Block architectes - De Nantes, et d'ailleurs

Rédigé par Jean-Louis VIOLEAU
Publié le 10/04/2011

Pascal Riffaud, Denis Brillet et Benoît Fillon, fondateurs de Block Architectes

Article paru dans d'A n°199

« De qui suis-je le contemporain ? Avec qui est-ce que je vis ? Le calendrier ne répond pas bien. » En 1976, Roland Barthes exprimait ainsi ses doutes dans son cours au Collège de France, se demandant également « Comment vivre ensemble » ? De qui suis-je le contemporain ? De Block, c’est certain : Pascal Riffaud, Benoît Fillon et Denis Brillet sont des enfants des années quatre-vingt, grandis à Nantes dans les années quatre-vingt-dix et parvenus à la maturité au cours de la décennie suivante.

Comme bien des gens de cette génération, ils ont rêvé parfois d’un manifeste, mais n’oseront jamais le coucher noir sur blanc : revenus de leurs propres illusions, leurs aînés leur ont sagement défendu de le faire. Trop hybrides ? Pourtant, s’il y a une leçon à tirer de leurs dix années de projets, c’est bien la cohérence, le fil tendu depuis ce blockhaus réinvesti sur l’île de Nantes en 1999. Un peu comme le cachalot formant écume lorsqu’il remonte à la surface, mais qui n’en suit pas moins sa ligne de fond. Conversation de début de soirée, rue Scribe, la rue de notre jeunesse évanouie, où ils sont arrivés en 2000. 


Paru en 1985, La Forme d’une ville, de Julien Gracq, s’organisait autour du sentiment de la perte pour laisser place à l’aventure. Dans ce récit autobiographique en forme d’exorcisme pour temps difficiles, l’écrivain y évoquait sa jeunesse à Nantes. Il est remarquable qu’une oeuvre individuelle ait pu à ce point rejoindre l’histoire collective : juste au moment où la ville était en effet confrontée à la désindustrialisation sans s’être encore donné aucun modèle alternatif, Gracq aura certainement aidé Nantes dans son travail de deuil. On ne rappellera jamais assez combien, en ce début des années quatre-vingt-dix, la nouvelle ligne à grande vitesse aura chamboulé les rapports entre la capitale et la province nantaise.


LA RELÈVE 

1993 : les enseignants « parisiens » débarquent à l’école d’architecture. Parmi eux, Hervé Bagot, qui accompagnera très loin les jeunes Nantais dans leurs aventures, des serres horticoles aux hangars et aux caves, jusqu’aux habitats troglodytes. « On nous a montré la non-architecture. » Enfants des années quatre-vingt, les membres du groupe auront également « regardé ce qu’a fait le Land Art ». Un autre paysage, le savant et le populaire, pas de programme, pas de site, pas de projet. C’est chez Gaëlle Péneau (GPAA) qu’ils sont devenus architectes : « un rôle important, on ne s’en serait jamais sortis sans elle ». Mais c’est à l’école qu’ils ont appris le métier : réfléchir, disent-ils. Réfléchir avec les plasticiens aussi – Alain Gunst et Ekkehart Rautenstrauch –, l’architecte designer Jean-Luc Cortella ou encore au gré d’un passage chez les architectes plasticiens Bernard et Clotilde Barto pour Fillon et Riffaud, et avec Duncan Lewis au fil de collaborations. Jean-Philippe Vassal était là également, pour leur jury de diplôme. Puis il y eut les « Allumées » première manière : automne 1990, les artistes barcelonais enflamment la ville. Et Jean Blaise emmène tout le monde sur l’Île, vers les soirées dans le bloc de béton de la Fabrique à glace : cryptique ! Nantes, la belle endormie qui se réveille. Un symbole ? Ce blockhaus où ils mènent sur l’île de Nantes, à la fin des années quatre-vingt-dix, leurs premières expériences plastiques et festives. Anomalie urbaine construite sur deux anciens hôtels de passe, il a servi d’abri aux ouvriers des chantiers Dubigeon bombardés par l’aviation alliée. « Il nous est tombé dessus », se souviennent les Block, un objet trouvé et une hétérotopie, hors du temps et hors de tous les lieux, un espace en état de dysfonctionnement, donc disponible pour installer, « performer », faire de la musique… Ils commencent par le déblayer. Puis ils y jouent de la musique électronique, du « rock plutôt noisy aussi, et même carrément old school parfois ». L’ayant quitté en 2000, ils rêvent toujours d’y retourner avec un projet de surélévation qui, un jour peutêtre, aboutira. Leurs amis, les scénographes du groupe Metalobil, y sont restés. Block comptait quatre membres à ses débuts, avec Stéphane Lagré qui ira au bout de son refus de construire, tout en restant très proche du groupe. D’ailleurs, il était présent à l’agence, ce soir-là, lorsque nous leur avons rendu visite. Pour l’heure, ils sont trois associés, avec un salarié : « comme ça, on peut continuer à dessiner sans avoir à gérer une grande agence. » Ils partagent leurs locaux avec des proches, le duo d’architectes Guinée-Potin.


