Une arche de Noé

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 21/01/2013

Article paru dans le d'A n°214

Magie au musée de l'Albertinum de Dresde : suspendues au-dessus de la cour principale, les réserves disparaissent à la vue du visiteur. Un tour de passe-passe réalisé grâce à un système de plafond tendu translucide monté sur des armatures et des cadres.

Inauguré au XIXe siècle, le musée de l'Albertinum a connu un destin tourmenté. Installé dans les murs d'un arsenal militaire tricentenaire, le bâtiment fut remis au goût du jour par l'architecte Carl Adolf Canzler, qui redessina les façades dans un style néo- Renaissance alors en vogue. Partiellement endommagées lors des bombardements qui détruisirent la ville en février 1945, elles furent reconstruites par les Soviétiques dans les années cinquante. La chute du mur de Berlin ne sonna pas la fin des tourments. En août 2002, le musée fut frappé par les crues centennales qui inondèrent l'Europe centrale. L'Elbe déborda de son lit, noyant les réserves installées dans les caves voûtées de l'édifice. La préservation des oeuvres imposait la recherche d'une solution de stockage sûre, insensible aux risques d'inondation. Les architectes furent invités par concours à proposer des solutions à ce problème. L'agence berlinoise Staab remporta la consultation avec une idée flirtant avec l'absurde : placer les réserves dans un grand volume suspendu au-dessus de la cour principale de l'Albertinum ! Après la crue, les oeuvres avaient été entreposées dans la cour. Il aurait été possible de transformer ce principe de stockage provisoire en stockage pérenne. Cependant, cette disposition ne permettait pas de résoudre les nombreux dysfonctionnements du musée, révélés par Staab lors de la conception du projet. De nombreuses salles ne communiquaient pas entre elles, les accès aux différentes zones d'exposition et les parcours étaient complexes, l'administration était disséminée sans logique dans plusieurs parties du bâtiment. Assurant la mise en sécurité des oeuvres, l'intervention de Staab créait un espace central majeur clarifiant les parcours au sein du musée.


DALLES ET PLAFONDS TENDUS

Le volume des réserves est porté par une série de poutres treillis hautes de deux étages franchissant le vide de la cour. Elles mêmes reposent sur des gaines de monte-charge existantes. Pour que le projet soit viable, il fallait que l'«arche de Noé pour l'art»  imaginée par l'agence Staab reste imperceptible. Quel visiteur aimerait sentir le poids d'un entrepôt suspendu audessus de sa tête? L'insertion d'un vide laissant passer la lumière zénithale sur toute la périphérie de la boîte contribue à alléger l'ensemble. Mais c'est grâce à une astuce de second oeuvre que les architectes sont parvenus à réellement faire disparaître
l'imposante infrastructure des réserves. Un plafond tendu a été installé sur toute la sous-face du volume de stockage. Deux types de produits ont été mis en oeuvre : une toile tendue mate sur les zones du plafond opaques, tandis que les zones éclairées naturellement sont revêtues de dalles translucides (une toile double peau montée sur châssis aluminium). Des microperforations confèrent au matériau des propriétés d'absorption acoustique. Quatre cent vingt-huit dalles de 1,40 x 2,40 mètres ont été installées sur les 2 000 mètres carrés de surface du plafond. Les cadres des plafonds tendus s'inséraient dans un calepinage aux tolérances extrêmement réduites, inférieures à 0,5 millimètre. Les correcteurs de flèches équipant les dalles ont permis d'ajuster la pose, réalisée en quatorze jours par une équipe de six personnes.

> Autres produits dans la même catégorie

De l'âge de glace à…

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges…

Tissage de lin en façade…

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e …

Super, Quercus suber, les…

D’abord et toujours utile pour boucher les…

Inventer la fraîcheur

En écho au concours « faire » et aux ambitions…

Accessibilité : en finir…

Dans le jargon professionnel, on les appelle les …

Quand la céramique…

Depuis 2010, Martin Bechthold dirige un atelier…

Vers la fin du logement…

Tandis que les architectes se mobilisent contre…

Blocs en stock - Du…

Spécialisé depuis plus de…

Splash, plouf, scrack ! -…

Impressionnisme en tie…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

De l'âge de glace à l'ère numérique Publié le 10/12/2018

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges dirigent un laboratoire de recherche fondamentale… [...]

Tissage de lin en façade du cinéma Wepler Publié le 02/11/2018

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e arrondissement parisien, le cinéma Wepler a fait… [...]

Super, Quercus suber, les nouveaux usages du liège Publié le 01/10/2018

D’abord et toujours utile pour boucher les bouteilles de porto ou de Dom Pérignon, le … [...]

Inventer la fraîcheur Publié le 30/08/2018

En écho au concours « faire » et aux ambitions affichées de la Ville de Paris de penser… [...]

Accessibilité : en finir avec les salles de bains moches Publié le 25/06/2018

Dans le jargon professionnel, on les appelle les « produits d’assistance pour personnes en… [...]

Quand la céramique devient structurelle Publié le 03/05/2018

Depuis 2010, Martin Bechthold dirige un atelier de recherche au sein de l’École supérieure de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
05    01 02 03
0604 05 06 07 08 09 10
0711 12 13 14 15 16 17
0818 19 20 21 22 23 24
0925 26 27 28    

> Questions pro

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…

Loi ELAN: comment produire un habitat frugal dont la valeur perçue ne soit pas celle du low cost?

Bernard blanc est directeur général d’aquitanis, l’office public de l’habitat de bordeaux métropole. Ce bailleur très engagé a déjà…