une astuce de second oeuvre que les architectes sont parvenus à réellement faire disparaître
l'imposante infrastructure des réserves. Un plafond tendu a été installé sur toute la sous-face du volume de stockage. Deux types de produits ont été mis en oeuvre : une toile tendue mate sur les zones du plafond opaques, tandis que les zones éclairées naturellement sont revêtues de dalles translucides (une toile double peau montée sur châssis aluminium). Des microperforations confèrent au matériau des propriétés d'absorption acoustique. Quatre cent vingt-huit dalles de 1,40 x 2,40 mètres ont été installées sur les 2 000 mètres carrés de surface du plafond. Les cadres des plafonds tendus s'inséraient dans un calepinage aux tolérances extrêmement réduites, inférieures à 0,5 millimètre. Les correcteurs de flèches équipant les dalles ont permis d'ajuster la pose, réalisée en quatorze jours par une équipe de six personnes.

> Autres produits dans la même catégorie

Rendez-vous en bauge…

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait …

Design itératif : «…

La récente exposition consacrée à…

L’UHPS : un composite…

Vous connaissez l’UHPC – le béton fibré…

Questionner la massivité…

« Comment exprimer la massivité du…

Du mur renard au mur…

Depuis 2014, les architectes de l’agence Vous…

HCL : le pouvoir…

1Les premiers développements de la LED étaient…

Céramiques en haute…

Chaque année en septembre, le Cersaie de Bologne…

Drones et robots à la…

Des architectes et ingénieurs danois ont…

La filière bois invente…

Flexibilité, modularité, réversibilité : ces…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

Rendez-vous en bauge optimisée Publié le 26/08/2020

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait l’objet de nombreuses recherches et… [...]

Design itératif : « s’approprier les technologies plutôt que les subir » Publié le 01/07/2020

La récente exposition consacrée à l’intelligence artificielle au Pavillon de l’Arsenal a… [...]

L’UHPS : un composite pierre révolutionnaire Publié le 04/05/2020

Vous connaissez l’UHPC – le béton fibré haute performance ? Découvrez l’Ultra… [...]

Questionner la massivité du bois Publié le 03/04/2020

« Comment exprimer la massivité du bois » ? L’architecte Boris Bouchet s’est… [...]

Du mur renard au mur miroir Publié le 03/03/2020

Depuis 2014, les architectes de l’agence Vous Êtes Ici accompagnent le groupe Barrière dans… [...]

HCL : le pouvoir insoupçonné de la LED Publié le 11/12/2019

1Les premiers développements de la LED étaient étroitement liés aux économies d’énergie.… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
36 01 02 03 04 05 06
3707 08 09 10 11 12 13
3814 15 16 17 18 19 20
3921 22 23 24 25 26 27
4028 29 30     

> Questions pro

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…