MONOLITHES ET FORMES INDEXÉES 

La musique et les formes hybrides : les années 2000 se déclinent sous le signe du sampling. Cherchant à travailler la matière urbaine à la manière d’une bande son, par assemblage et superposition des éléments de l’existant, ils conçoivent alors des « formes indexées » reposant sur des éléments du réel décalqués, déplacés et enfin décontextualisés. Ils tentent d’en faire émerger de l’inattendu, sinon de l’inconnu. La ville devient un gigantesque réservoir de signes et de formes, traduits et transformés à l’aune des possibilités vertigineuses offertes par les outils numériques : hybridations, contaminations et réactions. Pour leurs débuts sur la scène publique, à l’occasion du premier concours d’idées pour la base sous-marine de Keroman à Lorient, en 1999, ils avaient déjà essayé de camoufler l’énorme masse de béton gris Todt sous une pixélisation bleutée déduite du programme de reconversion autour des activités maritimes. Ils ont conservé ce goût pour les concours d’idées, auxquels ils participent régulièrement. À Brest, leur complexe sportif livré en 2007 se présente comme une réminiscence du brutalisme : peu de peinture, pas de détails de construction superflus, du béton quartzé industriel dans les espaces communs et une résine sur le sol des salles. Rude et honnête ? Conçu comme un monolithe (la Bunker archéologie de Paul Virilio est une référence assumée), il résulte de la déformation, au gré des contraintes du site et du programme, d’une boîte de chaussures Adidas. Il est recouvert de béton matricé, rythmé par des bandes obliques qui viennent se fondre dans la façade, prolongement d’une opération de mapping consistant à jouer avec des formes standard se déplaçant et s’amplifiant jusqu’à créer de nouvelles enveloppes. Loin de la géométrie, de la composition et du dessin, ils préfèrent la pixélisation. Avec les produits standard ou semi-finis comme ceux qu’ils ont mis en oeuvre au Lieu Unique en 2007 pour leur « Forme intermédiaire ». Mais « cette image du monolithe brestois, disent-ils, nous ne la montrons plus dans nos dossiers de candidature, elle intimide. Nous lui préférons la façade nord, vitrée. » À chacun sa chimère.


PRÉCAIRE ET VOLONTAIRE 

La monstrueuse bête, c’est le poids des siècles passés qui pèse sur nos épaules et qui fait cependant partie de nous-mêmes, condamnés à espérer. Chimères ? Fictions ? Block connaît bien ces registres pour les avoir tous un peu explorés successivement depuis une dizaine d’années. Leur architecture laisse souvent le sentiment du précaire, en tout cas loin du lisse, unifié et intégré. Voulu, assumé, ils articulent plutôt les produits semi-finis comme leurs logements individuels aux Herbiers ou à Mulhouse en 2006. À la Bottière-Chénaie en 2009, leurs logements collectifs et le groupe scolaire Julien-Gracq font alterner sur leurs façades les parois de serre et les teintes standard, l’orange et l’ardoise des toits alentour, puis le vert réséda des hangars. Toutes ces réminiscences sont échantillonnées en bandes verticales, entre effet pop et minimalisme, rappel de l’effet visuel des parcelles maraîchères qui se tenaient là auparavant. L’acte minimum : quelques petits mouvements de terrain dans une pente pour y camoufler, en 2008, des gîtes ruraux à Sainte-Féréole près de Brive. « Le commanditaire ne voulait pas de toits à double pente dans sa vallée, on en a profité. Le projet a été fait dans la voiture, sur le chemin du retour. » Au Petit-Maroc, en 2005, sur le rocher à la pointe des bassins de Saint-Nazaire, ils avaient joué sur la touche portuaire pour y concevoir un nouveau quartier, alors que tout le monde attendait une ambiance balnéaire. « On s’est planté de politique, mais cela nous paraissait tellement plus juste. » La dénégation du réel a souvent eu raison des plus beaux projets. « Le réel, c’est quand on se cogne ! », affirma un jour devant ses témoins plus ou moins bluffés l’illustre Jacques Lacan. Là où le langage se brise. Une chance pour la poésie. Et pour l’utopie ?


CHRONOLOGIE :

> 1969, 1970, 1971 : naissances de Pascal Riffaud, Benoît Fillon et Denis Brillet. 

> 1998-2000 : collaborations avec Gaëlle Péneau (GPAA), et à Angers avec Duncan Lewis et Hervé Potin. 

> 2000 : création du groupe d’architectes Block. Installation rue Scribe à Nantes. 

> 2002 : lauréats des Naja, première fournée de la « nouvelle formule ». Participation à l’exposition « Archilab 2002 » au Frac Centre.

> 2003 : lauréats de la bourse de L’Envers des villes. 

> 2004 : nomination au prix de la Première OEuvre pour la réalisation du siège social du Groupe Fidea-FLP à Nantes. 

> 2005 : participation, avec la Cité manifeste à Mulhouse, à l’exposition « Voisins-Voisines, nouvelles formes d’habitat individuel en France » à la Cité de l’architecture/ IFA. 

> 2008 : exposition à la Biennale d’architecture de Venise. 

> 2002-2011 : diverses expériences d’enseignement, à l’Ensa de Nantes et à l’École des beauxarts d’Angers.


PROJET D’EXTENSION DU BLOCKHAUS DY.10, ÎLE DE NANTES 

Depuis plus de dix ans, Block rêve de surélever le blockhaus de ses débuts, d’abord à l’abandon puis occupé, à partir de 1995, par plusieurs collectifs d’artistes, architectes, graphistes, musiciens et scénographes. Ces groupes ont profité des qualités du lieu : isolation sonore et noir complet. L’intervention est minime : une mise aux normes de sécurité (percement d’un nouvel accès), le remplacement des escaliers extérieurs en béton par leur équivalent en métal et le cloisonnement de certaines pièces. L’extension est créée là où elle est possible, sur le bunker : aucun terrain n’était disponible alentour. Elle reprend le gabarit existant et s’y superpose. Elle est desservie par une coursive extérieure dont la largeur reprend celle des murs de béton. Le toit fait office de terrasse et pourra accueillir une vaste serre.

[ SURFACES SHON : 900 M2 EXISTANTS ET 1 100 M2 D’EXTENSION – COÛT DU PROJET : 1,4 MILLION D’EUROS ] 


« FORME INTERMÉDIAIRE », INSTALLATION, LIEU UNIQUE, NANTES, 2007 

Dispositif habitable de 1 200 mètres carrés, « Forme intermédiaire » a été conçu pour la scène nationale du Lieu Unique. Cette architecture temporaire modifie les rapports d’échelle entre deux espaces concrets qui offrent chacun un jeu d’univers fictionnels. En interrogeant les modes constructifs standard dictés par l’industrie, le projet fabrique un espace sans objet et non affecté.


GROUPE SCOLAIRE JULIEN-GRACQ, LOGEMENTS ET LOCAUX COMMERCIAUX, LA BOTTIÈRE-CHÉNAIE, NANTES 

Calepinage savant et couleurs populaires : la peau translucide et colorée qui double le béton lazuré crée un effet d’optique unifiant les logements et le groupe scolaire qui vient s’imbriquer en partie arrière. Réminiscence des serres horticoles présentes autrefois sur ces anciennes parcelles maraîchères, les parois mobiles permettent de réguler la lumière et la température au sein des logements. Des loggias en duplex éclairent les parties communes.

[ MAÎTRE D’OUVRAGE : VILLE DE NANTES – MAÎTRES D’OEUVRE : BLOCK, ARCHITECTES MANDATAIRES, AVEC GUINÉE-POTIN, ARCHITECTES COTRAITANTS. COTRAITANTS : IOSIS, ITAC, CONCEPTIC’ART – PROGRAMME : 43 LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX ET UNE ÉCOLE DE 14 CLASSES. BÂTIMENTS THPE (GROUPE SCOLAIRE) ET THPE ET H&E (LOGEMENTS) – SURFACES SHON : GROUPE SCOLAIRE, 4 757 M2 ; LOGEMENTS, 3 602 M2 – COÛT : GROUPE SCOLAIRE, 5,39 MILLIONS D’EUROS ; LOGEMENTS, 3,5 MILLIONS D’EUROS – LIVRAISON : SEPTEMBRE 2009 ] 


GÎTES RURAUX, RÉSIDENCE LES COLLINES DE SAINTE-FÉRÉOLE, SAINTE-FÉRÉOLE (19) 

Efficaces ? Ces gîtes, c’est d’abord un site, à 10 kilomètres de Brive, sur le flanc d’un coteau ouvert sur une large vallée : voir sans être vu. Un terrassement ancre le bâti dans la colline. Recouvert de terre, le toit se couvre de végétation. L’automobile est repoussée en périphérie. Derrière son rideau camouflage (militaire), chaque gîte s’ouvre sur toute sa façade, face au grand paysage subtilement découpé par les garde-corps qui délimitent furtivement les toits-terrasses. 

[ MAÎTRE D’OUVRAGE : COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION DE BRIVE – MAÎTRES D’OEUVRE : BLOCK ARCHITECTES. COTRAITANT, MAP – PROGRAMME : 25 GÎTES DE TOURISME ET UN ESPACE DE VIE COMMUN. BÂTIMENTS BBC – SURFACE : 1 500 M2 SHON – COÛT : 2,59 MILLIONS D’EUROS – LIVRAISON : 2008 ] 


CENTRE SPORTIF DE LA BRASSERIE, BREST 

Radicalement neutre ? Sur une friche industrielle située à la jonction de deux ensembles urbains, une zone pavillonnaire et un espace ouvert, le volume de la Brasserie s’inscrit comme un monolithe opaque au sud et vitré au nord. Qualifier tout simplement les membres de Block de radicaux n’aurait pas grand sens car au fond, « radical » chacun l’est ou aimerait l’être, dans son art et dans sa pratique.

[ MAÎTRE D’OUVRAGE : BREST MÉTROPOLE – MAÎTRES D’OEUVRE : BLOCK ARCHITECTES – PROGRAMME : DEUX GYMNASES ET UNE SALLE POLYVALENTE. BÂTIMENTS THPE – SURFACE : 2 997 M2 SHON – COÛT : 2,37 MILLIONS D’EUROS – LIVRAISON : 2007 ] 



BLOCK… SOUMIS À LA QUESTION


> Quel est votre premier souvenir d'architecture ? 

[Sans réponse] 

> Que sont devenus vos rêves d'étudiants ? 

Mangés par le réel. 

> À quoi sert l'architecture ? 

À contourner la construction.

> Quelle est la qualité essentielle pour un architecte ? 

La bonne humeur. 

> Quel est le pire défaut chez un architecte ? 

Les chaussures pointues. 

> Quel est le vôtre ? 

Stéphane Lagré. 

> Quel est le pire cauchemar pour un architecte ? 

Construire. 

> Quelle est la commande à laquelle vous rêvez le plus ? 

Un projet sans programme. 

> Quels architectes admirez-vous le plus ? 

Étienne Louis Boullée, El Lissitzky, Marcel Breuer, Architecture Principe, Archizoom et Superstudio, Hervé Potin. 

> Quelle est l’œuvre construite que vous préférez ? 

[Sans réponse] 

> Citez un ou plusieurs architectes que vous trouvez surfaits.

Hervé Potin. 

> Une oeuvre artistique a-t-elle plus particulièrement influencé votre travail ?

Nous sommes influencés par plusieurs champs artistiques. Aucune réponse possible… 

> Quel est le dernier livre qui vous a marqués ? 

Le Grand Déchiffreur. Richard Hamilton sur Marcel Duchamp

> Qu'emmèneriez-vous sur une île déserte ? 

Un bateau pour revenir. 

> Quelle est votre ville préférée ? 

Los Angeles. 

> Le métier d'architecte est-il enviable en 2011 ? 

Pas plus, pas moins qu’auparavant. 

> Si vous n'étiez pas architectes, qu'auriez-vous aimé faire ? 

Rien. 

> Que défendez-vous ? 

Notre intérêt. 

Les articles récents dans Parcours

NRAU : Une question d'équilibre Publié le 06/12/2021

Nicolas Reymond a décroché toutes les récompenses convoitées lorsqu’on est jeune architecte… [...]

MUZ Architecture : Les Arpenteurs Publié le 16/11/2021

Les deux architectes ont été élevés avec un crayon dans la main. Leur curiosité, la chance et… [...]

TACT : L’hospitalité inconditionnelle Publié le 18/10/2021

Chez nombre d’architectes, convictions vacillantes et belles paroles se… [...]

Archiplein : Créer ex materia Publié le 30/08/2021

Basé à Genève, le jeune Atelier Archiplein s’est déjà bâti une solide… [...]

FRES architectes : Rationalité sensible Publié le 29/06/2021

Il existe toujours un certain plaisir à déchiffrer la signification des noms donnés aux agences… [...]

Lambert Lénack - Architectes généralistes Publié le 04/05/2021

Adrien Lambert et Étienne Lénack se sont positionnés dans le paysage de l’architecture et de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
52     01 02
0103 04 05 06 07 08 09
0210 11 12 13 14 15 16
0317 18 19 20 21 22 23
0424 25 26 27 28 29 30
0531       

> Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…